Éhop près de chez moi, une nouvelle offre de covoiturage local (35)

Avec l’association Éhop, trois collectivités bretonnes tentent de développer le covoiturage de proximité auprès de nouveaux usagers pour des besoins ponctuels de déplacement, dans le cadre d’une convention d’une durée de trois ans. Retour bilan à mi-parcours de la communauté de communes Bretagne romantique.

"Éhop près de chez moi" vient compléter deux offres locales déjà existantes et animées par la même association - Éhop -, structure soutenue par des collectivités de l’Ouest. L’une propose du covoiturage classique dédié aux trajets domicile-travail, l’autre - Éhop Solidaire -, est dédié aux personnes en insertion professionnelle. L’association Éhop utilise la plateforme de covoiturage Ouestgo.fr pour mettre en relation les covoitureurs . 
En 2016, une étude régionale sur l’accès aux biens et services en zones peu denses en Bretagne, démontre que les retraités, les demandeurs d’emploi et les jeunes sont massivement confrontés à l’inaccessibilité des services faute de moyens de transport, individuel ou collectif. Parmi les 2.000 répondants, 54% se disent prêts à covoiturer. 
D’où l’idée de déployer une nouvelle offre de courtes distances, auprès d’un public ayant peu ou pas encore recours au covoiturage et ayant des motivations autres que les trajets domicile-travail : courses, loisirs, rendez-vous médicaux, administration, etc. En 2017, à la suite d’un appel régional à manifestation d’intérêt, trois territoires ont répondu : Ploërmel Communauté (Morbihan), Concarneau Cornouaille Agglomération (Finistère), et enfin la communauté de communes Bretagne romantique (25 communes, 36.000 habitants). L’expérimentation lancée en 2019 se déroule en en trois phases jusqu’en 2021 et s’appuie sur un plan d'action annuel, construit avec les collectivités. 

Accompagnement solide tout au long de l’expérimentation

Focus sur le déroulement de cette expérimentation dans l’un des trois territoires, celui de la communauté de communes Bretagne romantique. Située sur l’axe routier entre Rennes et Saint-Malo, la collectivité - qui dispose d’une ligne de bus circulant à faible fréquence et bénéficie de quelques arrêts de train -, a testé plusieurs solutions complémentaires (navettes, transport solidaire, transport à la demande…) qui n’ont pas abouti. 
Parallèlement, l’analyse des besoins sociaux menée par l’intercommunalité ces dernières années a permis d’identifier de forts besoins en mobilité locale, un constat partagé par de nombreux acteurs du bassin de vie. Enfin, l’expertise solide et l’accompagnement sur trois ans proposés par l’association Éhop (voir encadré) ont convaincue la Bretagne Romantique de se lancer dans ce nouveau dispositif, qu’elle expérimente depuis mai 2019.
Outre une chargée de projet régional qui coordonne les trois expérimentations, la Bretagne romantique bénéficie d’un budget annuel (voir encadré) permettant de financer un poste d’un chargé de mission à mi-temps sur son territoire pour assurer la communication et l’animation : participation aux événements locaux et aux réseaux associatifs, sensibilisation des élus… "L’objectif est de tester de nouveaux argumentaires pour toucher des personnes qui se sentent peu ou pas concernées par le covoiturage, explique la chargée de projet régionale à Éhop, Ophélie Bigot. Il s’agit de démontrer que tout déplacement peut être utile à son voisin. Le covoiturage est une façon de rendre service, avec ou sans rémunération en fonction des kilomètres parcourus."

Une centaine de conducteurs mobilisés en six mois

En décembre 2019, une centaine de conducteurs a déjà été recrutée pour couvrir 156 trajets potentiels vers des biens et des services. Une trentaine de demandes ont été recensées, dont 20% ont pu être satisfaites. La demande de trajet s’effectue par téléphone ou via le site internet. Le chargé de mission assure la mise en relation avec le conducteur, qui peut demander une participation de 9 centimes par kilomètre, mais la majorité choisit de rendre service bénévolement. "Le retour des premiers des usagers est très positif, souligne la chargée de projet régionale. Cette dynamique ainsi mise en œuvre démontre un réel enjeu social de la mobilité au sein du développement de la communauté de communes".

D’ores et déjà, d’autres territoires ont déjà manifesté leur intérêt, notamment ceux où la population est vieillissante. 

Eléments de budget

L’expérimentation est encadrée par une convention avec Éhop d’une durée de 3 ans (2019-2021). Sur la communauté de communes Bretagne romantique, le budget annuel apporté par la collectivité s’élève à 12.000 €. S’y ajoutent des aides annuelles du département d’Ille-et-Vilaine au titre du schéma départemental pour améliorer l’accessibilité des services au public (SDAASAP) à hauteur de 12.000 €, une subvention de la préfecture d’Ille-et-Vilaine par le fonds national d'aménagement et de développement du territoire (FNADT) à hauteur de 22.500 € pour l’entièreté du projet, ainsi que des fonds propres de l’association Éhop qui bénéficie de subventions de la Fondation de France et Fondation Renault.

Accompagnement soutenu sur trois ans

L’expérimentation co-construite avec les collectivités, comprend des actions de mobilisation des acteurs locaux (élus, associations, prescripteurs, etc.), de recrutement de conducteurs et d'animation. La première phase de l’expérimentation, qui a démarré simultanément en mai 2019 sur les trois territoires, s’est focalisée sur le recrutement des conducteurs. La deuxième année sera consacrée au déploiement. La troisième année vise à consolider le modèle économique et à l’essaimer sur la Bretagne. Le module d’inscription utilisé pourrait être intégré à la plateforme Ouestgo à l’issue des trois ans.
 

Communauté de communes Bretagne romantique

Nombre d'habitants :

36000

Nombre de communes :

25
22, rue des Coteaux
35190 La Chapelle-aux-Filtzméens
accueil@bretagneromantique.fr

Ophélie Bigot

Chargée d’accompagnement au changement et des projets innovants, Association Ehop
Haut de page