Lot

Corrèze

"Vallée de la Dordogne" : 148 communes font OT commun (46/19)

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Comment un office du tourisme, qui regroupe 148 communes situées dans neuf intercommunalités, deux départements et deux régions, a-t-il pu voir le jour ? La volonté des élus et des professionnels de la vallée de la Dordogne d’agir dans l’intérêt de leur territoire a créé une dynamique associant tous les acteurs qui a effacé l’esprit de clocher.

Avant de pénétrer en majesté dans le Périgord, la rivière Dordogne traverse une partie de la Corrèze et s’étire le long d’une vallée en direction de Souillac, dans le Lot. C’est pour valoriser ce parcours, riche d’une offre touristique variée et doté de sites emblématiques - Rocamadour, le gouffre de Padirac ou encore Collonges-la-Rouge, village classé -, que des territoires de la Corrèze et du Lot ont uni leurs efforts. Entre 2010 et 2016, élus et professionnels ont réalisé de grandes avancées en matière d’organisation.

2010 : le territoire au cœur de la "Destination vallée de la Dordogne"

En 2010, les acteurs du tourisme de la communauté de communes de Souillac et de l’intercommunalité voisine - devenue depuis communauté de communes de Cauvaldor - lancent une étude pour renforcer la promotion du territoire autour de la vallée de la Dordogne et améliorer l’accueil des touristes. Les conclusions incitent à la création d’un office du tourisme unique à la place des offices existants.
"Elus communautaires et municipaux, professionnels, nous avions tous compris que le développement du tourisme dans notre territoire passait par la mise en place d’une stratégie de destination forte, capable de faire parler de la "vallée de la Dordogne" comme on parle des "châteaux de la Loire", souligne le président de l’Office du tourisme de la vallée de la Dordogne, Gilles Liébus, également président de la communauté de communes de Cauvaldor. Cela exigeait de fédérer l'ensemble des acteurs autour de la valorisation de nos patrimoines pour attirer davantage encore la clientèle française et internationale."

2012 : 83 communes lotoises regroupées autour d'un office du tourisme unique

En 2011, l’adhésion de Rocamadour à la communauté de commune de Souillac accroît les enjeux touristiques du territoire et accélère la démarche. Ce sont d’abord 55 communes, deux intercommunalités et leurs offices associatifs qui créent un premier office du tourisme unique de la vallée de la Dordogne, administré par un syndicat mixte. En 2012, il est classé en catégorie 1 par le ministère du Tourisme, et un plan marketing sur la marque "Vallée de la Dordogne" est lancé.
Convaincues par la démarche, 28 autres communes adhèrent à l’office, portant le total à 83. Un établissement public industriel et commercial (Epic), adossé à un nouveau syndicat mixte, est alors mis sur pied pour prendre en charge le tourisme.

2016 : l’office est rejoint par 65 communes corréziennes

Parallèlement aux démarches effectuées dans le Lot, des élus et professionnels du tourisme de la Corrèze voisine ont mené une réflexion comparable. Unis par le fil conducteur de la vallée de la Dordogne, les acteurs des deux départements préparent leur rapprochement au lieu de se lancer dans une concurrence contreproductive.
Dès 2014, ils se rencontrent et installent un comité de coordination pour organiser l’entrée de 65 communes et six intercommunalités corréziennes dans l’Epic. Ce cheminement aboutit le 1er janvier 2016 à la création de l’office du tourisme de la vallée de la Dordogne compétent sur un territoire de 148 communes, 9 communautés, 80.000 habitants et adossé sur deux syndicats mixtes - Pays Vallée de la Dordogne, et Vallée de la Dordogne corrézienne.

Forte implication des professionnels

Ainsi présenté ce projet paraît simple, mais ce fut "un travail de titan", selon les mots du président de l’office du tourisme. À la base de ce succès, rappelle-t-il, il y a "une forte volonté de dépasser les clivages politiques pour agir dans l’intérêt commun de nos territoires. L’implication sans faille des professionnels dans le projet a contribué à rapprocher les élus de sensibilités différentes".

Gouvernance : un souci de parité

La clé de cette coopération réussie est son modèle de gouvernance que les élus ont voulu la plus paritaire possible. En dépit du poids supérieur du Lot en matière de tourisme (328 millions de dépenses touristiques pour 200 en Corrèze), le nouvel office du tourisme est aujourd’hui chapeauté par un comité de direction composé de 15 élus côté lotois, 12 côté corrézien et du même nombre de représentants socioprofessionnels (10) pour chaque collectivité des deux départements.
Même schéma pour le comité de coordination qui rassemble les communautés de communes, les anciens présidents des offices de tourismes associatifs, les deux syndicats mixtes - lotois et corréziens - et le comité de direction de l’Epic.

Evolution des métiers, contrat de destination et maillage territorial

La fusion a suscité une nouvelle dynamique qui a permis de faire évoluer les métiers. L’office du tourisme unique, qui compte 35 salariés permanents et une vingtaine de saisonniers, est structuré en cinq pôles professionnalisés : conseils, marketing, ingénierie, relation avec les acteurs locaux du tourisme et ressources humaines/formation.
Cette stratégie de professionnalisation s’appuie sur un contrat de destination qui permet au territoire de renforcer sa visibilité vis-à-vis des marchés internationaux, avec l’appui de l’agence de développement touristique Atout France et ses implantations dans 27 pays.
Parallèlement, pour préserver la proximité, 9 à 16 bureaux d’accueil du public sont ouverts sur le territoire en fonction de la saison.

"La coopération engagée par les 148 communes et les 9 communautés pour la création de l’office du tourisme de la vallée de la Dordogne a contribué à faciliter les fusions effectives au 1er janvier 2017", estime l’élu. Dans le Lot, les trois intercommunalités du périmètre de l’office du tourisme n’en feront plus qu’une de 48.000 habitants, en Corrèze, elles passeront de 6 à 2.

Les financements de l’office du tourisme unique et aide à l’ingénierie
Avec la création de l’Epic, la taxe de séjour est obligatoirement reversée à l’office du tourisme. Le renoncement des élus à cette ressource, qui était auparavant perçue par chaque collectivité, démontre leur implication dans le projet. Elle représentait un montant de 600.000 euros. Pour leur part, les deux syndicats mixtes lotois et corrézien versent 10,50 euros par habitants. Du côté des régions, 70.000 euros sont apportés par l'Occitanie, 40.000 par la Nouvelle-Aquitaine. Près de 2 millions de budget au total. Quant aux départements, ils fournissent une aide précieuse en ingénierie.


Victor Rainaldi pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

Office de tourisme Vallée de la Dordogne

L'Hospitalet
46500 Rocamadour
05 65 33 22 00
Nombre d'habitants : 80000
Nombre de communes : 148

Gilles Liébus

président

Yves Buisson

directeur général
Haut de page