Services à domicile : le Grand Dax organise la complémentarité entre CIAS et associations (40)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Landes

Sur l’agglomération du Grand Dax (20 communes, 55.924 habitants), le nombre de personnes de plus de 75 ans va doubler d'ici à 2040. Autant dire que l'évolution des besoins pousse à structurer de façon pérenne les services auprès des personnes âgées. Opérationnel depuis le 1er janvier 2009, le CIAS cherche à développer les partenariats avec les communes pour assurer l'avenir d'un bouquet de services à domicile, sans fragiliser les acteurs associatifs déjà implantés.

Le transfert par les CCAS des services à domicile au CIAS a d’abord permis de garantir la continuité des "petits" services de maintien à domicile, qui sinon auraient risqué de ne pas obtenir l'agrément qualité nécessaire pour le renouvellement de leur autorisation auprès du conseil général. De plus, ce portage intercommunal rend possible l’extension des services à domicile sur l'ensemble des 20 communes, alors que seules une dizaine de communes disposaient d'une telle offre jusqu’alors.

Formaliser la complémentarité des actions avec les associations

Afin de vaincre les réticences des services d'aide à domicile associatifs craignant d’être concurrencés par cette nouvelle structure, le CIAS a mené en amont un important travail d'explication. Cette crainte a pu être exacerbée par le fait que le CIAS a obtenu du conseil général d'être le service instructeur, localement, des demandes d'aide de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA). "Notre but n'est pas d'être une super-structure, mais d'assurer la pérennité d'un service public sur le territoire et d'animer une mission de coordination des acteurs et politiques au service des personnes âgées” explique le directeur du CIAS, Laurent Dubois. Le CIAS a donc décidé de formaliser la complémentarité d'activités avec les associations existantes sur le territoire en signant des conventions de partenariat. "Nous accordons des subventions aux associations dès lors qu'elles proposent des projets spécifiques complémentaires au service public”, explique le directeur du CIAS.

Des associations rassurées

Associations et CIAS se rencontrent deux à trois fois par an pour faire le point sur leurs activités. Ces liens nourrissent des partenariats plus informels : recrutements, recherches de mutualisation formations. La pratique a montré que le nombre de bénéficiaires par structure reste relativement stable. “Parce que les usagers sont en général fidèles” observe le directeur du CIAS. En quatre ans, autant le CIAS que les associations ont constaté un fort développement de leurs activités. De l'ordre de 5 à 6 % par an pour le CIAS qui enregistre une hausse de 27 % des bénéficiaires APA en 4 ans. Ce qui obligera sans doute, à l'horizon 2013, le CIAS à étoffer ses effectifs.

Une convention de premier accueil garantit le lien entre communes et usagers

Il a fallu également rassurer les élus des communes membres, dont certains redoutaient une perte de proximité avec les usagers. “ L’installation de l’accueil du public du CIAS sur la commune de Saint Paul-lès-Dax - qui n'est pas la ville centre de l'agglomération - a été un premier signe adressé aux élus communaux. Par ailleurs, le CIAS a proposé aux communes de travailler en complémentarité : une convention de premier accueil formalise d’une part ce que continue à faire la commune (information sur les services, remise de dossier, mise en lien avec le CIAS) et d’autre part les tâches assurées par le CIAS. Concrètement, l’usager peut continuer à se rendre dans la mairie ou bien le CCAS de sa commune, qui informe le CIAS. Ce dernier prend alors le relais en se rendant au domicile de l’usager pour procéder à l'instruction des dossiers. La convention a été proposée à toutes les communes, et “toutes l'ont signé, cela a apaisé les relations et cela fonctionne très bien”, commente Laurent Dubois. Les référents sociaux du CIAS se rendent régulièrement, de façon formelle ou informelle, dans les mairies ou les CCAS pour échanger des informations, discuter de situations. “Bref, nourrir ce lien de terrain précieux”, résume le directeur du CIAS.
Chaque mois, le CIAS délivre à chaque commune un état des entrées et sorties des bénéficiaires et des services utilisés (aide ménagère, auxiliaires de vie, garde de jour, portage de repas et téléalarme). “Cela permet aux maires de rester plus vigilants vis-à-vis de leurs publics âgés fragiles” souligne le directeur du CIAS. Ce listing n'est pas un fichier, mais le CIAS n'a pas manqué d'en faire déclaration auprès de la Cnil.

Une coordination par secteur géographique qui facilite un encadrement de proximité

Enfin, les aides à domicile travaillant sur un même secteur géographique sont organisées en équipes : une trentaine d'agents et un responsable. Le périmètre de chaque secteur permet de rester humainement viable. Des réunions d’équipes par secteur sont organisées dans des locaux prêtés par les communes “C'est ainsi, grâce aux communes, que nous pouvons assurer un encadrement de proximité et rationnel des équipes”, souligne le directeur du CIAS.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Prochaine étape : coordination pour les soins infirmiers à domicile
Alors que cette organisation avec les associations et les communes est aujourd'hui dans la phase de stabilisation, le CIAS entrevoit de passer à une prochaine étape : le développement de partenariats avec d'autres acteurs du maintien à domicile (hôpital, Ehpad). Le CIAS s'est également rapproché d'un service de soins infirmiers à domicile. A la demande de ce dernier, l’objectif est de travailler sur la qualité de la coordination des intervenants et de profiter de l'expertise de l'infirmière coordinatrice et des aides-soignants dans l'approche des cas plus lourds ou l'amélioration des gestes quotidiens.


 

Communauté d'agglomération du Grand Dax

Nombre d'habitants :

55924

Nombre de communes :

20
20 av de la Gare
40100 Dax

Catherine Delmon

Vice-présidente de l'action sociale

Laurent Dubois

Directeur du CIAS
Haut de page