Un nouveau dispositif pour amplifier l'usage du numérique à l'école

Le ministre de l'Éducation nationale vient de lancer "Territoires numériques éducatifs", un dispositif destiné à accroître les compétences numériques des élèves, des professeurs et des parents. Deux départements, l'Aisne et le Val-d'Oise, vont l'expérimenter.

Une "approche systémique". C'est ainsi que le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a qualifié le projet "Territoires numériques éducatifs", dévoilé le 21 septembre 2020 à Herblay en compagnie de Nathalie Élimas, secrétaire d’État chargée de l’éducation prioritaire. Ce n'est pas un hasard si l'événement a eu lieu dans le Val-d'Oise. Ce département est, avec l'Aisne, un des deux territoires d'expérimentation d'un dispositif qui vise à "actionner de manière concertée et immédiate, dans une approche intégrée, l’ensemble des leviers de l’éducation 'au et par le numérique', avec la mise à disposition d’équipements, d’un accompagnement, de formations adaptées et de ressources pédagogiques". Autant de thèmes qui se sont imposés à la suite de l'épisode du confinement du printemps 2020, qui a conduit enseignants et élèves à poursuivre la classe à distance. C'est ici qu'intervient la notion de système : "Le projet proposé revêt une dimension systémique entre équipement et formation, entre enseignement et apprentissage, entre élèves et professeurs", nous apprend le dossier de presse du ministère. 

Formation, équipements et contenus

Dans le détail, le projet repose sur huit mesures. Certaines touchent à la formation : celle des professeurs à l’hybridation de l’enseignement et des apprentissages par le réseau Canopé (pour un budget de 2 millions d'euros), celles des parents volontaires aux enjeux du numérique éducatif par le GIP La Trousse à projet (1,3 million d'euros). D'autres concernent l'équipement : assurer un socle minimal d’équipement numérique pour les écoles élémentaires (2.700 classes pour 9 millions d'euros), équiper chaque classe de premier et second degrés d’un kit d’enseignement hybride (15.000 classes pour 4,5 millions d'euros), équiper les élèves des classes élémentaires en état de fracture numérique sous forme de prêt (15.000 élèves pour 6 millions d'euros), équiper 1.000 nouveaux professeurs du premier et du second degré. Une autre mesure a trait aux contenus : mettre à disposition des professeurs un bouquet de services et de ressources en ligne via une plateforme. Enfin, il est prévu d'évaluer le dispositif (pour 0,5 million d'euros). Au total, Territoires numériques éducatifs bénéficie du programme d’investissements d’avenir (PIA) à hauteur de 27,3 millions d'euros. 
Si, à court terme, le projet doit permettre de familiariser les professeurs et les élèves qui ne le seraient pas encore aux usages du numérique éducatif en classe et à la maison, à moyen et long termes, ce sont des effets durables sur les compétences numériques des élèves, des professeurs et des parents qui sont attendus.
La gouvernance nationale du dispositif sera assurée par un comité de pilotage qui se réunira chaque semaine autour du secrétariat général pour l'Investissement. Quant à la gouvernance locale, elle reposera sur un comité composé d’un chef de projet entouré de représentants des collectivités, du rectorat, du directeur académique au numérique éducatif (Dane), du directeur académique des services de l’Éducation nationale (Dasen), de la préfecture, d’enseignants et de personnels de direction.