Localtis
Anne Lenormand / Localtis

Le canal Seine-Nord adoubé par la Commission européenne

Transport mobilité durable

Europe et international

France

Belgique

La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a salué ce 2 juillet l'"étape très importante" franchie avec la récente reconnaissance par la Commission européenne du réseau fluvial Seine-Escaut, qui ouvre la voie à un financement européen plus important pour le futur canal Seine-Nord.

"C'est une étape très importante que nous franchissons dans la concrétisation de ce projet et la pleine reconnaissance de sa vocation européenne", a déclaré Élisabeth Borne, citée dans un communiqué ce 2 juillet. La ministre des Transports a ainsi salué la "décision d'exécution" adoptée par la Commission européenne le 27 juin qui fixe le calendrier du "projet transfrontalier Seine-Escaut". "L'engagement pris par l'Union européenne à travers cet acte d'exécution est un signal très positif pour le transport fluvial en Europe, a de son côté commenté dans un communiqué Thierry Guimbaud, le directeur général de Voies navigables de France (VNF). Il pose le cadre d'un financement pérenne de l'Union européenne au projet Seine-Escaut et démontre la solidité de ce projet partenarial pour lequel la France investit massivement."
Ce projet couvre quelque 1.100 km de voies navigables en France et en Belgique, qu'il s'agit de construire ou d'élargir d'ici 2030 pour permettre le passage de convois fluviaux modernes de 4.400 tonnes. Il comprend la Seine, de Nogent-sur-Seine (Aube) à Paris et au Havre (Seine-Maritime), un tronçon de l'Oise prolongée par le futur canal Seine-Nord, l'axe Dunkerque-Valenciennes (Nord) et les liaisons avec le réseau fluvial belge via la Lys et l'Escaut. Sur les 735 km concernés en France, le gros morceau est le futur canal Seine-Nord Europe, long de 107 km entre Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Nord). Évalué à près de 5 milliards d'euros, il doit faciliter le transport de marchandises entre les pays du Benelux et la région parisienne, et décharger ainsi l'autoroute A1.

Financement via le mécanisme pour l'interconnexion en Europe

"L'Europe est engagée en faveur de la réalisation de la liaison Seine-Escaut, qu'elle finance dans le cadre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe 2014-2020 à hauteur de 50% du montant des études et de 40% du montant des travaux, a relevé le ministère des Transports. Sur la période 2021-2027, la liaison Seine-Escaut pourrait être éligible à un taux maximal de 50% du montant des travaux." Le mécanisme d’interconnexion européenne 2014-2020, en cours jusqu’en 2022 a fixé une contribution européenne de 634 millions d'euros pour un programme d’opérations de 1.464 millions d'euros en France, Flandre et Wallonie, a précisé VNF dans son communiqué.
"Par cette décision d’exécution, la France, les régions flamande et wallonne de Belgique et la Commission européenne confirment leur engagement commun dans le projet et s’accordent sur l’avancement des travaux de la liaison européenne, dont le suivi et la coordination sont assurés par une commission intergouvernementale associant la Commission européenne, a ajouté le ministère des Transports. La France associera également la Commission européenne à la gouvernance de l’établissement public Société du canal Seine-Nord Europe, chargé de la réalisation de cette infrastructure, et dont la transformation en établissement public local a été inscrite dans le projet de loi d’orientation des mobilités récemment adopté par l’Assemblée nationale en première lecture."

Haut de page