Localtis

Sports / Economie - Economie et emplois sportifs : de fortes disparités régionales

Publié le
par
Jean Damien Lesay
dans

Développement économique

Emploi

Tourisme, culture, loisirs

Grand Est

La France présente de fortes disparités régionales en matière d'économie et d'emplois liés au sport. C'est le constat qui ressort d'une étude de l'Insee intitulée "Emplois et activités économiques liés au sport en Acal" qui, partant de la situation du Grand Est, présente en réalité un panorama national, région par région.
En ce qui concerne la part des emplois liés au sport dans l'ensemble des emplois salariés, la France apparaît coupée en deux. Le quart sud-est – Auvergne-Rhône-Alpes (1,26% des emplois liés au sport), Provence-Alpes-Côte d'Azur (1,11%) et Corse (1,09%) – arrive en tête, tandis qu'un très large quart sud-ouest (Occitanie, Nouvelle Aquitaine et Pays de la Loire) compte une part des emplois liés au sport comprise entre 0,85% et 1,05%. Les régions où ce type d'emplois est le moins développé se divisent également en deux zones distinctes. D'un côté, la Bretagne, la Normandie, le Centre-Val de Loire et la Bourgogne-Franche-Comté, où le taux varie de 0,70% à 0,85%. De l'autre, sur un quart nord-est, l'Ile-de-France (0,69% d'emplois liés au sport), les Hauts-de-France (0,69%) et le Grand Est (0,58%) ferment la marche.

Des industries liées au sport très localisées

Selon l'Insee, ces fortes disparités s'expliquent "en grande partie" par la présence, ou non, d'activités en amont du sport, notamment dans le secteur industriel. Ainsi 0,32% des emplois en Auvergne-Rhône-Alpes se trouvent dans le secteur des téléphériques et remontées mécaniques, tandis que 0,31% des emplois en Pays de la Loire relèvent du secteur de la construction de bateaux de plaisance. Pour ces deux régions, la situation géographique – zone de montagne pour la première, zone littorale pour la seconde – justifie ces spécificités. Tout comme on peut lier le développement du tourisme en Corse avec l'importance des emplois liés au commerce de détail d'articles de sport en magasin spécialisé (0,36% des emplois dans cette région). Dans une moindre mesure, Auvergne-Rhône-Alpes – qui compte des entreprises de premier plan mondial dans la fabrication de skis (Rossignol, Salomon) ou de raquettes de tennis (Babolat) – dénombre 0,07% d'emplois dans la fabrication d'articles de sport. En ce qui concerne la fabrication de bicyclettes et de véhicules pour invalides, le Centre-Val de Loire est en tête de peloton, avec 0,04% des emplois liés à ce secteur.

Le sport professionnel pourvoyeur d'emplois en Corse

Le secteur de l'organisation du sport, correspondant essentiellement aux structures liées à la pratique sportive, notamment les clubs professionnels, présente en revanche un tout autre panorama. Avec trois clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 pour une population de 320.000 habitants, la Corse est en tête du classement (0,66% des emplois liés à l'organisation du sport), devant l'Ile-de-France (0,57%), qui compte des dizaines de clubs professionnels dans différentes disciplines, et regroupe une grande partie des sièges des fédérations nationales. L'Insee pointe par ailleurs que les régions du Sud bénéficient d'un plus fort développement du rugby, tandis que d'autres régions disposent d'activités spécifiques : courses hippiques pour les Hauts-de-France et sport automobile autour du circuit de Magny-Cours en Bourgogne-Franche-Comté. En matière d'organisation du sport, le Grand Est est à nouveau lanterne rouge (0,36% des emplois régionaux), une situation qui s'explique par une moindre pratique du sport et une plus faible présence de grands clubs professionnels.

Haut de page