AFP

En bref - Plan 500.000 formations supplémentaires : le taux d'accès à l'emploi n'a pas augmenté

Emploi

Le taux d'accès à l'emploi "n'a pas augmenté" avec le plan de 500.000 formations supplémentaires pour les chômeurs, lancé l'an dernier sous le quinquennat Hollande, selon un rapport dont l'AFP a obtenu copie mercredi 6 décembre.
Ce plan d'un milliard d'euros, annoncé par François Hollande le 31 décembre 2015, devait permettre à un million de personnes en recherche d'emploi d'accéder à la formation en 2016, soit 500.000 de plus que l'année précédente.
Selon le rapport d'évaluation technique, piloté par le service études et statistiques du ministère du Travail, "le taux d'accès à l'emploi à l'issue d'une formation n'a pas augmenté" en 2016 et est resté stable.
En ce qui concerne l'accès à l'emploi durable, il a diminué : 27,6% des demandeurs d'emploi ayant suivi une formation en 2016 ont eu accès dans les six mois à un emploi de plus de 6 mois, soit une baisse de 0,8 point par rapport à 2015.
Mais "ces résultats ne peuvent absolument pas être interprétés comme une mesure de l'impact de la formation sur le retour à l'emploi", selon ce rapport. Celui-ci explique que "cela supposerait de pouvoir reconstituer, en
2015 et en 2016, ce qu'aurait été la trajectoire des stagiaires s'ils n'avaient pas été formés".
Par ailleurs, le taux d'accès à la formation des personnes en recherche d'emploi a augmenté, passant de 10% en 2015 à 15% en 2016, profitant surtout aux chômeurs peu qualifiés (de 12% à 17%) et aux plus de 45 ans (de 6% à 11,5%). A l'inverse, les jeunes de moins de 26 ans peu qualifiés ont le moins profité du plan.
A l'occasion de son audition à l'Assemblée, Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi qui a fortement contribué à ce plan, a estimé que ce rapport mettait en évidence "un succès quantitatif". Et "qualitativement, contrairement à ce qu'on nous disait, on a un taux de retour à l'emploi qui s'est maintenu après formation alors qu'on visait des personnes moins qualifiées", a-t-il défendu.
Le rapport souligne que Pôle emploi n'a pas assez accompagné les demandeurs pendant et après la formation. "C'est quelque chose qu'il faut améliorer dans le cadre du futur plan d'investissements sur les compétences", a reconnu Jean Bassères.
Par ailleurs, si le plan a dopé le chiffre d'affaires des organismes de formation, il a "fragilisé" certains d'entre eux, parmi les plus petits et travaillant sur les spécialités rares. Il n'a pas non plus "favorisé l'émergence de modalités pédagogiques innovantes", insiste le rapport.
Ce plan avait été dénoncé par l'opposition comme une manière d'inverser artificiellement la courbe du chômage, promesse phare de François Hollande : les demandeurs d'emploi en formation ne sont en effet pas considérés comme des chômeurs, car ils ne sont pas disponibles immédiatement pour travailler.

Haut de page