Localtis

Education - Cherche collectivités pionnières pour expérimenter les espaces scolaires innovants de demain !

Publié le
par
Pierre-Marie Langlois / EVS
dans

Jeunesse, éducation et formation

Environnement

Energie

Le Lab cdc de la Caisse des Dépôts a lancé un appel à manifestation d'intérêt, avec le soutien des associations d'élus et du ministère de l'Education nationale, afin d'explorer des pistes de coconstruction d'espaces innovants pour les établissements scolaires. Les collectivités sont en effet de plus en plus en demande de solutions nouvelles, alors même que les usages des bâtiments scolaires se complexifient.

Entre les exigences de la transition énergétique, l'émergence des activités péri-scolaires et la révolution du numérique éducatif, nombreux sont les enjeux qui bousculent la façon dont l'espace des établissements scolaires peut être aménagé. Confrontées à des bâtiments parfois vétustes, les collectivités se montrent réceptives à de nouvelles approches ; le ministère de l'Education nationale s'ouvre également, notamment dans le cadre du plan pour le numérique éducatif, à des expériences en rupture avec le modèle des écoles traditionnelles.
C'est dans ce contexte de mutation que la Caisse des Dépôts a lancé, par l'intermédiaire du Lab cdc, un appel à manifestation d'intérêt portant la co-construction d'espaces scolaires innovants (écoles, collèges ou lycées). La Caisse des Dépôts investit dans la rénovation des bâtiments scolaires et a donc pu observer l'émergence d'un besoin d'innovation. Du 14 octobre au 20 novembre 2016, tant les collectivités gestionnaires d'établissements que les entreprises innovantes peuvent candidater pour un programme d'expérimentation éclair d'environ six mois. "Nous voulons promouvoir des solutions frugales, réversibles, et compatibles avec la révolution numérique", précise Joël Boissière du Lab cdc. Les enjeux et les objets potentiels sont très divers, de la gestion des flux dans une cour d'école à l'utilisation du réfectoire en dehors des horaires des repas. Les activités périscolaires, les pratiques numériques, les variations d'effectifs, sont autant de sujets émergents qui appellent à repenser ces espaces scolaires.
Menée en partenariat avec l'Association des maires de France, l'Assemblée des départements de France, et Régions de France, l'opération attire aussi bien des start-ups que des grands groupes du bâtiment ou des aménageurs de bureau. Cinq sites d'expérimentation seront retenus, cofinancés par le Lab à 40% et par l'entreprise partenaire à 60%, pour un total maximal de 170.000 euros. La démarche est conçue pour être agile, depuis les candidatures, exemptées de lourdeurs administratives, à la gestion des expérimentations, basées sur le principe du "droit à l'échec". Pour autant, le projet est ambitieux : le partenariat avec les associations d'élus vise aussi à favoriser, le cas échéant, la généralisation des expériences qui se seront montrées les plus probantes.

Haut de page