Une maison de santé urbaine dans un quartier sensible de Strasbourg

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Bas-Rhin

Le quartier du Neuhof, en pleine rénovation urbaine (Anru), est confronté à la désertification médicale, avec beaucoup de problèmes de santé et peu de médecins. Les élus strasbourgeois se sont impliqués dans la création d’une maison de santé urbaine ouverte depuis mars 2010.

Dans ce quartier sensible (19.700 habitants), plus de 16% des enfants âgés de 6 ans sont obèses (contre 3% en moyenne nationale). C’est en partant d’un diagnostic sur l’état de santé des habitants du quartier, du manque de médecins généralistes (cinq fois moins que dans les quartiers aisés) et d’une quasi-absence de spécialistes que les élus de Strasbourg ont accompagné le projet de maison urbaine de santé. Et cela dans le cadre du projet Anru de rénovation du quartier. "Notre objectif était d’en faire un outil de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, de permettre à chaque patient quels que soient ses revenus d’accéder à des soins de proximité de qualité", indique le docteur Alexandre Feltz, conseiller municipal de la ville de Strasbourg délégué à la santé, et vice-président de la communauté urbaine en charge de la santé.

Quatre points clés de la création d’une maison de santé

Le projet s’est construit autour de quatre points. "Nous avons d’abord écoutés les professionnels pour répondre aux besoins mis en lumière par le diagnostic et prévoyant des conditions d’exercice de qualité tant pour les soignants que pour les soignés", poursuit l’élu. Il est indispensable de partir du projet de professionnels de santé motivés et volontaires. La construction des murs ne peut se faire que dans un second temps. J’attire l’attention sur les risques d’échec que présente la démarche inverse qui consiste à accepter un projet de maison de santé clé en main, fourni par un promoteur immobilier, et ensuite essayer de convaincre les professionnels de s’y installer. "Le deuxième point clé réside dans la volonté politique d’aider les professionnels de santé à monter leur projet médical, et son corollaire immobilier. La maison de santé a été installée dans des locaux d’activité, qui ont été créés en extension au pied d’une tour d’habitat social à l’occasion de la restructuration complète de celle-ci. Cela mène au troisième point clé : trouver une structure support, pour conduire le montage financier et technique de la construction. La maîtrise d’ouvrage a été déléguée à CUS Habitat, organisme en charge du logement social sur le quartier, qui a piloté et suivi le projet. Pour la partie santé c’est le service santé publique et environnemental qui suit le projet", précise l’élu. Le montage financier, quatrième point clé, exigeait de mobiliser 2 millions d’euros, avec l’objectif d’atteindre au final un montant de loyers acceptable par les professionnels de santé. L’Anru, le Feder (Fonds européen de développement régional), le conseil régional, la ville et la communauté urbaine de Strasbourg ont participé au tour de table financier.

De nombreux partenariats pour un maillage médico-psycho-social

Tout au long de la réalisation du projet de nombreux partenariats ont été noués notamment avec les ateliers Santé Ville.
Cette démarche élaborée dans le cadre de la politique de la ville réunie la direction de proximité, la direction de la solidarité et de la santé, les associations impliquées dans la santé et le médicosocial, les professionnels de santé et le délégué du préfet en lien avec les adjoints thématiques et de proximité. L’ensemble constitue un maillage médico-psycho-social capable de prendre en considération l’ensemble des problèmes de santé du quartier.
La maison de santé propose une vaste offre de soins : cinq généralistes dont un chef de clinique, des internes de médecine générale, des infirmières, des kinésithérapeutes, des orthophonistes, une psychologue… Des travailleurs sociaux sont aussi présents pour aider, par exemple, les personnes âgées ou répondre aux problèmes d’addictions. Un laboratoire d’analyses, au statut juridique distinct de celui de la maison de santé, est également installé sur le site. La maison de santé urbaine du Neuhof est une association Loi de 1908, une particularité alsacienne tout à fait comparable aux associations loi de 1901 en vigueur dans les autres départements. "Nous avons en projet de développer ce type de structure dans d’autres quartiers en zones sensibles (Port du Rhin, Cronenbourg), annonce l’élu."

Attirer des stagiaires et des professionnels de santé

"Plus d’un an après son ouverture, les conditions d’accueil et de soins que nous avons créées donnent aux habitants du quartier le sentiment d’être mieux respectés et les ont rassurés sur la permanence de professionnels de santé près de chez eux." En outre, en tant que centre universitaire, la maison reçoit des stagiaires qui apprécient ce type de structure. La qualité des locaux et du projet médical, le fait d’être déchargé des taches administratives, prises en main par deux secrétaires, séduisent les jeunes médecins. "À une époque où ils sont de moins en moins nombreux à vouloir s’installer en libéral, ces arguments constituent de fortes incitations", conclut Alexandre Feltz.

Victor Rainaldi, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Communauté urbaine de Strasbourg

Nombre d'habitants :

475634

Nombre de communes :

28

Centre administratif - 1, parc de l'Etoile -
67076 Strasbourg cedex

Alexandre Feltz

conseiller municipal délégué à la santé et vice-président de la CUS Santé
Haut de page