Localtis

Déconfinement et aménagements cyclables temporaires : le mode d’emploi est paru

Le Centre d'études et d'expertise pour les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) a publié ce 5 mai un document de recommandations techniques pour aider les collectivités à mettre en place des aménagements cyclables temporaires.

Comment, dans l’urgence et en restant concis - une vingtaine de pages illustrées de photos et schémas - donner des pistes aux collectivités pour tester des solutions d’aménagements cyclables provisoires simples ? C’est à cet exercice que s’est livré le Centre d'études et d'expertise pour les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) avec des collectivités (Toulouse, Rennes, Grand Chambéry, Montreuil, Paris) et des associations (Vélo & Territoires, Club des villes et territoires cyclables) en détaillant, dans un guide très attendu publié ce 5 mai, les leviers qui permettront aux cyclistes de circuler à vélo "dans des conditions sanitaires satisfaisantes" pendant le déconfinement. Comme l’opérateur du ministère l’a déjà suggéré (voir notre article du 16 avril), "les artères urbaines à 2x2 ou 2x3 voies sans stationnement motorisé latéral sont particulièrement adaptées pour accueillir de tels aménagements". Autre solution, élargir les aménagements cyclables existants "qui n’offrent pas toujours la largeur nécessaire à une circulation dans des conditions sanitaires satisfaisantes" et agir sur les places de stationnement motorisé libérées en les transformant en aménagements cyclables.

Options variées

De la fermeture des rues au trafic motorisé en passant par l’autorisation de circuler dans les couloirs de transport en commun en site propre (TCSP) auparavant interdits aux cyclistes, "en particulier dans la période de remontée en charge du système de transport public où la fréquence des lignes est plus faible qu’avant le confinement", d’autres options sont explorées. Des dispositifs de signalisation temporaire, "avec leurs avantages et inconvénients", sont détaillés. La prise en compte des piétons est aussi abordée. Le Cerema estime que "dans les configurations ne permettant pas de satisfaire conjointement les besoins des piétons et des cyclistes, la suppression du trafic motorisé est la solution à privilégier. Néanmoins, sous certaines conditions (plans de circulation permettant des réductions de trafic motorisé notamment), la présence de cyclistes en mixité avec les véhicules motorisés pourra être envisagée".

 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page