Personnes âgées - Une place en Ehpad, c'est combien ?

Une étude menée à la demande de la DGCS et de la CNSA estime le coût total moyen d'une place d'hébergement permanent en Ehpad à 2.892 euros par mois, partagé entre les résidents ou leur famille, les départements et l'assurance maladie.

Il existait déjà des études sur le coût des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), mais elles émanaient jusqu'alors de cabinets d'audit comme KPMG (voir notre article ci-contre du 8 février 2013) ou portaient sur les coûts d'investissement plutôt que sur ceux de fonctionnement (voir notre article ci-contre du 1er juin 2012). Le sujet est pourtant très sensible, puisque le chef de l'Etat n'a pas hésité à pointer, l'an dernier, le coût excessif des Ehpad, évoquant "de nombreuses familles [qui] renoncent, faute de moyens financiers, à placer - comme l'on dit - un de leur parent en établissement. Les prix de journée ont considérablement augmenté, d'abord par la qualité des services qui sont rendus, puis par les aménagements, par les équipements qui ont été créés" (voir notre article ci-contre du 31 mai 2013).

34.707 euros par an et par place installée

L'étude présentée le 2 avril par l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation - menée à la demande de la direction générale de la cohésion sociale (DGCS) et de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) - est donc particulièrement bienvenue. Certes, l'Atih n'en publiera qu'ultérieurement les résultats complets et définitifs. Mais l'Agence a néanmoins levé le voile, le 2 avril, sur les premiers enseignements de ce travail. L'étude concerne les données de 2012 et porte sur un échantillon de 50 établissements, représentant toutes les situations et sélectionnés à partir d'un panel de 821 Ehpad.
Le premier enseignement est que le coût total moyen d'une place d'hébergement permanent en Ehpad (soins de ville inclus) est estimé à 34.707 euros par an, soit 2.892 euros par mois en 2012. Ce coût est partagé entre les résidents ou leur famille, les départements et l'assurance maladie. Précision importante : pour éviter les biais liés au coût du foncier et permettre des comparaisons, les charges immobilières et financières (loyers, emprunts...) - qui pèsent lourdement sur les coûts des Ehpad dans les grandes villes - ont été exclues du champ de l'étude.

Soins et hébergement à égalité

Dans ce total annuel de 34.707 euros, les coûts liés aux soins dispensés (11.844 euros) représentent le premier poste avec un tiers du coût total (dont 17% de soins de ville pris en charge par l'assurance maladie). Les coûts liés à l'hôtellerie se situent pratiquement à égalité avec 11.616 euros et un tiers du total. L'accompagnement consomme un quart du coût total (8.500 euros), tandis que 8% du total (2.745 euros) vont à l'activité de vie sociale, dont la définition varie d'un établissement à l'autre.
Deux autres éléments expliquent les variations de coûts entre établissements : le périmètre couvert par le tarif (global ou partiel) - qui peut engendrer des écarts de l'ordre de 9% - et l'existence ou non d'une pharmacie à usage intérieur (PUI), qui fait varier les coûts de 2 à 3%. En combinant ces deux éléments, on obtient quatre coûts moyens : 2.782 euros par mois pour un Ehpad sous tarif partiel avec PUI, 2.835 euros pour un tarif partiel sans PUI, 2.958 euros pour un tarif global sans PUI et 3.058 euros pour un tarif global avec PUI.

De l'enquête sur échantillon à une étude nationale des coûts

Ces résultats encore très partiels ne sont que la première étape d'une démarche plus ambitieuse. Tout d'abord, l'Atih publiera l'intégralité des résultats portant sur les coûts de 2012 dans le courant du mois de juillet prochain. Ensuite, une seconde enquête sera conduite, entre juin et octobre 2014. Elle portera sur les coûts de 2013 et couvrira un échantillon plus important d'établissements.
Mais surtout, une étude nationale de coûts, portant sur les données 2015, sera lancée dès cette année. Menée à nouveau par l'Atih, elle associera - outre la DGCS et la CNSA - la Cnam, des représentants d'établissements, de conseils généraux et d'agences régionales de santé (ARS). Cette étude nationale de coûts "permettra de connaître les dépenses de l'établissement en fonction des typologies de résidents (pathologies et degré d'autonomie des résidents), c'est-à-dire en fonction des besoins des personnes accompagnées". Elle fournira ainsi un coût moyen journalier par typologie de résident. Les résultats devraient être disponibles en 2017. L'étude sera ensuite reconduite sur plusieurs années "afin d'établir et de consolider un référentiel de coûts".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle