Voultegon et Saint-Clémentin deviennent Voulmentin (79)

Publié le
dans

Commande publique

Organisation territoriale, élus et institutions

Deux-Sèvres

Deux communes des Deux-Sèvres ont décidé de ne faire qu’une, en raison de la menace de suppression de leurs syndicats communs. Le processus s’est étalé sur deux années, au fil de nombreuses étapes, dans une concertation étroite entre les deux conseils municipaux, avec la participation de la population.

"L’idée de rapprocher nos deux communes pour n’en créer qu’une est née de la menace de disparition de syndicats communs, suite à la réforme des EPCI et de leur périmètre", témoigne Martine Chargé-Baron, maire de la commune nouvelle de Voulmentin (1.118 habitants). Distantes d’un peu plus d’un kilomètre, les deux anciennes communes de Saint-Clémentin (556 habitants) et Voultegon (562 habitants) avant la fusion, ont de tout temps travaillé ensemble, bien avant la création de la commune nouvelle fin 2012. "C’était une habitude : nous partagions un syndicat sportif pour la gestion des terrains de football et de tennis, et un syndicat de voirie, explique la maire. Mieux encore, Voulmentin était le nom du club de football et les agriculteurs des deux communes avaient baptisé leur coopérative de matériel, la Voulmentine ! Comme le club local de gymnastique."

Baliser le terrain…

La concertation a démarré début 2011 par des échanges entre les deux maires, rejoints par leurs quatre adjoints. Ces six interlocuteurs ont réfléchi aux modalités d’un rapprochement, ainsi qu’aux conséquences pour la population : "Par crainte de l’esprit de chapelle, nous avons préféré bien baliser le terrain avant de lancer l’idée", résume l’élue.

… par l’information permanente des conseils municipaux

En avril 2011, chacun des deux conseils municipaux s’est réuni en présence du directeur de l’association départementale des maires, venu présenter les enjeux de la réforme et de la création d’une commune nouvelle. Un mois plus tard, chaque conseil a voté séparément et à l’unanimité la poursuite de la réflexion.
Les maires et leurs adjoints se sont alors réunis toutes les trois semaines pour étudier les points de différences, avec compte rendu régulier aux deux conseils. "Finalement, nous nous sommes aperçus que, par notre fonctionnement, le budget, les impôts…, nous étions presque jumelles, ce qui a facilité les choses. Nous avons eu le souci d’informer les conseils municipaux en simultané et en permanence pour mettre tout à plat !".

… et la mise en place de commissions

Des commissions ont été installées sur l’harmonisation de l’informatique, les équipements, les bâtiments communaux, les écoles et la restauration scolaire, les agents et leur rémunération.
Les élus ont présenté leurs conclusions aux deux conseils pour délibération, chacun étant ainsi acteurs de la fusion. Le projet a fait apparaître qu’il sera possible, à terme, de réaliser des économies d’échelle en éliminant des doublons et en réorganisant les équipes (même si elle a plutôt prévu un surcoût durant les deux premières années) : réorganisation et équipements des bureaux et de l’atelier municipal, changement de logiciel, communication… D’ores et déjà, 4.500 euros d’économies ont été immédiatement réalisés avec la renégociation des contrats d’assurance. "Bien sûr, le personnel a fortement ressenti ce changement, les neuf agents gardent le même statut et le même temps de travail mais forment une nouvelle équipe. Cela implique de passer d’un fonctionnement autonome à un travail d’équipe, et a perturbé leurs habitudes et leur organisation.

Consultation sur le nom

En mars 2012, la population de chaque commune a été informée par une réunion publique, organisée à huit jours d’intervalle, en présence des deux conseils municipaux. Comparaison des budgets, des taux d’imposition, gestion des restaurants scolaires, des cimetières…, de nombreux points ont été abordés, recevant globalement un accueil favorable de la population malgré quelques résistances. "A l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle en avril 2012, nous avons lancé une consultation sur les suggestions pour le nom de la nouvelle entité, afin de rendre les habitants acteurs de cette fusion. Après un débat animé, le nom de Voulmentin a été préféré à Pont-d’Argent un moment proposé, et s’est imposé en juin avec plus de 80 voix d’avance sur 500 votants", témoigne le maire.
Chaque foyer a reçu des courriers personnalisés au fur et à mesure du rapprochement (un petit journal sortira en juin 2013). Une dernière délibération de principe a été votée le 11 juillet 2012 par les deux conseils…
Jusqu’aux prochaines élections, le conseil municipal est composé de l’ensemble des deux conseils municipaux soit 26 personnes (15+11). Progressivement chacun prend ses marques et c’est un nouveau conseil municipal, celui de Voulmentin, qui assure la gestion de cette commune nouvelle.

Depuis le 1er janvier 2013, le conseil municipal et la nouvelle mairie se sont installés dans l’ancienne mairie de Saint-Clémentin, choisie pour sa fonctionnalité, ses bureaux, son adaptation aux personnes handicapées. "Cela dit, conclut la maire de Voulmentin, mieux vaut ne pas relâcher la vigilance et l’accompagnement, afin que la commune nouvelle ne soit pas rendue responsable de la moindre anicroche !"

Interview de Michel Léon, Titres & chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Commune nouvelle de Voulmentin

Place de la Mairie
79150 Voulmentin
05 49 80 22 28
Nombre d'habitants : 1118

Martine Chargé-Baron

Maire
mairievoulmentin@orange.fr
Haut de page