Emilie Zapalski

Forma'diag : le nouvel outil numérique de Pôle emploi destiné aux régions

Emploi

Depuis janvier 2018, Pôle emploi met à disposition des conseils régionaux un nouvel outil numérique, "Forma'diag", devant les aider à choisir les formations les plus efficaces pour leur territoire. Une démarche qui met en avant l'expertise de l'opérateur mais aussi sa volonté d'ouverture.

Aider les collectivités territoriales à choisir les formations les plus efficaces à mettre en place sur leur territoire. C'est l'objectif principal du nouvel outil numérique Forma'diag développé par Pôle emploi depuis quelques mois. Disponible sur le portail de Pôle emploi (www.poleemploi.org), il est accessible à tous depuis fin janvier 2018 après une demande d'accréditation, mais est plus particulièrement destiné aux conseils régionaux, en tant que responsables du diagnostic des besoins en formation et de l'organisation des achats de formation. "L'outil vise à présenter aux décideurs locaux de manière transparente et simple les données sur les formations et leur efficacité", explique à Localtis Audrey Perocheau, directrice du programme Formation de Pôle emploi.
En plus d'une image de la région (nombre d'habitants, de demandeurs d'emploi, de demandeurs d'emploi indemnisés et formés), Forma'diag propose une vision globale de la formation professionnelle au niveau de chaque région : taux d'accès à la formation et comparaison à la moyenne nationale, taux de retour à l'emploi à 6 et 12 mois, avec comparaison avec la France entière, taux de satisfaction, caractéristiques des personnes formées en termes d'âge et de qualification notamment, et typologie des formations (collectives, individuelles, demandes des entreprises). L'outil propose ensuite une vision détaillée par bassin d'emploi de la région : typologie des demandeurs d'emploi inscrits (jeunes, bénéficiaires du RSA, handicapés, demandeurs d'emploi de longue durée…), proportion entre les demandeurs d'emploi formés et ceux inscrits, et métiers les plus recherchés dans le bassin, à partir notamment de l'enquête annuelle "Besoins en main-d'œuvre" de Pôle emploi.

"Une démarche d'ouverture"

Forma'diag propose aussi d'autres données plus précises, toujours par bassin d'emploi : le taux de retour à l'emploi en fonction des formations réalisées, les achats à développer pour répondre aux besoins de recrutement et les compétences à développer. Et à partir d'une analyse de toutes ces données, l'outil propose une sélection de formations à acheter sur chaque bassin : celles qui ont un bon taux de retour à l'emploi et qui correspondent aux besoins des entreprises. Exemple sur le bassin d'emploi de Mâcon, en Bourgogne-Franche-Comté : les formations proposées concernent les aides-soignants, l'anglais ou encore la conduite de poids lourds. En Grand Est, sur le bassin de Charleville, les formations proposées sont orientées sur le bilan carbone et la gestion des déchets.
Pour Pôle emploi, il s'agit de démontrer son expertise à travers un outil novateur, "mais pas seulement", assure Stéphane Ducatez, adjoint au directeur général au réseau, en charge du pilotage, des statistiques et de la qualité, qui poursuit : "C'est une démarche d'ouverture et de synergie dans laquelle Pôle emploi est engagé depuis quelques années ; nous avons dès le départ conçu l'outil avec un usage d'ouverture". Forma'diag a été créé durant l'été 2017 selon un mode agile, proche de celui d'une startup : rapidité de développement, test auprès d'une région, le Grand Est, lancement en septembre/octobre 2017 d'une version béta, mise en oeuvre en janvier sur le site internet de Pôle emploi et améliorations à venir. "Nous allons faire évoluer l'outil courant été 2018, en ajoutant les compétences attendues par les entreprises, et pas seulement par secteur d'activité", indique Stéphane Ducatez.
Peu d'informations sont disponibles en revanche sur le budget consacré à l'outil au sein de Pôle emploi. D'après ses responsables, les coûts sont peu élevés et pris en charge par les investissements habituels de l'opérateur.
A l'heure actuelle, l'outil bénéficie d'un peu moins de 500 abonnés. Leur nombre augmente de 10% chaque semaine.

Haut de page