Localtis

Canal Seine-Nord Europe : l'État et les collectivités des Hauts-de-France vont verser 2,2 milliards d'euros

Publié le
par
Anne Lenormand / Localtis avec AFP
dans

Transport mobilité durable

France

Hauts-de-France

L'État et les collectivités des Hauts-de-France vont verser 2,2 milliards d'euros pour financer le projet du canal Seine-Nord Europe, ont annoncé ce 4 octobre le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, et le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dans un communiqué commun. Cette liaison à grand gabarit entre Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Nord), d'une longueur de 107 kilomètres, doit faciliter le transport de marchandises entre les pays du Benelux et la région parisienne, et décharger l'autoroute A1. Son coût total est évalué à 5 milliards d'euros.
D'une part, "une contribution budgétaire de l'État de 1,1 milliard d'euros sera versée à la société du Canal Seine-Nord Europe par l'Agence de financement des infrastructures de transport (Afitf)", ont indiqué Gérald Darmanin et Jean-Baptiste Djebbari. "Un amendement au projet de loi de finances (PLF) pour 2020 sera présenté au Parlement pour la mobilisation de (ces) ressources additionnelles", ont-ils souligné. L'apport de l'État sera complété par une contribution du même montant de la part des collectivités territoriales des Hauts-de-France, de l'Oise, du Pas-de-Calais, du Nord, de la Somme et de l'Île-de-France, "qui pourra le cas échéant être financée au moyen d'un emprunt".
L'Union européenne doit pour sa part apporter 2 milliards d'euros, "au titre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe (MIE)", selon Bercy. Bruxelles s'était engagé à financer l'ouvrage "à hauteur de 50% du montant des études et de 40% du montant des travaux", selon le communiqué du gouvernement.
S'agissant du reste à financer - c'est-à-dire entre 700 et 900 millions d'euros, précise Bercy -, "l'État aidera à la mise en place de ressources à assiette locale pour financer la contribution d'équilibre, dont le montant sera garanti par les collectivités", ajoute le communiqué.
Le projet d'origine, conçu comme un partenariat public-privé d'un montant évalué à 7 milliards d'euros, avait été abandonné et revu à la baisse à 5 milliards d'euros, avec un financement cette fois 100% public. Mis de côté par le gouvernement à son arrivée aux affaires en 2017, il a été relancé l'année d'après, sous la pression notamment du président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand.

Haut de page