Service civique partagé : des communes engagent ensemble des jeunes volontaires (70)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Haute-Saône

Fin 2015, l'association des maires ruraux de Haute-Saône (AMR 70) a demandé et obtenu un agrément collectif au titre de l'engagement de service civique. Grâce à cela, les communes peuvent, seules ou à plusieurs, accueillir des jeunes volontaires. 18 mois plus tard, neuf jeunes étaient en poste.

L'association des maires ruraux de Haute-Saône (AMR 70) - qui fédère 380 communes adhérentes du département - a décidé de jouer le rôle de tête de pont pour faciliter la mise en œuvre de ce dispositif auprès de ses communes adhérentes. Inscrite sur le site national du service civique, elle a choisi cinq des neuf thèmes de missions proposés par le dispositif : Culture et loisirs, Sport, Environnement, Solidarité et enfin, Mémoire et citoyenneté, et a fixé la durée des missions de service civique à huit mois.
"Au printemps 2016, neuf jeunes sont en poste dans le département, et nous recevons davantage de demandes que d'offres de missions. Jusqu'à présent toutes les missions se déroulent dans de bonnes conditions."

La majorité des jeunes volontaires habitent le département

"Concrètement, l'AMR 70 reçoit les candidatures des jeunes en provenance du site Internet national du service civique et les transmet aux communes intéressées. La majorité des jeunes qui ont fait une demande, habitent le département et n'ont donc pas de souci de logement."
Une fois l'accord d'une commune obtenu, une convention d’intermédiation est signée entre cette dernière, le jeune et l'AMR 70. Ce document précise le contenu et les modalités d'exercice (durée, tâches confiées, modalités du tutorat...) de la mission du jeune. Un contrat de service civique est également signé entre le jeune et l'association, pour le versement de l'indemnité.

Les missions d’un volontaire peuvent être partagées entre plusieurs communes

"De manière générale, les municipalités, qui avaient déjà formulé un besoin ou un projet, n'ont pas eu de difficultés pour prendre un jeune en service civique", explique un volontaire en service civique, recruté au sein de l'AMR 70 pour gérer le dispositif sur le département. Reste que les communes doivent proposer aux jeunes volontaires des missions en lien avec l'un des cinq thèmes, sans que ces tâches ne remplacent le travail d'un agent communal.
"C'est là la principale difficulté puisque les petites communes craignent de ne pas pouvoir occuper les 24 heures hebdomadaires des jeunes. C'est pour cela qu’il leur est proposé de s'organiser à plusieurs, même si une seule commune signe la convention d'intermédiation", explique le président de l'AMR 70, Jean-Paul Carteret.

C’est ainsi que l’un des jeunes volontaires a été missionné par un centre intercommunal d’action sociale (CIAS) qui regroupe neuf communes : sa tâche est de renseigner les habitants sur les services proposés par la Maison de services publics de la collectivité intercommunale.
Un jeune peut également remplir plusieurs missions. C'est le cas du volontaire qui, outre le suivi du dispositif pour l'AMR 70, promeut et met en place et des "cabanes à livres"sur le département au titre de l'association.

Un tuteur par jeune

Chaque collectivité accueillante désigne un tuteur qui accompagne le jeune dans la mission durant les huit mois. "Au moment où nous avons démarré la démarche, nous avons réuni les collectivités et tuteurs intéressés afin de faire le point sur les aspects administratifs et les modalités pratiques de l'accueil d'un jeune en service civique", poursuit l'édile.

Coût pour les communes : 100,48 euros par jeune

"En passant par l’AMR 70, les communes qui font appel au service civique bénéficient d’une réduction des coûts", explique le président.
Sur les 573,65 euros qui leur sont versés mensuellement, l’Etat verse directement 467,34 euros. Le reste est normalement payé par la commune d'accueil. Pour accompagner les tuteurs, l'AMR 70 reçoit 100 euros par mois qu'elle reverse à la collectivité, déduction faite de 50 euros de frais d'une formation civique et citoyenne que chaque jeune suit durant son service civique. Au final, au bout de huit mois, les communes accueillantes ne débourseront chacune que 100,48 euros d'indemnités par jeune.

Lucile Vilboux/magazine Village-L’Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Association des maires ruraux de Haute-Saône

73 Avenue Aristide-Briand
70000 Vesoul

Jean-Paul Carteret

Président
Haut de page