Ile-de-France

.

Une conférence citoyenne sur les nanotechnologies : une expérience de démocratie scientifique pour la région Ile-de-France

Organisation territoriale, élus et institutions

"Comment faut-il encadrer une technologie pour éviter les dérives et dangers éventuels ?" C'est la question que la région Ile-de-France a posé à seize citoyens, hommes et femmes, de tous âges et de toutes origines lors d'une conférence citoyenne.

Le débat public sur les nanotechnologies, organisé en Ile-de-France le 20 janvier 2007, montre que les citoyens peuvent éclairer les élus et les aider à prendre des décisions. La méthode a fait ses preuves, elle se nomme "conférence citoyenne". Les Franciliens sur lesquels vont s'appuyer les élus sont des citoyens qui acceptent de donner de leur temps durant trois mois. Ils ne sont pas recrutés pour leurs connaissances, ils sont volontaires et "représentatifs" de la diversité de la population qui vit en Ile-de-France, cela suffit.
Tout a commencé en septembre 2006. La région charge alors un institut de sondage de sélectionner un groupe de "panélistes" tandis qu'elle constitue un comité de pilotage. Ce comité est constitué de personnalités qui ont déjà animé des conférences citoyennes ou qui font autorité dans les domaines liés aux nanotechnologies.

Trois week-ends de préparation

Les seize personnes mandatées par la Région pour interroger les spécialistes, évaluer les risques et émettre des recommandations, ne sont pas des experts. Pour Marc Lipinski, vice-président du conseil régional, chargé de la recherche et de l'Innovation scientifique et technique, c'est ce qui fait leur force. "Ce que j'attends, explique-t-il au groupe, c'est ce que vous pouvez dire pour éclairer les décisions que nous devons prendre. Ce à quoi nous nous engageons, c'est à vous écouter, à prendre en considération ce que vous allez nous dire et à y répondre publiquement." Le ton est donné avec ce "je ne sais quoi" de solennité qui marque le début des grandes aventures.
Le premier week-end, en octobre 2006, a permis au groupe de se familiariser avec le sujet. Le comité de pilotage de la conférence avait veillé à recruter des formateurs dans les grands domaines de compétence. Les citoyens devaient comprendre la nature des nanoparticules mais aussi les incidences économiques, sociales, éthiques liées aux nanotechnologies... Dans ce domaine émergent cela veut dire explorer les "bosses", ce que l'on sait, mais aussi les "creux", tout ce que l'on ne sait pas. Sommes-nous en présence de la troisième révolution industrielle ? Si certaines propriétés des nanoparticules rappellent celles de l'amiante, prend-on les mêmes risques sanitaires ? Le marché des nanos est évalué à mille milliards de dollars dans les dix ans, un moratoire sur leur utilisation tuerait-il notre économie ?
A la fin du premier week-end, les participants s'étaient suffisamment familiarisés avec le sujet pour pouvoir formuler des demandes d'interventions complémentaires. Tout au long des trois week-ends consacrés à la préparation du débat public, dix-sept intervenants se sont succédé. Il s'agissait souvent d'enseignants, ravis de rencontrer des adultes curieux et motivés. Au terme de ce travail, le groupe, piloté par un animateur, a identifié cinq thèmes centraux : médecine, environnement, économie, communication et défense. En conséquence, il a choisi les experts invités au débat public et préparé des questions sur les risques et les bénéfices de cette technologie.

Le débat public

Le 20 janvier 2007, les "panélistes" étaient fin prêts, le débat, annoncé par voie de presse, a eu lieu. Chacun savait qu'il faudrait ensuite rédiger des recommandations et les présenter à la presse. Un enjeu qui poussa le groupe à poser les questions de fond sans se satisfaire de demi-réponses. Après de tels échanges, certains journalistes s'étonnèrent que le texte final soit modéré. Ce n'était pas pour surprendre Daniel Boy, du comité de pilotage : "Aucun avis des conférences de citoyens depuis vingt ans n'a tranché brutalement, explique-t-il. Parce que nous sommes dans des domaines complexes, c'est toujours "oui si" et "non peut-être". On est dans la vraie démocratie."
Comme Marc Lipinski s'y était engagé, les recommandations de la conférence citoyenne ont été portées à la connaissance du public par la presse y compris au moyens de publi-reportages financés par la région. Un film réalisé sur la conférence a été réalisé et projeté, il permet d'amorcer des débats. Par exemple, il est communiqué à tous les lycées d'Ile-de-France qui le demandent. Des contacts ont également été pris avec des associations de protection de l'environnement et de consommateurs afin de les associer aux réflexions présidant aux grandes orientations de la recherche sur les nanosciences en Ile-de-France, comme cela avait été demandé par les panélistes. Enfin la région a relayé auprès du gouvernement les recommandations des citoyens qui ne relèvent pas de ses compétences, comme celle de créer un observatoire à l'échelle nationale.

 

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-Conseils et Localtis

 

Pour en savoir plus :  Conférence citoyenne sur les nanotechnologies, les nanos et nous, le film. Ecrit et réalisé par David Hover et édité par la Région Ile-de-France.

Contact(s)

Conseil régional d'Ile-de-France

33 rue Barbet de Jouy
75007 Paris
01 53 85 53 85

Claudie Baudino

assistante du vice-président, chargée de la recherche et de l'innovation scientifique et technique
Haut de page