Localtis, un média Banque des territoires

La pratique du vélo en hausse de 10% en 2020

Portée par les grèves des transports en commun en début d'année puis par le contexte sanitaire, la fréquentation cyclable a progressé de 10% sur l'ensemble de l'année 2020, la hausse atteignant 27% hors des deux périodes de confinement, selon un bilan provisoire publié ce 6 janvier par l'association de collectivités Vélo et Territoires.

"L'année 2020 aura été l'année du grand boom de la pratique du vélo en France", relève l'association de collectivités Vélo & Territoires, dans l'ultime  édition de son bulletin mensuel "Fréquentation vélo et confinements" publié ce 6 janvier. Réalisé en lien avec le ministère de la Transition écologique, ce premier bilan - encore provisoire et appelé à être consolidé d’ici le printemps par l’analyse de l’ensemble des compteurs partagés avec la Plateforme nationale des fréquentations - repose sur un échantillon national de 182 compteurs représentatifs.
Sur l'ensemble de l'année 2020, le nombre de passages de vélos enregistrés a progressé de 10% par rapport à 2019. Mais la situation diffère fortement selon les territoires observés, souligne Vélo & Territoires. Ainsi, note l'association, dans le contexte de la crise sanitaire, le "vélo - geste barrière" a renforcé une pratique urbaine qui avait déjà été boostée fin 2019 et début 2020 par les importantes grèves dans les transports en commun. Le bilan provisoire montre une augmentation de 12% du nombre de passages en milieu urbain sur l’ensemble de l’année quand celui-ci se maintient dans les zones périurbaines et en milieu rural. "Périodes de confinement exclues, le nouvel élan donné à la pratique cyclable profite à tous les milieux : +31% de passages en urbain, +14% en périurbain et +15% en rural", indique toutefois le bulletin.

Nombreux à-coups

La fréquentation au cours de l'année a connu de multiples  rebondissements. Dès le mois de janvier, avec la poursuite des grèves, elle a progressé fortement par rapport à 2019, surtout en milieu urbain. Après un retour à la normale en février, l’inquiétude croissante face à l’épidémie a provoqué un pic de fréquentation début mars. Puis l’activité a été stoppée nette par le confinement strict mis en place du 17 mars au 10 mai. Au printemps, le vélo a été au centre des réflexions autour de la mobilité, afin de répondre aux besoins de déplacements et à la nécessité de distanciation physique. Près de 640 km d’aménagements cyclables de transition ont été mis en place par les collectivités pour sécuriser des continuités cyclables, rappelle Vélo & Territoires. La fréquentation cyclable est alors entrée dans une phase de forte croissance toutes pratiques confondues : déplacements domicile-travail, vélo au quotidien, loisirs en ville et à la campagne et enfin, le grand succès de l’été, cyclo tourisme, note le bilan de l'association. "Le second confinement, même s’il a été moins strict et moins impactant que celui du printemps, a de nouveau ralenti l’activité économique et les déplacements, constate-t-elle. Aujourd’hui alors que, la situation sanitaire reste compliquée, le vélo continue d’apparaître comme un geste barrière non négligeable."

 
Back to Top of the Page