Une Scic pour approvisionner les restaurants collectifs en produits bio et régionaux (Auvergne)

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Puy-de-Dôme

Sous l’impulsion de la région Auvergne, du conseil général du Puy-de-Dôme et de l’association Auvergne biologique, une Scic a vu le jour en 2007 pour proposer aux services de restauration collective des produits bio et régionaux. Depuis sa création, la demande n’a cessé de progresser.

En 2006, la Scic Auvergne Bio Distribution a pris le relais de l’association Auvergne biologique qui avait commencé dès 2001 à approvisionner la restauration collective régionale avec des produits biologiques d’Auvergne."Si cette nouvelle structure a pu se créer en trois mois seulement, c’est grâce à l’impulsion du département et de la région, dont l’intuition rejoignait celle de l’association, raconte Nathalie Carthonnet, directrice de la Scic. L’intérêt d’une société coopérative d’intérêt collectif est en effet qu’elle met autour de la table des partenaires, aussi bien privés que publics. Commercialement, elle véhicule en outre une image positive de notre activité en raison de la traçabilité garantie et de la provenance régionale d’une grande partie de nos produits."

Aide au démarrage de la région et du département

Un comité de pilotage, animé par un consultant, a été constitué avec des producteurs, des transformateurs, des représentants de collectivités locales ainsi que la future directrice de la Scic issue du secteur économique. Pour démarrer, la Scic Auvergne Bio Distribution a reçu une avance remboursable de 17.000 euros de la région et une aide départementale de 40% du brut salarial durant les trois premières années du premier salaire. Par ailleurs, la région verse des aides aux restaurants des collèges et écoles primaires lorsqu’ils proposent des repas 100% bio."Le travail important de sensibilisation et d’information sur l’alimentation biologique réalisé auprès des élèves et des professionnels de ces établissements par la région et le département du Puy-de Dôme, a également facilité le démarrage de notre activité", observe la directrice de la Scic.
Les différents associés de la Scic sont représentés à travers quatre collèges : producteurs (17), collectivités locales (10), transformateurs (12) et salariés (1) .

Une activité à plusieurs volets, avec un rôle de conseil

La principale activité de la Scic est le négoce, avec l’achat et la revente de produits bio, dont la marge permet de faire vivre la structure. La clientèle est constituée à 90% de restaurants collectifs publics (principalement scolaires), le reste étant constitué de restaurants d’entreprises, centres de handicapés, centres aérés, centres de vacances pour adultes. Dès le début de l’activité, l’objectif a été de proposer une palette suffisamment large de produits, en priorisant ceux issus de la région. En 2011, ces derniers représentent environ 70% du chiffre d’affaires de la Scic. S’ils viennent à manquer - ainsi que pour certains produits qui ne pourront jamais être locaux - la Scic se fournit dans les régions voisines, voire plus loin. "En aucun cas, il ne faut être en rupture de stock", souligne la directrice. Un catalogue des produits actualisé chaque mois est envoyé aux établissements clients. Autre volet de son activité : aider les chefs de cuisine et des gestionnaires des restaurants collectifs à fabriquer des repas équilibrés à un prix raisonnable. Cette sensibilisation, notamment à la préparation des menus, à des méthodes de cuisson (en proposant par exemple de remplacer la viande par des protéines végétales…), s’est déroulée sous forme de sessions de formation dans un premier temps, et maintenant, essentiellement par de l’accompagnement téléphonique.
La Scic informe et conseille également les producteurs bio sur l’évolution de la réglementation, le lancement de nouveaux produits, etc. "Nous apportons nos conseils au quotidien, également par téléphone. Cela peut prendre beaucoup de temps, mais c’est très important pour que les producteurs puissent proposer une offre qui réponde aux exigences sanitaires et logistiques de la restauration collective", poursuit la directrice.

Activité en progression régulière et retombées positives sur l’économie locale

Depuis sa création, le chiffre d’affaires de la Scic n’a cessé de progresser : 614.400 euros en 2009, 853.759 euros en 2010, le million cette année. Cette évolution est due à une augmentation, d’une part, des commandes par établissement et, d’autre part, du nombre de restaurants desservis : 144 en 2009, environ 200 aujourd’hui. Auparavant hébergée chez un prestataire logisticien, en 2010, la Scic a déménagé dans des locaux qu’elle loue à une communauté de communes. Aujourd’hui, la structure emploie quatre salariés. La directrice souligne l’impact positif de la Scic sur l’installation et la conversion des agriculteurs en bio sur la région. D’ailleurs, elle travaille actuellement à la création, sur la région, d’ateliers de transformation de produits comme les légumes, condition, selon elle, pour faire progresser l’offre en produits bio locaux.

Lucile Vilboux / Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Région Auvergne

Hôtel de la région, 13-15, avenue de Fontmaure BP 60
63402 Chamalières Cedex
04 73 31 85 85

Stéphane Lobregat

1er adjoint à la mairie de Loubeyrat
st.lobregat@gmail.com

Scic Auvergne Bio Distribution

ZAC de la Varenne, rue de Bretagne
63460 Combronde
04 63 85 80 18
04 73 97 92 63

Nathalie Carthonnet

Directrice
info@auvergnebiodistribution.fr
Haut de page