Développement des territoires - Quand les pays se mobilisent pour améliorer l'offre de services à la population

Evidemment concernée par la question de la présence des services publics dans les territoires ruraux, l'Association de promotion et de fédération des pays (APFP) s'est interrogée, dans le cadre d'une journée débat organisée le 22 juin, sur l'offre en matière de services à la population proposée par les territoires. Une enquête a été menée auprès des 371 pays existants, à laquelle 60 pays ont répondu.
Objectif de la démarche : améliorer la sensibilisation des élus aux enjeux des décisions relatives aux choix d'implantation des services à la population sur la gestion de l'espace, mettre à disposition des exemples de pratiques innovantes dans les territoires ruraux et contribuer à une prise en compte des services à la population dans les réflexions stratégiques d'organisation de l'espace, et, notamment dans les Scot. "La question des services à la population est une préoccupation forte dans beaucoup de territoires ruraux et périurbains, ces enjeux ont un impact important sur la vie des territoires", a expliqué Catherine Sadon, directrice de l'APFP.
D'après l'étude, l'enjeu prioritaire du moment pour 93% des pays interrogés est bien celui des services. Viennent ensuite le développement économique (85%) ainsi que la mobilité et les transports (75%). Et tête de ces services : ceux relatifs à la petite enfance, à l'enfance, aux personnes âgées, à la santé, aux transports, aux loisirs, à la culture, au sport, au social.
"De très nombreux pays ont élaboré un schéma de services pour améliorer l'offre de services à une échelle au-delà de la communauté d'agglomération, et contribuer à améliorer la vie des habitants", a détaillé Catherine Sadon. Un schéma qui permet d'avoir une vision d'ensemble de l'organisation territoriale de ces services et de définir les orientations et priorités en fonction des besoins réels. 53% des pays se sont ainsi dotés d'un schéma de services à la population, et 37% sont concernés à la fois par un Scot et par un schéma de ce type. "En résumé, 83% des pays ont engagé une démarche de Scot, de schéma de services ou les deux, tandis que 17% des territoires ayant répondu à l'enquête ne réalisent ni Scot, ni schéma de services", précise l'étude. La démarche est toutefois un peu "forcée", d'après la directrice de l'APFP, puisque les financeurs, que ce soit les conseils généraux ou les conseils régionaux, ont demandé à ce que ce travail soit réalisé...  Ainsi, en région Midi-Pyrénées, tous les territoires ont engagé une réflexion sur le schéma de services, "car c'est une des conditions du financement", a souligné Paulette Salles, responsable du pôle d'appui aux territoires au conseil régional Midi-Pyrénées, qui a demandé à ce que les pays fassent des schémas dans les domaines qui concernent le développement territorial : culture, tourisme, développement économique. "Cela dit, pour les schémas de services, c'est moins contraignant que pour les schémas de développement économique, car la question des services est toujours délicate pour les collectivités territoriales notamment dans les domaines relevant de la compétence de l'Etat", a aussi expliqué la représentante du conseil régional de Midi-Pyrénées, qui poursuit : "Par exemple, sur les maisons de santé, que la région finance, certaines collectivités refusent de participer au motif que cela fait partie des compétences de l'Etat ; si on commence à les financer, on va renforcer la prise de position de l'Etat quant à son désengagement dans les territoires ruraux…"
Pourtant, les besoins sont nombreux, et la satisfaction de la population n'est pas encore optimale, notamment en ce qui concerne les hôpitaux, les urgences, les médecins, les services de La Poste, les services des caisses régionales d'assurance-maladie (Cram) et la garde d'enfants. Mais les pays continuent à innover dans ces domaines. Des services itinérants (crèches, ludothèques, ludobus, tournées de commerce, cinémobile), des regroupements de services (maisons de services publics ou relais de services publics, maisons médicales ou de santé, maisons intergénérationnelles) et des mises en réseau sont ainsi développés pour répondre aux attentes de la population.

Emilie Zapalski