Habitat - Accès des jeunes au logement : toujours la galère !

L'Observatoire de la jeunesse solidaire consacre son rapport 2015 à "L'accès au logement, déterminant pour l'autonomie des jeunes". Ce document rend compte de l'enquête annuelle réalisée par l'Afev (Association de la Fondation étudiante pour la ville), la société d'étude Audirep et la Fondation BNP Paribas. L'étude met en évidence une "situation alarmante" sur l'accès au logement des jeunes.

Une situation qui se dégrade

Le rapport estime que "le contexte s'est tellement aggravé qu'ils sont désormais sept sur dix à déclarer avoir été ou être encore confrontés à des difficultés de taille dans ce domaine. Et ce même si près de huit jeunes sur dix de 18 à 30 ans ont d'ores et déjà quitté le domicile parental". Parmi les 18-24 ans, 25% des jeunes vivent encore chez leurs parents, dont 67% pour des raisons financières.
Autres chiffres qui témoignent de l'ampleur des difficultés en la matière : 21% des jeunes n'ont pas pu avoir accès à un logement car sans emploi ou en emploi précaire ; 25% ont renoncé à des dépenses de première nécessité pour pouvoir se loger ; 12% se disent victimes de discriminations dans l'accès au logement ; 26% n'ont pas accès à un logement locatif faute de moyens ; 15% des jeunes autonomes se sont déjà retrouvés sans logement ou dans une situation très précaire...
Sans surprise, ce sont les jeunes de milieu populaire qui accèdent le plus difficilement à l'autonomie en la matière. Les différences sociales sont fortement marquées : sur les 32% de jeunes qui disent n'avoir rencontré aucune difficulté dans l'accès au logement, on trouve en majorité des jeunes en activité professionnelle, ayant un niveau bac+5 et des parents propriétaires et CSP+. A l'inverse, parmi les 68% de jeunes ayant rencontré au moins une difficulté dans l'accès au logement prédominent ceux sans activité professionnelle ou en intérim, non diplômés et vivant chez leurs parents.

12% des locataires du parc social ont moins de 30 ans, contre 24% en 1984

Ces chiffres s'accompagnent, dans le rapport de l'Observatoire, de témoignages de jeunes ayant participé à l'enquête, mais aussi d'analyses d'experts et de responsables de différentes organisations représentant les moins de trente ans.
Juliette Furet, responsable du département des politiques sociales à l'USH (Union sociale pour l'habitat), rappelle ainsi l'"effet vieillissement" des locataires du parc social : aujourd'hui, 12% d'entre eux ont moins de trente ans, contre 24% en 1984.
Pour Philippe Pelletier - avocat spécialisé en droit du logement, président du "Plan bâtiment durable" et ancien président de l'Union nationale de la propriété immobilière -, les jeunes "ne trouvent pas leur place dans le système du logement français". Il préconise le développement des colocations de maisons individuelles (comme en Allemagne ou aux Pays-Bas) et du logement intergénérationnel (avec la possibilité que les collectivités se portent garantes du loyer).
Enfin, Ahmel Djioui, déléguée nationale de l'Uncllaj (Union nationale des comités locaux pour le logement autonome des jeunes) constate chez les jeunes les moins biens lotis "une forme de résignation et d'acceptation de leurs difficultés, même si beaucoup tentent de les contourner et innovent". Selon Ahmel Djioui, cette "résignation par rapport à l'accès au logement se retrouve dans d'autres accès [aux] droits (santé, emploi, stabilité...)".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle