Un ancien terrain de sport transformé en champ de légumes bio (54)

Publié le
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Meurthe-et-Moselle

La municipalité d’Arnaville, à 15 km de Metz, a décidé d’installer une activité de maraîchage sur des parcelles en friche depuis plus de 40 ans. Conseillée par la chambre d’agriculture et la communauté de communes du Chardon lorrain, elle a choisi une candidate qui s’est installée en 2014, avec un accompagnement solide. Paysage, circuit court, activité agricole et environnement sont gagnants.

"Autrefois, le paysage était naturellement entretenu par les nombreux paysans et les vignerons. Leur départ vers les usines a contribué à son enfrichement. Il est important d’ouvrir à nouveau le paysage de la commune : nous travaillons à réhabiliter des vignes sur les coteaux, restait la plaine", explique René Cailloux, le maire d’Arnaville (Meurthe-et-Moselle, 610 habitants).
Sur cette commune, située à la confluence de deux rivières, la plaine a connu plusieurs usages successifs et des parcelles restent en friche depuis des décennies.

Reconquérir le paysage par l’activité maraîchère

La terre étant fertile et propre, pourquoi ne pas y installer une activité de maraîchage bio ? C’est ce qu’a pensé en 2011 le maire qui souhaitait réhabiliter cet espace, tout en contribuant à créer de l’activité économique.
Le conseil municipal choisit finalement un terrain de sport communal, à l’abandon depuis 40 ans, avec les anciens vestiaires réutilisables en local technique. En y adjoignant une petite parcelle voisine, également disponible, la surface totalise près de deux hectares, ce qui rend envisageable une installation en maraîchage.

Communauté de communes et chambre d’agriculture associées

Dès le départ, la commune associe la communauté de communes du Chardon lorrain et la chambre d’agriculture pour évaluer la faisabilité du projet, trouver le bon maraîcher et l’accompagner. Sur cinq candidats, c’est une femme qui est choisie pour signer un bail de neuf ans. "Elle sortait d’une formation agricole et était très motivée pour réussir sa reconversion professionnelle dans notre village, situé à 15 kilomètres de son domicile", indique l’élu. Les sols sont analysés et le conseiller de la chambre d’agriculture élabore avec la future maraîchère différentes études économiques et techniques préalables à son installation. La région apporte son soutien financier à cette étape d’accompagnement.

La maraîchère accompagnée, des habitants sensibilisés

La commune finance le défrichage et le nettoyage d’une des parcelles. La maraîchère prend en charge la clôture du terrain et reçoit des aides de la région et du département pour l’achat du matériel de maraîchage. Son activité associe la culture de plein champ et sous abri avec deux tunnels d'une surface totale de 578 m². "Nous ne sommes jamais intervenus dans ses choix, mais le fait qu’elle ait démarré avec des investissements raisonnables est un atout certain pour consolider son activité", précise le maire.
Autre sujet de satisfaction : une réunion publique organisée par la commune fin 2013 pour que la maraîchère présente son projet aux habitants a fait salle comble.

Maraîchage bio avec des débouchés via des Amap, mais pas seulement

Les sols sont propres, ce qui permet à la maraîchère d’être reconnue en agriculture biologique sans avoir à traverser plusieurs années de reconversion.
La récolte 2014, excellente en raison de conditions météorologiques exceptionnelles, lui permet de livrer environ 28 paniers chaque semaine, à l’Amap créée sur la commune et à une seconde Amap située 13 kilomètres, à Pont-à-Mousson.
La maraichère vend également occasionnellement sur des marchés locaux et à des clients individuels qui n’hésitent pas à venir de Metz. Les commandes se font via le site internet créé par la maraîchère. En 2015, environ 35 espèces de légumes, trois épices et 15 espèces d'herbes aromatiques ont été cultivés.

Vers d’autres projets d’occupation de friches

Même si elle n’a pu se dégager un premier revenu qu’en 2015, la maraîchère est très satisfaite de son choix, se sentant soutenue et entourée par les habitants. Le succès de cette installation encourage la municipalité à s’engager dans d’autres projets d’installation : pour la remise en culture de vergers et de jardins, ou la création de pâturages sur des parcelles abandonnées. Avec des pratiques culturales durables qui respectent les sols et l’environnement... Reste à convaincre les propriétaires de terrains agricoles, ou leurs descendants, qui n’habitent plus forcément sur le territoire.

Lucile Vilboux/magazine Village-L’Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Commune d'Arnaville

Nombre d'habitants :

610
98 Grande Rue
54530 Arnaville

René Cailloux

Maire
Haut de page