Filière de la chapellerie : Forez-en-Lyonnais met son passé au service de son avenir (42)

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Loire

Le passé est certes le passé, mais il peut offrir aux territoires un capital sur lequel relancer leur croissance. Exemple à Forez-en-Lyonnais, une communauté de communes rurale qui développe un projet en vue de relier le tourisme, la culture et le patrimoine au développement économique. Un projet au long cours.

Chazelles-sur-Lyon (5.173 habitants), aujourd’hui membre de la communauté de communes de Forez-en-Lyonnais (10 communes, 11.000 habitants), avait acquis entre les deux guerres une renommée mondiale dans le domaine de la chapellerie. Une activité qui regroupait à l’époque 28 fabriques travaillant pour les grands noms de la mode, et 2.500 emplois. Au fil du temps, la mode changea, et la dernière chapellerie chazelloise a fermé dans les années 1990.

Un projet à dimension intercommunale mûrit dans l’esprit des élus

Entre-temps, en 1983, un atelier-musée communal du chapeau avait été créé. Une étape nécessaire pour assurer la transmission du savoir-faire. Il fallait cependant aller plus loin pour redynamiser la filière. À la fin des années 1990, les élus commencent à s’emparer réellement du sujet, et c’est en 2008 que prend corps un projet à dimension intercommunale. "L’objectif consiste à créer un pôle rassemblant activité économique, tourisme, culture et patrimoine en lien avec les racines du territoire et capable de contribuer à renforcer sa vitalité économique", indique le président de Forez-en-lyonnais, Pierre Véricel.

Culture, tourisme et patrimoine au service de l’économie

En 2008, la compétence de l’atelier-musée est transférée à la communauté de communes de Forez-en-Lyonnais. Les locaux de l’ancienne usine de chapellerie Fléchet - inscrite à l’inventaire des monuments historiques - sont entièrement réhabilités. En 2013, trente ans après l’ouverture du musée du chapeau, le nouveau site de la Chapellerie est inauguré sur 4.420m2. Outre l’atelier-musée du Chapeau, il regroupe une pépinière accueillant les ateliers boutiques de cinq créateurs d’art, un centre de formation agréé, une salle destinée aux événements professionnels, un auditorium et un restaurant. Un des rares formiers qui exerce encore en Europe travaille sur le site, ainsi que des modistes, sculpteurs et émailleurs. Le nouveau pôle de la Chapellerie associe art, artisanat, culture, tourisme, commerce et communication. A côté de missions de conservation et de médiation, il s’agit de créer un nouveau dynamisme en projetant un éclairage renouvelé sur des savoir-faire traditionnels susceptibles d’intéresser le grand public, mais aussi les professionnels et les créateurs.

Plus des deux tiers du financement viennent de l’extérieur du territoire

Avec un budget annuel d’environ 8 millions d’euros, la communauté de communes n’aurait jamais pu financer seule un tel équipement. Elle a contribué pour 20%, et la commune de Chazelles-sur-Lyon pour 10% aux 9 millions d’investissements nécessaires. Les 70% restants proviennent du conseil général de la Loire (40%), de l’Etat, de la région, de fonds européens et de la fondation Patrimoine avec l’appui d’un groupe pétrolier important. Le montage financier ne fut pas un long fleuve tranquille. "Pour obtenir ces subventions, il fallait répondre à des exigences parfois contradictoires : certains partenaires financier exigeaient que les travaux aient déjà été engagés, alors que pour d’autres, au contraire, aucune pierre ne devait avoir été posée, se souvient le président. Certaines subventions ont été versées sur plusieurs années, et nous avons dû souscrire des prêts-relais que nous remboursions au fur et à mesure que nous recevions les fonds." L’EPCI intervient en tant que propriétaire des bâtiments et en tant qu’accompagnateur des professionnels locataires de la pépinière.

Une opération inscrite dans une politique globale

Le site de la Chapellerie est un équipement structurant qui s’intègre dans une politique plus globale de développement. La ville centre a bénéficié de cette dynamique générale et a regagné près de 500 habitants en six ans. Le taux de chômage sur le périmètre de l’EPCI est inférieur aux moyennes régionale et nationale. Par l’intérêt qu’il suscite, ce nouveau pôle apporte un argument supplémentaire pour communiquer sur la dynamique économique du territoire. Les ateliers de créateurs bénéficient, par exemple, de la visibilité que leur donne le musée. Plus globalement, il rentre en résonnance avec le thème de sa revitalisation défendu par l’ensemble des élus.
"Notre population aurait pu croître encore plus vite si nous avions cédé aux sirènes des promoteurs immobiliers qui projetaient de construire des logements sur notre territoire situé à 45 km de Lyon et 30 de Saint-Etienne", précise le président de Forez-en-Lyonnais. Les premiers chiffres sur la fréquentation du site de la Chapellerie confirment l’option privilégiée par les élus.

Une dynamique qu’il convient de conforter

Après neuf mois d’existence, la Chapellerie a reçu davantage de visiteurs que prévu au départ (27.000 en neuf mois au lieu de 25.000 sur un an). La salle destinée aux événements professionnels a été louée une vingtaine de fois et le centre de formation a accueilli 96 stagiaires en provenance de France et d’Europe. "Au lieu de nous apitoyer sur notre sort et la perte de notre identité industrielle, conclut le président, nous avons choisi de nous appuyer sur elle pour créer une spirale positive de développement qui doit irradier tout le territoire. Nous sommes en train d’y travailler avec Mairie-conseils."

Victor Rainaldi pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Communauté de communes de Forez en lyonnais

ZI Montfuron
42140 Chazelles-sur-Lyon
04 77 54 28 99
ccfl@cc-forez-en-lyonnais.fr
Nombre d'habitants : 11000
Nombre de communes : 10
Nom de la commune la plus peuplée : Chazelles-sur-Lyon (5173 hab.)

Pierre Véricel

Président

Audrey Bordet

Chargée de développement territorial
economie@cc-forez-en-lyonnais.fr
Haut de page