Risques naturels - Tempête Xynthia : la culture du risque fait encore défaut en France

Un "plan Digues" est attendu pour juillet. Mais parmi les leçons de la tempête Xynthia que le ministre chargé de conduire ce plan, Jean-Louis Borloo, a promis de tirer dès les prochains jours, figure aussi un renforcement de culture de la prévention en France.

A la différence de la tempête Klaus, les principaux dégâts causés par la tempête Xynthia, dont le dernier bilan fait état de 53 morts, sont survenus suite à la submersion de digues et remblais côtiers et de leur rupture, qui a engendré des inondations en Vendée et Charente-Maritime. Au fur et à mesure du recensement des dégâts matériels, les chiffres avancés par les assureurs gonflent et atteignent un montant comparable à celui de la tempête Klaus, à savoir plus d'un milliard d'euros. A la différence près qu'une grande partie de la facture sera prise en charge par l'Etat dans les départements où ont été pris des arrêtés de catastrophe naturelle, ce qui est le cas sur la côte atlantique.
Le coût de renforcement des digues est par ailleurs connu. Selon le Centre européen de prévention des risques d'inondation (Cepri), un groupe d'expertise créé par des collectivités locales, il atteint un à deux millions d'euros par kilomètre de digue. Des dizaines de kilomètres de linéaire de digues ayant rompu dans certaines petites communes, il est évident qu'elles ne pourront supporter seules le coût de tels travaux. Le député-maire d'une commune pourtant plus importante comme La Rochelle, Maxime Bono, par ailleurs à la tête de la communauté d'agglomération rochelaise, ne s'en cache pas et concède que même "à l'échelle d'une communauté d'agglomération, on ne peut rien faire de par l'ampleur des sommes à engager pour reconstruire ces digues datant pour la plupart de plus d'un siècle".

 

Les carences de la culture de prévention

L'aide de l'Etat, dont le montant sera précisé dans le cadre du plan Digues, sera donc déterminante. Pour que cette aide soit efficace, il s'agira au préalable d'identifier qui sont les responsables de ces ouvrages, ce qui s'avère être un casse-tête car, lorsque ceux-ci existent, ils relèvent d'une pléthore de particuliers, associations ou collectivités riveraines.
Mais le recensement des digues - entamé il y a quinze ans et toujours pas terminé - et les travaux d'ordre hydraulique sont une chose, la réduction de la vulnérabilité des biens et des populations aux risques d'inondations en est une autre. A l'heure où, certes, de premiers travaux d'urgence s'imposent, cette distinction est à garder à l'esprit, car c'est là un des leviers de la stratégie française en matière de prévention des inondations. Le problème est que "ne pas réaliser de travaux de protection et des digues s'apparente à de l'inaction et que le coût politique d'une telle posture reste très difficile à assumer pour les élus locaux", pointait il y a un an un rapport du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD). A mi-parcours des programmes d'action de prévention des inondations (Papi), ce rapport en a relevé les lacunes, parmi lesquels un tropisme trop marqué en faveur de projets de travaux d'aménagement ou de rénovation, alors que les actions de prévention et de maîtrise de l'urbanisation sont trop souvent reléguées au second plan.
Mais rassurer les habitants à coup de grands travaux a ses limites et ne rectifie pas le tir en termes de juste appréciation ni d'appropriation des risques par les habitants. Le revers de la médaille, dénoncé de longue date par les experts et les associations environnementales, consiste alors à conforter la population dans ce que le CGEDD dénomme un "déni du risque". Or, comme l'a déclaré Christian Kert, député des Bouches-du-Rhône et président de l'Association de prévention des catastrophes naturelles (AFPCN), "cette tempête a montré qu'il fallait agir et l'Etat pourrait d'ailleurs bien contraindre des communes à faire reculer certaines zones d'habitat. Mais une politique d'urgence et de secours ne suffit pas, on a surtout besoin d'une meilleure politique de prévention". Dans son rapport parlementaire sur la sécurité des barrages et des digues publié il y a deux ans, il soulignait déjà "la nécessité d'impulser une nouvelle politique d'aménagement des digues". Et citait des actions exemplaires menées par les syndicats d'aménagement de la Loire et du Rhône, qui "sont de nature à rassurer, mais ne doivent pas obérer la carence d'une politique d'ensemble sur ce réseau très 'chevelu' de digues".

 

Les outils, pourtant, existent

Cette politique d'ensemble repose sur un tandem qui a du mal se roder. Le rapprochement entre, d'une part, les Papi qui sont portés par des structures de coopération de collectivités et, d'autre part, les plans de prévention des risques d'inondations (PPRI) élaborés par les services de l'Etat en association avec les collectivités concernées, est donc à renforcer, comme l'a d'ores et déjà préconisé le CGEDD. Pour qu'il le soit, encore faut-il que les PPRI, qui prennent en moyenne trois ans à être mis en œuvre, soient finalisés dans les communes les plus exposés. Selon Jean-Louis Borloo, "6.000 sont en place et il en faut 12.000, il y a donc encore du chemin à faire". Ce retard a des conséquences : si certaines des communautés de communes, dont il serait de la compétence d'œuvrer à réduire la vulnérabilité des biens et personnes, tardent parfois à agir au travers des Papi mis en place, c'est précisément parce qu'elles préfèrent attendre les prescriptions que formulera l'Etat à travers le PPRI, ont observé sur le terrain des inspecteurs du CGEDD.
A ce jeu du chat et de la souris s'ajoute un manque évident de moyens. Pour les syndicats intercommunaux qui les portent, les projets de Papi sont réputés lourds à assumer financièrement. Si bien que même si des actions d'information des populations ont parfois été intelligemment déployées, en s'appuyant notamment sur des sites internet et des cartographies, cet effort reste à ce jour insuffisant. En termes de description des risques d'inondations et d'information sur les consignes de sécurité à respecter, un outil commun existe, le document d'information communal sur les risques majeurs (Dicrim). S'il ne rencontre pas un franc succès, il bénéficie néanmoins d'une visibilité depuis quelques mois. En effet, une base de données (www.bd-dicrim.fr) recensant les 600 Dicrim transmis par les communes (sur les 15.000 concernées par des risques majeurs) permet de suivre la diffusion de cet outil, dont un département comme la Vendée ne semble s'être que peu doté, contrairement à son voisin Loire-Atlantique.

 

Morgan Boëdec / Victoires-Editions
 

Une mission parlementaire en vue

Gérard Larcher, président du Sénat, a réuni le 10 mars les sénateurs des départements les plus sinistrés par la tempête Xynthia (Vendée et Charente-Maritime) afin de dresser avec eux un état des lieux de la situation sur leurs territoires. Les sénateurs ont convenu de proposer, lors de la prochaine Conférence des présidents du 24 mars, la création d'une mission commune d'information permettant de réinterroger les problématiques liées au droit des sols, aux règles des droits de l'urbanisme et de l'environnement, aux mesures de prévention et de protection et aux régimes d'indemnisation. Gérard Larcher souhaite que cette mission soit "opérationnelle le plus rapidement possible" et qu'elle rende un rapport d'étape mi-mai puis son rapport définitif à l'été.
 C.M.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle