Les Marpa et Silver Valley innovent dans les territoires ruraux et périurbains

La Fédération nationale des Marpa (maisons d'accueil et de résidence pour l'autonomie) et Silver Valley – qui fédère les acteurs de la Silver économie – travaillent de concert en matière d'innovation sociale au service de l'autonomie dans les territoires ruraux ou périurbains. Des ateliers permettent par exemple à des résidents de Marpa de tester certaines innovations.

À l'occasion du Salon des seniors, organisé à Paris du 6 au 9 octobre, la Fédération nationale des Marpa (maisons d'accueil rurales pour personnes âgées, devenues, sans changement d'acronyme, maisons d'accueil et de résidence pour l'autonomie) et Silver Valley – qui fédère les acteurs de la Silver économie et accompagne les entreprises innovantes dans leur développement – présentaient leur collaboration en matière d'innovation sociale au service de l'autonomie dans les territoires ruraux ou périurbains.

Des Open Labs dans les Marpa

Ce partenariat porte notamment sur le développement de la recherche et de l'innovation au sein de la filière de la Silver économie, sur le renforcement des méthodes et des outils d'innovation au sein du réseau des Marpa, mais aussi sur la découverte et la participation de résidents et de professionnels du réseau Marpa au processus de réflexion et de conception de certains produits ou services développés par la Silver économie. Cette collaboration se traduit en particulier par le lancement de trois nouveaux Open Labs dans des Marpa du Haut-Rhin (Huningue), de la Somme (Feuquières-en-Vimeu) et de la Vendée (Réaumur). Il s'agit en fait de la reprise d'une initiative lancée il y a deux ans, mais dont la première édition avait été écourtée par la survenue de la crise sanitaire.
En pratique, ces Open Labs se déroulent sur une journée et sont organisés en deux parties. La matinée – conçue comme une "journée des territoires" selon la formule de Jean-Christophe Billou, le directeur de la Fédération nationale des Marpa – se déroule sous forme de conférences et tables rondes, en présence des élus et des acteurs locaux. L'innovation intervient surtout l'après-midi, sous la forme d'ateliers "Concept Crash". Les résidents de la Marpa, et éventuellement ceux de Marpa voisines, sont invités à tester plusieurs innovations issues de la Silver économie, en présence des entrepreneurs et start-upers concernés. Cinq ou six innovations sont ainsi testées, lors de chaque Open Lab, par leurs utilisateurs potentiels.

"L'innovation sur les territoires ruraux est parfois plus facile"

Pour Nicolas Menet, le directeur général de Silver Valley, Marpa et Silver économie "partagent des valeurs communes, comme la dimension inclusive ou la notion de longévité positive". En outre, ces Open Labs constituent "une approche concrète de l'innovation : celle-ci doit être utile, acceptée et utilisée". Ils permettent également de "porter l'innovation sur tous les territoires et pas seulement dans les métropoles, et cela jusqu'au dernier kilomètre". L'intérêt de la démarche vaut également pour les entrepreneurs de la Silver économie. Pour Nicolas Menet en effet, "l'innovation sur les territoires ruraux est parfois plus facile ; il y a davantage de proximité entre les acteurs, moins de formalisme et une meilleure remontée des attentes".
En outre, "les Marpa ont une réelle agilité dans la mise en place de l'innovation. Et la pandémie de Covid-19 a rebattu les cartes, avec l'arrivée de nouvelles populations, en l'occurrence de néo-ruraux, familiers du numérique avec le télétravail et ayant une envie forte de s'impliquer dans les territoires".
Patricia Saget-Castex, la présidente de la Fédération nationale des Marpa, estime que l'ouverture de ces structures sur l'extérieur, qui "répond à l'enjeu sociétal du désir d'autonomie", est bien en phase avec l'innovation en matière médicosociale. Elle met en avant le concept à taille humaine (avec un maximum de 30 résidents par maison) et son implantation en milieu rural, sous réserve de la présence de commerces et de professions de santé, et désormais en milieu semi-urbain. Pour Patricia Saget-Castex en effet, les Marpa, à mi-chemin entre le domicile et l'Ehpad, sont "un label très rigoureux mais qui sait évoluer" et qui privilégie à la fois "la conservation de l'autonomie et la sécurité".

Une ouverture des Marpa sur les petites villes

Lancées sous l'égide de la MSA, les Marpa sont aujourd'hui au nombre d'environ 200 et plusieurs projets sont en cours de réalisation. Sur le plan juridique, il s'agit de résidences autonomie gérées par des associations ou des CCAS (60% de gestionnaires privés et 40% de publics), présentant des logements individuels avec une superficie comprise entre 32 et 45 m2, un espace privatif extérieur et des services collectifs comme des repas préparés sur place 7/7 jours, un service de lingerie ou des animations gratuites régulières. Les Marpa proposent aussi des ateliers de prévention en interrégime (Cnav et MSA) sur l'audition, la vision, la prévention des chutes... Elles offrent en outre des tarifs attractifs – favorisés par le faible coût du foncier en zone rurale – à partir de 900 euros par mois. 
Au-delà du partenariat avec Silver Valley, les Marpa ont une pratique régulière de l'innovation, rappelle Jean-Christophe Billou. Certaines d'entre elles créent ainsi des services d'autopartage ouverts aux résidents, mais aussi à des seniors extérieurs. D'autres mettent en œuvre des innovations de sécurité, comme les sols souples ou les sols connectés, les équipements domotiques, des loisirs interactifs ou encore, plus traditionnel, des activités intergénérationnelles comme l'aide aux devoirs. De même, les Marpa développent une formation action pour leurs personnels sur les achats alimentaires, les ateliers nutrition et la lutte contre le gaspillage.
Aujourd'hui, explique Jean-Christophe Billou, "les Marpa continuent de cibler les zones rurales pour leurs implantations, mais s'intéressent aussi désormais au périurbain, essentiellement les villes autour de 10 à 12.000 habitants. Ce sont en effet les territoires les plus âgés, avec le littoral et l'outre-mer. En 2050, les départements les plus âgés seront la Vendée, la Martinique et la Guadeloupe".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle