Covid-19 : les agents publics sont davantage vaccinés

Les différentes mesures de l'exécutif qui incitent ou poussent les agents publics à se faire vacciner contre le Covid-19 sont visiblement suivies d'effets : au 1er septembre, 82% d'entre eux étaient entièrement vaccinés (contre 66% pour l'ensemble des Français), selon un sondage Ipsos commandé par le gouvernement.

Les agents publics "sont plus vaccinés que les autres", s'est félicitée ce 7 septembre la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques sur le plateau de BFMTV. Ses services venaient de rendre publics les résultats d'un sondage Ipsos selon lequel 82% des agents de la fonction publique sont entièrement vaccinés. Le 31 août et le 1er septembre derniers, l'institut a interrogé un panel de 800 agents publics, représentatif de l'ensemble des personnels de la fonction publique.
En incluant les agents qui ont déjà reçu une première dose de vaccin et sont en attente de la deuxième, on parvient à un total de 88% d'agents vaccinés. La fonction publique est ainsi nettement en avance par rapport à l'ensemble de la population française. Selon Santé publique France, 72,3% des Français avaient reçu une injection et 66% étaient complètement vaccinés, à la date du 31 août.
Les agents des hôpitaux, dont une part élevée est soumise à l'obligation vaccinale, sont à 96% vaccinés totalement ou partiellement. Ils devancent leurs collègues de l'État (86%) et des collectivités territoriales (85%).

7% des agents refusent d'être vaccinés

Ces taux de vaccination élevés dans le secteur public sont sans aucun doute le résultat de différentes décisions prises par l'exécutif. Des mesures incitatives, comme la création de centres de vaccination et créneaux horaires dédiés, ainsi que la mise en place d'une autorisation spéciale d'absence pour la vaccination des agents et de leurs enfants. Mais aussi des mesures beaucoup plus contraignantes, comme l'obligation pour certains agents de présenter un passe sanitaire (à partir du 30 août) ou d'être vaccinés (à compter du 15 septembre, au moins une dose et le résultat d'un test négatif seront parfois exigés). Seulement 7% des agents publics répondent qu'ils ne comptent pas se faire vacciner. Mais les réfractaires sont beaucoup plus nombreux à l'État (8%) et dans les collectivités (9%) que dans les hôpitaux (1%). On les trouve aussi plus souvent parmi les agents qui n'ont pas de contact avec le public : 76% de ces agents ont reçu au moins une première dose et 13% souhaitent demeurer non vaccinés.
Ces agents hostiles à la vaccination considèrent "que l’on n’a pas assez de recul sur le vaccin" et "que l’on n’en connaît pas tous les risques", ou encore dénoncent la confiscation des libertés.
71% des agents publics estiment que, dans le cadre de l'exercice de leur métier, ils sont exposés au risque de contracter le Covid-19. C'est dans la fonction publique territoriale que la crainte est la moins élevée (63% contre 73% à l'État et 81% dans la fonction publique hospitalière). À noter aussi que le sentiment d'être exposé grimpe à 82% chez les agents en contact avec le public et tombe à 33% parmi les agents qui ne sont pas confrontés aux usagers.

Passe sanitaire : 70% des agents approuvent sa création

Une majorité d'agents approuvent la mise en place du passe sanitaire à l'entrée de certains lieux publics (70%) et l’obligation vaccinale des soignants et personnels du secteur de la santé (66%). L'adhésion à ces dispositifs est nettement moindre chez les agents territoriaux (respectivement 65% et 58%) que chez leurs homologues de l'État et des hôpitaux. En matière de vaccination, 68% des agents estiment que "les fonctionnaires devraient être particulièrement exemplaires, car ils sont garants du service public".
Autre enseignement du sondage : plus du tiers des agents territoriaux (67%) considèrent que leur employeur leur "a communiqué de manière satisfaisante et complète" les règles applicables à leur administration.
Après avoir "assuré la continuité des services publics", les agents publics "se sont engagés dans la réussite de la campagne vaccinale, parce qu'ils font des métiers exposés, parce qu'ils ont ce sens de l'intérêt général", a souligné Amélie de Montchalin sur BFMTV. En ajoutant que les personnels publics "montrent l'exemple".