Localtis

Politiques cyclables : les "coronapistes" largement pérennisées, selon une nouvelle enquête

Selon la deuxième phase de l'étude sur les aménagements cyclables de transition publiée ce 14 octobre par le Club des villes et territoires cyclables, la très grande majorité des collectivités qui ont mis en place ces "coronapistes" depuis le début de la crise sanitaire envisagent de les pérenniser. Par ailleurs, Vélo & Territoires confirme une nouvelle hausse de la fréquentation vélo, surtout en ville.

Les "coronapistes" n'ont rien de provisoire et sont bien là pour durer, si l'on en croit les résultats de la deuxième phase de l'étude menée par le groupement d’expert Solcy Marrec Le Villain pour le compte du Club des villes et territoires cyclables. Entre fin août et mi-septembre, 105 collectivités ont répondu à cette nouvelle enquête en ligne destinée à évaluer l’avancement des projets d’aménagement dont l’essentiel était encore à l’état de projet en juin dernier lors de la réalisation de la première phase de l'étude. Selon les résultats publiés ce 14 octobre, elles sont 14% de plus qu'en juin à avoir mis en place des aménagements de transition à la fin de l'été.

Faible taux d'abandon

Pour 8% des répondants seulement, le projet d’aménagement de transition a été abandonné. "S’il s’agit souvent d’un défaut d’acceptabilité du projet, il arrive aussi que le choix ait été fait de privilégier un aménagement plus classique, en prenant le temps de la concertation", expliquent les auteurs de l'enquête. 69% des collectivités dont le projet est encore au stade de l’étude sont néanmoins optimistes et jugent qu’il est probable voire très probable que celui-ci aboutisse. Mais cet optimisme est proportionnellement moins fort pour les collectivités plus rurales.
Parmi les collectivités ayant mis en place des aménagements de transition, une sur cinq a déjà supprimé un aménagement. Dans plus de trois quarts des cas de suppression, le motif invoqué est la gêne causée au trafic motorisé.

80% des collectivités prêtes à pérenniser au moins une partie des aménagements

Au total, près de 80% des collectivités envisagent de pérenniser au moins une partie des aménagements de transition. Mais seules un quart d'entre elles ont déjà décidé de répondre à l’appel à projets national prévu dans le cadre du plan vélo pour financer cette pérennisation car elles le jugent  "inadapté aux besoins du terrain".
Plus de 9 collectivités sur 10 plébiscitent la méthode de l’urbanisme tactique pour de futurs aménagements cyclables. Principal avantage avancé : pouvoir ainsi tester et préfigurer un aménagement afin d'en affiner sa conception avant de passer à une réalisation définitive. Autre intérêt de la méthode : permettre une meilleure acceptabilité des projets et servir de démonstrateur aux personnes sceptiques. 79% des collectivités déclarent avoir pu résoudre une partie de leurs difficultés pour la mise en place d'aménagements cyclables de transition.  Celles qui ont dû revoir à la baisse leur programme d'aménagement l'expliquent en partie par des difficultés politiques.
Les collectivités interrogées estiment en outre majoritairement que les politiques cyclables se sont accélérées pendant cette période. Cette tendance s’est légèrement accentuée entre juin et septembre.

Forte hausse de la fréquentation vélo post-confinement

Par ailleurs, dans son nouveau bulletin "Fréquentation vélo et déconfinement", Vélo & Territoires constate que l'engouement pour la petite reine ne fléchit pas. L'association, dont l'analyse repose sur un échantillon national de 182 compteurs représentatifs de l’ensemble des compteurs partagés avec la Plateforme nationale des fréquentations (PNF) constate une hausse de 10% des passages de vélos du 1er janvier au 11 octobre 2020 par rapport à la même période en 2019. Par rapport à la même période l'an dernier, la fréquentation post-confinement augmente de 27% et progresse quel que soit l’environnement : +31 % en milieu urbain, +18 % en périurbain et +17% en milieu rural.
Deux tendances se distinguent depuis trois semaines, avec l’arrivée de l’automne et d’une météo pluvieuse : la fréquentation en semaine poursuit sa progression, en particulier en milieu urbain. A contrario, le week-end, les chiffres connaissent un recul.
Sur l’ensemble de l’année (période de confinement comprise), le nombre de passages de vélos se maintient en zone rurale (+1 %) et périurbaine (-1%) alors qu’il est en forte progression en zone urbaine (+13%). Enfin, l’ensemble des villes et métropoles observées connaissent une évolution positive de leur fréquentation cyclable depuis la sortie du confinement : +62% pour la ville de Paris, +27% pour l'Eurométropole de Lille, +26% pour Dunkerque Grand Littoral Agglomération et +22% pour la métropole de Lyon.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page