Vacances apprenantes : le dispositif "écoles ouvertes" reconduit et enrichi

Le dispositif "écoles ouvertes" va de nouveau permettre d'accueillir des enfants cet été pour du renforcement scolaire. Il se déclinera sous différentes formes, dont une découverte du patrimoine à vélo. Si l'Éducation nationale prend la responsabilité juridique et financière de l'opération, les collectivités sont invitées à conventionner.

Le ministère de l'Éducation nationale a annoncé le 18 juin 2021 la reconduction des différents dispositifs regroupés sous l'appellation Vacances apprenantes. Outre les "colos apprenantes" dont la nouvelle saison avait déjà été confirmée (lire notre article du 12 mai 2021), il s'agit de quatre opérations dont une est encore inédite : "école ouverte", "école ouverte buissonnière", "mon patrimoine à vélo" et "l'été du pro".

Le dispositif "école ouverte" de base permet, selon une formule existant depuis de nombreuses années et désormais étendue au-delà des réseaux d'éducation prioritaire (REP), d'accueillir dans les établissements scolaires des jeunes qui ne quittent pas leur lieu de résidence afin de leur proposer un programme "équilibré" associant renforcement scolaire et activités sportives et culturelles au sens large. La journée y est divisée entre une matinée consacrée au renforcement des compétences scolaires des élèves, sous la conduite d'enseignants volontaires, et un après-midi dédié à des activités culturelles, sportives et de découverte de la nature, dans le cadre de centres de loisirs municipaux ou associatifs.

Les "écoles ouvertes buissonnières" consistent pour leur cas en des séjours destinés à sensibiliser au développement durable les élèves du CP à la terminale. Elles sont organisées à la campagne ou sur le littoral. Ces séjours de découverte de la nature et du patrimoine local sont, selon le ministère de l'Éducation nationale, "l'occasion pour les élèves d'être confrontés à des conditions de vie particulières, les amenant à des prises de responsabilité favorables à une plus grande autonomie". Les séjours peuvent, par exemple, avoir lieu sous la forme de mini-camps sous la tente.

L'école "à vélo", une nouveauté

"Mon patrimoine à vélo" est une nouvelle opération. Elle consiste, toujours dans le cadre du dispositif "école ouverte", à organiser des excursions à vélo afin d’aller à la rencontre du patrimoine culturel ou naturel, matériel ou immatériel d'un territoire. Ce projet associe donc éducation physique et sportive, éducation artistique et culturelle mais encore éducation au développement durable. Il se décline localement avec le soutien des clubs sportifs, du secteur touristique et culturel et des collectivités territoriales. Les excursions à vélo peuvent être proposées sur une durée d’une journée ou sur un séjour d’une à deux semaines, en fonction de l’âge des élèves.

Enfin, "l'été du pro" concerne différents types d'élèves inscrits dans un cycle de formation professionnelle en 2020/2021 : ceux qui doivent encore se représenter à la session de septembre, ceux qui se trouvent en fin de parcours en voie professionnelle ou en réorientation, mais aussi ceux qui sont issus de classes de troisième "prépa métier". L'opération vise à renforcer leurs aptitudes et compétences professionnelles ou générales : par petits groupes, les élèves, encadrés par des professeurs d’enseignement professionnel, participent à des ateliers sur les plateaux techniques.

Pour ces différentes déclinaisons de l'"école ouverte", les collectivités d’accueil mettent à disposition leurs équipements et matériels mais ne sont, en principe, pas chargées, ni juridiquement responsables, de l’organisation ni de la surveillance. La responsabilité incombant à l'établissement scolaire et à son partenaire associatif.

Convention avec l'État

Bien entendu, l'implication des collectivités territoriales peut être plus importante quant elles gèrent elles-mêmes les accueils de loisirs estivaux qui prennent le relais de l'Éducation nationale selon les moments de la journée. C'est le cas à Montreuil (Seine-Saint-Denis) où le conseil municipal devrait renouveler le 7 juillet prochain sa convention avec l'État.

L'an dernier, la ville de Montreuil avait mis à disposition de l'Éducation nationale neuf écoles élémentaires de REP+ (réseau d'éducation prioritaire renforcé) et NEP (normes d'éducation prioritaire) afin d'y accueillir six cents élèves du CP au CM2 au sein du dispositif "école ouverte". L'opération s'était déroulée durant la semaine du 24 au 28 août. La matinée de trois heures était consacrée à l'enseignement et l'après-midi à des activités culturelles, sportives et de découverte de la nature animées par le personnel des accueils de loisirs de la commune.

Selon les termes de la convention signée en 2020 entre la ville de Montreuil et l'État, la responsabilité de ce dernier s'était substituée à celle de la commune. Par ailleurs, l'État s'était engagé à prendre en charge le coût de l'accueil des enfants et des frais de fonctionnement liés aux activités proposés. Ce coût était évalué à 55 euros par demi-journée et par groupe de quinze élèves, soit 22.000 euros pour quarante groupes à raison de dix demi-journées. La collectivité avait ainsi pu proposer la gratuité de toutes les activités aux enfants, à l'exception de la cantine, facturée sur la base du nouveau quotient familial.

Un budget en baisse

L'ensemble de ces quatre dispositifs bénéficient cette année d’un budget de 35 millions d'euros. Les Vacances apprenantes sont complétées par les "stages de réussite", dotés de 45 millions d’euros, et destinés aux élèves les plus en difficulté pour consolider leurs acquis fondamentaux, tout particulièrement en français et en mathématiques, et par les "colos apprenantes", aidés par l'État à hauteur de 40 millions d’euros, à raison d'un soutien maximum de 400 euros par jeune et par semaine pour les collectivités territoriales organisatrices volontaires. Au total, l'ensemble des Vacances apprenantes disposent cette année de 120 millions d'euros, contre 200 millions en 2020.

L'été dernier, près de 945.000 jeunes avaient profité des “vacances apprenantes” dont 250.000 dans les "écoles ouvertes", le plus souvent concentrées sur deux semaines au début juillet ou à la fin du mois d'août, 180.000 dans les "stages de réussite" et 125.000 dans les "colonies apprenantes".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle