Localtis

Rapport Guedj : après la crise sanitaire, la lutte contre l'isolement des personnes âgées plus nécessaire que jamais

Jérôme Guedj a rendu le 16 juillet à Olivier Véran et Brigitte Bourguignon son rapport final listant "36 propositions et pistes pour une politique pérenne de lutte contre l'isolement des personnes âgées". Celles-ci portent sur les proches aidants, les professionnels du grand âge, les établissements et services sociaux et médicosociaux, les associations… et les collectivités afin de "coordonner cette mobilisation au sein des territoires". 

Missionné par Olivier Véran dès le 24 mars, Jérôme Guedj – inspecteur général des affaires sociales (Igas) et ancien député et président du conseil départemental de l'Essonne – a remis au ministre des Solidarités et de la Santé, le 16 juillet, son rapport final intitulé "Déconfinés mais toujours isolés ? La lutte contre l'isolement, c'est tout le temps ! : 36 propositions et pistes pour une politique pérenne de lutte contre l'isolement des personnes âgées". Entretemps, le 8 avril, Jérôme Guedj avait déjà remis ses premières conclusions et préconisations à Olivier Véran, permettant ainsi à ce dernier d'annoncer les premières mesures d'un "plan de mobilisation nationale" sur la question de l'isolement des personnes âgées.

"Une urgence absolue"

Le rapport final constate que la crise sanitaire a aggravé les situations d'isolement qui préexistaient, tout en frappant très durement les personnes âgées (92% des personnes décédées du Covid-19 étaient âgées de 65 ans ou plus, soit plus de 28.000 personnes et nettement plus que lors de la canicule de 2003). Mais la crise a aussi favorisé les gestes solidaires, qui "ont limité les effets délétères du confinement". Pour Jérôme Guedj, "ces gestes solidaires éminemment altruistes témoignent de la force et de la résilience de notre collectif national".

Pour autant, "et pour que cesse ce confinement permanent que vivent sur notre territoire bien trop de personnes âgées et vulnérables, une politique publique pérenne de lutte contre l'isolement apparaît plus essentielle que jamais". Le rapport y voit même "une urgence absolue". En particulier, il est indispensable que le projet de cinquième branche de la sécurité sociale inclut d'emblée une dimension de lutte contre l'isolement, dans la mesure où celle-ci est une composante à part entière de la prévention des effets du vieillissement.

"Faire avec" et soutien aux aidants

Pour répondre à cette urgence médicosociale, le rapport organise ses 36 propositions en six grands axes. Le premier s'intitule "Les personnes âgées : entendre leurs voix, partir de leurs souhaits et attentes, favoriser une citoyenneté́ éclairée". Sa tonalité générale est – comme dans d'autres champs de l'action sociale - de passer du "faire pour" au "faire avec". Cela suppose notamment une amélioration de la connaissance des phénomènes d'isolement, une lutte renforcée contre "l'âgisme" (via en particulier une meilleure visibilité dans les médias), l'encouragement à des solutions alternatives comme l'habitat inclusif ou encore l'amélioration de l'inclusion numérique.

Le second axe concerne "Les proches aidants : encore et toujours en première ligne". Une question qui concerne 8 à 11 millions de personnes, avec toutefois des degrés d'implication très variables dans l'accompagnement d'un proche. Sur ce point, Jérôme Guedj préconise notamment d'accélérer la publication du décret de mise en œuvre du congé de proche aidant (prévu actuellement pour octobre prochain), mais aussi d'intensifier le déploiement de la stratégie nationale de soutien aux aidants.

Jumeler les Ehpad avec un établissement scolaire et un club sportif

Le troisième axe vise les professionnels du grand âge. Il s'agit en l'occurrence de "soutenir leur action, ouvrir les structures sur leur territoire, favoriser l'acculturation numérique". Les nombreuses propositions correspondantes portent sur l'amélioration de l'attractivité de ces métiers (les mesures du Ségur de la santé concernent les salariés des Ehpad, mais pas ceux de l'aide à domicile), la création d'une carte professionnelle (ce qui aurait facilité les déplacements au domicile durant le confinement) et l'organisation du soutien des bénévoles et des jeunes en service civique aux structures d'aide à domicile et aux établissements.

Autres préconisations : la lutte contre l'isolement devrait être intégrée aux cahiers des charges et aux évaluations des établissements et services sociaux et médicosociaux, ainsi que dans les contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens (CPOM). Plus original : le rapport préconise de jumeler chaque Ehpad avec une école primaire ou un collège, ainsi qu'avec un club sportif local et d'en faire aussi "des lieux d'accueil et de diffusion culturelle". La création d'un "comité des partenaires" permettrait également à chaque Ehpad de mieux s'inscrire dans son environnement territorial. Enfin, le rapport préconise notamment de financer un plan d'aide exceptionnel à l'équipement numérique des établissements et de faire des outils de communication avec les proches un des piliers du socle technologique des établissements.

Intitulé "Citoyens, bénévoles et associations : s'appuyer sur la société mobilisée", le quatrième axe entend œuvrer à une meilleure reconnaissance et valorisation du bénévolat. Il s'agit en l'occurrence de pérenniser le dispositif de la réserve civique tout en organisant un programme national de déploiement de jeunes volontaires en service civique contre l'isolement des personnes âgées, de mailler le territoire d'"équipes citoyennes pour le lien social" (sur le modèle de Monalisa) et de faire de la lutte contre l'isolement un des axes des missions d'engagement du Service national universel (aujourd'hui expérimental, mais qui devrait se généraliser à l'ensemble d'une classe d'âge à l'horizon 2022-2023).

Un rôle moteur pour les collectivités

Le cinquième axe vise les élus locaux, en vue de "coordonner cette mobilisation au sein des territoires". Il propose de faire de l'isolement un des axes d'une politique transversale de l'adaptation du vieillissement sur le territoire (notamment en développant le label "Villes amies des aînés"), mais aussi de capitaliser sur les bonnes pratiques des bailleurs sociaux et de poursuivre l'adaptation du parc social aux enjeux du vieillissement. Alors que les parallèles ne manquent pas entre l'actuelle crise sanitaire et la canicule de 2003, le rapport ne manque pas non plus de rappeler la nécessité de développer fortement les inscriptions sur les registres Canicule (par exemple en incluant une demande de consentement dans les formulaires de demande d'APA), mais sans aller cependant jusqu'à une obligation.

Autres recommandations impliquant directement les collectivités territoriales : la création d'un outil commun et consensuel pour évaluer les fragilités (sur lequel les acteurs sociaux tâtonnent depuis longtemps), la création dans chaque département d'une ligne téléphonique d'écoute, de soutien psychologique, d'orientation sociale et de redirection vers des solutions de proximité, la mise en place de systèmes de parrainage ou encore le développement de coopérations locales "Veille contre l'isolement social des âgés (Visa), avec les maires comme ensembliers.

Plus concis, le dernier axe concerne "la nécessaire impulsion nationale et des moyens financiers à mieux identifier". Les propositions formulées à ce titre consistent à créer, au sein des conférences départementales des financeurs, un volet spécifique pour la lutte contre l'isolement, une enveloppe budgétaire dédiée et des appels à projets spécifiques. De même, Jérôme Guedj préconise de pérenniser le portail "Rompre l'isolement des personnes âgées" – mis en place durant la crise sanitaire – et de continuer d'enrichir son contenu et de développer sa visibilité (ce qui serait particulièrement bienvenu au regard du site actuel). Enfin, en termes de gouvernance, le rapport suggère de confier à la CNSA le pilotage national de la mission de lutte contre l'isolement.

Olivier Véran et Brigitte Bourguignon : vers "une mobilisation nationale contre l'isolement"

Dans un communiqué du 16 juillet, à l'occasion de la remise du rapport final de Jérôme Guedj, Olivier Véran et Brigitte Bourguignon, la nouvelle ministre déléguée à l'Autonomie, "souhaitent que les enseignements de cette période exceptionnelle permettent de construire ensemble une mobilisation nationale contre l'isolement des personnes âgées". Ils rappellent au passage qu'une concertation spécifique avec ces acteurs est engagée dans la perspective de la reforme Grand âge et autonomie et "confirment ainsi la volonté de voir les enjeux de l'isolement figurer à part entière dans cette réforme".

Les deux ministres annoncent également "la diffusion auprès des préfectures, des élus locaux, des établissements et services, et des associations du Guide méthodologique pour la création de coopérations locales Veille contre l'isolement social des âgés (Visa)".

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page