Mobilité dans les territoires peu denses et péri-urbains : 33 lauréats de l'AMI TENMOD 2020

L'édition 2020 de l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) "France Mobilités – Territoires de nouvelles mobilités durables" (TENMOD) a suscité un vif intérêt, malgré le contexte de crise. 52 projets ont été présentés et 33 retenus dans 12 régions de métropole et 2 d'outre-mer.

Pour sa troisième édition, l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) "France Mobilités – Territoires de nouvelles mobilités durables" (TENMOD), destiné à soutenir les projets de mobilité innovants dans les territoires péri-urbains et peu denses, a enregistré un grand nombre de candidatures (52) malgré le contexte de crise.  33 lauréats ont été finalement retenus dans 12 régions métropolitaines et 2 d'outre-mer (Martinique et Mayotte). Un record par rapport aux éditions précédentes puisque 26 projets de collectivités avaient été retenus en 2018 et moins de 10 projets l'an dernier (lire notre article).
Parmi les lauréats 2020, 11 projets concernent l’élaboration d’une stratégie de mobilité s’inscrivant dans une logique "systémique" (gestion économe de l’espace et des ressources, nuisances en matière de bruit, de santé ou sur l’écosystème, …). Ils se traduisent par la mise en place d’une démarche de planification de la mobilité des biens et des personnes - réalisation d’un diagnostic, identification des enjeux et des objectifs, élaboration d’un plan d’actions. Les 22 autres lauréats sont des projets de services de mobilités, en adéquation avec les enjeux du territoire (renforcement du service ferroviaire sur le territoire du Livradois-Forez, en Auvergne-Rhône-Alpes, expérimentation d’une navette communale électrique sur la commune d’Aubigny-sur-Nère dans le Cher, par exemple). Coordonné par l'Ademe, l'AMI, qui a été conçu comme le pendant opérationnel de la loi d'orientation des mobilités (LOM), permet aux collectivités lauréates de bénéficier d'un soutien financier mais également d’un appui technique à l’élaboration et mise en œuvre de leur projet (lire notre article).

Comment réduire la part de l'autosolisme sur les courtes distances ?

Avant la crise sanitaire, près de 20% de l'ensemble des déplacements domicile/travail étaient des déplacements de moins de 5 kilomètres réalisés par des conducteurs seuls dans leur voiture, l'autosolisme totalisant plus de 37% des déplacements courts hors Ile-de-France et 18% dans cette région, constate l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) dans sa nouvelle publication "Flash Mob-Mobilités et villes de demain" datée de septembre dernier. Il y a pourtant moyen d'agir pour réduire la part de l'autosolisme sur courtes distances, prévient l'UTP qui a mis en place avec le Cerema une base de données permettant d'analyser les comportements et les besoins de mobilité des ménages. Selon sa publication, diminuer de moitié l'utilisation de la voiture en solo sur les trajets de moins de 5 km, serait possible selon divers scénarios. Il faudrait par exemple tripler l'usage du vélo, qui pourrait passer de 4,8% à 14,4%, augmenter l'usage de la marche, qui pourrait passer de 26% à 31,2%, augmenter de 20% l'usage du bus ou du car pour passer de 10,8% à 13% ou encore augmenter de 40% le recours au co-voiturage pour le faire passer de 3,6% à 5%.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle