Puy-de-Dôme

En Auvergne, une commune de 550 habitants accueille à nouveau des migrants (63)

Santé, médico-social, vieillissement

Social

A Pessat-Villeneuve, si l'arrivée des migrants en 2015 avait provoqué une mobilisation citoyenne, elle avait aussi généré des troubles.En 2016, de nombreux bénévoles se sont à nouveau investis pour les accueillir.

Le 2 septembre 2015, la photo d'Aylan, retrouvé mort sur une plage turque, fait le tour du monde et suscite une émotion considérable. Les préfets sollicitent alors les communes pour trouver des hébergements d'urgence pour les migrants. Pessat-Villeneuve, village de 550 habitants au nord de Clermont-Ferrand, propose son château. C'est un ancien centre de vacances qui peut accueillir 100 personnes. Fin octobre, la préfecture de la région Auvergne le mobilise dans l’urgence pour cinq mois.

48 migrants hébergés dans l’ancien centre de vacances

Le 3 novembre 2015, 48 migrants arrivent de Calais, ce sont des hommes seuls, Soudanais pour la plupart. Le car amène aussi un Syrien et un couple d'Érythréens, dont la femme est enceinte. Le maire a eu juste le temps de faire distribuer un communiqué aux habitants, pour les informer de la situation.

Le maire doit faire face à des réactions haineuses venues de toute part

Le lendemain de leur arrivée, la presse locale rend compte de l’événement, ce qui déclenche un déluge de réactions parfois violentes : plus de deux cents appels téléphoniques venant de toute la France, des courriers de menaces, des graffiti sur les murs du château. Le maire est lui-même menacé sur les réseaux sociaux. Il est mis sous protection policière. "Ce sont les sites internet extrémistes qui ont orchestré cette vague de rejet, explique le maire de Pessat-Villeneuve, Gérard Dubois. Cela a créé des tensions, les habitants se sont inquiétés, mais finalement beaucoup se sont mobilisés pour venir en aide aux migrants."

Dénutrition, cicatrices, blessures de guerre…

Lors de la réunion publique, organisée pour informer la population, la tension est retombée quand une habitante a demandé "Comment vont-ils ?". Les médecins ont pu alors parler de dénutrition, de cicatrices, de blessures de guerre... Les "dangereux migrants" sont redevenus des êtres humains vulnérables.Le village retrouve son calme.

Bénévoles mobilisés et encadrés…

De novembre 2015 à mars 2016, 66 migrants ont transité par le château et près de 70 bénévoles se sont mobilisés, encadrés par l'association Forum réfugiés. Certains ont pris en charge les questions administratives, en accompagnant les migrants dans leurs démarches. D'autres ont pris en charge l'intendance. D'autres encore ont initié des "ateliers sportifs"... La mairie a encouragé cette mobilisation et les bénévoles sont souvent restés en contact avec les migrants répartis dans les centres d’accueil de demandeurs d’asile (Cada) de la région.

… prêts à s’investir pour une nouvelle période d'accueil

En avril 2016, le château retrouve son activité habituelle, il est loué par la ville pour des mariages ou des soirées. Les bénévoles se retrouvent en juillet pour une "fête des retrouvailles", à laquelle participent de nombreux migrants. Ils sont prêts à s'investir dans une nouvelle période d'accueil si la préfecture décide de solliciter à nouveau Pessat-Villeneuve.

44 migrants venus de la jungle de Calais

La demande arrive en juillet, alors que l'État envisage de démanteler la "jungle" de Calais. Le conseil municipal donne son accord fin septembre pour accueillir à nouveau 44 migrants d’octobre à mars 2017. Gérard Dubois s'en félicite et partage volontiers  l'expérience qu'il a acquise.

Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Commune de Pessat-Villeneuve

Place de la Mairie
63200 Pessat-Villeneuve
mairie.pessatvilleneuve@orange.fr
Nombre d'habitants : 550

Gérard Dubois

Maire
Haut de page