Villes de France et les CCI anticipent la deuxième phase d'Action coeur de ville

Alors que la feuille de route de la deuxième phase du programme Action coeur de ville n'est pas encore connue, l'association Villes de France et CCI France ont signé une convention le 31 mai pour travailler ensemble à l'enjeu du "renouveau économique et la relocalisation de l’activité productive".

Caroline Cayeux, présidente de l’association Villes de France, et Alain Di Crescenzo, président du réseau des chambres de commerce et d’industrie (CCI France) ont signé une convention, le 31 mai, pour coopérer sur l’un des trois piliers de l’Acte II du programme Action cœur de ville, à savoir "le renouveau économique et la relocalisation de l’activité productive". Ces trois axes avaient été présentés par l’ancienne ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, aujourd’hui membre du Conseil constitutionnel, à l’occasion des 4e rencontres Action cœur de ville, à la Cité de l’architecture, le 7 septembre 2021 (les deux autres axes étaient "la résilience face au changement climatique" et "les transitions démographiques"). Les deux partenaires ont convenu de s’attaquer au problème de l’essor des "dark stores" et des "quick stores" et prévoient l’élaboration d’un "livre blanc partenarial sur les nouvelles formes de commerce pour mettre en valeur les bonnes pratiques et formuler des propositions" (le gouvernement avait déjà publié en mars un guide à l'attention des élus sur ce sujet). Ils soulignent aussi la "nécessité d’un dialogue constructif entre collectivités et entreprises pour concilier objectifs de sobriété foncière et besoins de fonciers pour la relocalisation d’activités".

Une nouvelle feuille de route attendue en juillet

Également au menu de cette convention : la poursuite de la transformation numérique des commerces de proximité, la demande de la restauration d’un dispositif d’aides directes aux commerçants (après la disparition du Fisac), des actions de soutien à l’emploi et à la formation dans les territoires. Par ailleurs, l’offre de services des CCI à destination des collectivités "Soluccio Territoires" sera enrichie pour "renforcer la connaissance du tissu commercial" et agir sur la transmission des commerces en centre-ville.

Cette convention à vocation à s’appliquer jusqu’à la fin du programme en 2026. Elle anticipe quelque peu la nouvelle feuille de route que le directeur du programme Rollon Mouchel Blaisot devrait remettre à la nouvelle ministre Amélie de Montchalin courant juillet. Elle devrait comporter à la fois des objectifs et une maquette financière. Dans un pré-rapport daté de mars, le directeur entendait assigner une triple ambition à la poursuite du programme lancé en 2018 : "amplifier" les thématiques de départ (habitat, commerces, mobilité, patrimoine, services, etc.), "enrichir" en ajoutant de nouvelles thématiques (transitions démographique, écologique et économique) et "élargir" le programme aux quartiers de gares et entrées de villes, conformément aux orientations fixées par le président de la République en clôture de la rencontre du 7 septembre 2021 (voir notre article du 8 septembre 2021). Le tout "dans le cadre d’une décentralisation responsable qui fait confiance aux élus et acteurs locaux".

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle