Industrie : le gouvernement veut des "référents ETI" dans chaque région

À l'occasion d'un point d'étape sur la "stratégie Nation des ETI", mercredi 5 janvier, Bercy a annoncé son intention de renforcer l'accompagnement des entreprises de taille intermédiaire en région. Des ETI dont le nombre augmente timidement (5.530 en 2019) mais reste très loin du niveau allemand.

Le gouvernement veut accompagner le développement des entreprises de taille intermédiaire (ETI) dans les régions. Il souhaite notamment nommer des "référents ETI" dans chaque région. "Il s'agira d'un interlocuteur unique pour les dispositifs de soutien mis en place par l'État", explique-t-on au cabinet de Bercy, le 5 janvier, à l'occasion d'un point d'étape sur la stratégie "Nation des ETI" mise en place depuis 2020. "Interlocuteur privilégié des ETI en région", le référent "pourra rebasculer les demandes des ETI à tous les services concernés, comme l'Urssaf, les impôts, la Dreal… C'est très important pour accompagner les ETI au jour le jour, cela leur permet d'avoir un interlocuteur unique qui puisse coordonner les demandes pour qu'elles ne se perdent pas entre les différents acteurs de l'État". Reste à démontrer la valeur ajoutée de ces référents par rapport aux nombreux acteurs locaux d'accompagnement des entreprises. Le gouvernement souhaite aussi faire émerger des clubs ETI dans toutes les régions et établir dans chacun une feuille de route locale, en partenariat avec les conseils régionaux.
Il compte par ailleurs poursuivre les échanges avec l'administration fiscale pour clarifier la réglementation et mieux sensibiliser les ETI aux enjeux de la transmission d'entreprise, leur donner les moyens de recruter les talents et profils dont elles ont besoin pour se développer et favoriser leur transition écologique. Autres actions : la mise en place d'un indicateur de suivi des impôts de production payés par ces entreprises, la poursuite du tour de France des ETI, et une meilleure reconnaissance du poids de ces entreprises, avec un traçage statistique au niveau européen.

Plan de relance

À l'occasion de ce point d'étape, Bercy met en avant les aides dont ont pu bénéficier les ETI dans le cadre du plan de relance. Sur les 1.738 ETI industrielles recensées par l'Insee, 469 ont été lauréates des appels à projets de France Relance pour la modernisation, la relocalisation et le développement d'activités. 569 millions d'euros leur ont été accordés sur 2,9 milliards d'euros, donnant lieu à des investissements industriels à hauteur de 2,4 milliards d'euros. Dans le cadre de l'appel à projet Industrie du futur, 398 ETI ont été soutenues pour un montant de 67 millions d'euros, permettant 250 millions d'euros d'investissements. Par ailleurs, à fin novembre 2021, 1.229 ETI ont bénéficié d'un prêt garanti par l'État (PGE) pour un montant de près de 13 millions d'euros.
Parmi les actions que le gouvernement compte mettre en place pour soutenir davantage ces entreprises, leur croissance et leur capacité d'exportation :  la nomination de référents ETI dans chaque région.
Au total, la France compte 5.530 entreprises de taille intermédiaire (ETI) en 2019. Si le chiffre est encore éloigné de celui enregistré par certains de nos voisins, dont l'Allemagne (autour de 12.500), il augmente doucement au fil des années. D'après les données de l'Insee, elles étaient 5.396 en 2017, c'est donc 134 de plus en deux ans. Ces entreprises pèsent un poids important dans l'économie, employant 3 millions de salariés, et réalisant près de 29% des investissements et 33% du chiffre d'affaires à l'exportation de l'ensemble des entreprises.