Retour des lycéens en classe entière, vaccination, orientation… une "rentrée de tous les défis" pour les régions

Alors que tous les lycéens vont reprendre le chemin de l’école, les régions s’attachent à accompagner la campagne de vaccination et à assurer la sécurité sanitaire dans les établissements. Les dépenses nécessaires, capteurs de CO2 et purificateurs d’air notamment, s’ajoutent aux autres investissements éducatifs, les régions souhaitant notamment accélérer sur l’orientation et l’approvisionnement local des cantines. Annonçant une rencontre avec le Premier ministre le 13 septembre 2021, l’association Régions de France demande des compensations financières et une bonne coordination avec l’État, sur le volet sanitaire comme sur l’accompagnement des jeunes ou encore la fin progressive des aides aux entreprises.  

Les régions se préparent à "une rentrée de tous les défis" avec le retour des élèves en effectifs complets dans les lycées et la poursuite de la campagne de vaccination, ont mis en avant Carole Delga et François Bonneau, présidente et président délégué de Régions de France, le 26 août 2021 devant la presse. Ainsi dès la fin juillet, les présidents de région ont écrit aux parents d’élèves, via les environnements numériques de travail, pour inciter à la vaccination de leurs enfants. Taux jugé encourageant, 57% des 12-17 ans ont déjà reçu une première dose de vaccin, a mis en avant Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, qui tenait le matin même sa conférence de presse de rentrée (notre article du 30 août).

Équiper les lycées de capteurs de CO2 mobiles

Sur la mise en œuvre du protocole sanitaire, la présidente de Régions de France a fait valoir "l’expérience" sur laquelle les régions peuvent désormais s’appuyer – agencement des espaces, aération, purificateurs d’air, etc. Des capteurs de CO2 mobiles sont en train d’être déployés et seront "prioritairement utilisés dans les espaces de restauration scolaire". L’objectif est d’équiper rapidement chaque lycée d’au moins un capteur mobile, qui coûterait dans les 200 euros, avant de "monter en puissance" dès l’automne et lorsque l’aération sera moins facile.

Sur la compensation financière de ces charges pour les collectivités, Carole Delga n’a à ce stade "pas plus d’information". Auprès du Premier ministre le 13 septembre 2021, la présidente de Régions de France fera valoir l’ensemble des "dépenses supplémentaires" imputables à la crise Covid, dont la hausse des effectifs pour des tâches telles que la désinfection. Une rencontre au cours de laquelle les régions entendent également se coordonner avec l’État sur la fin du "quoi qu’il en coûte", pour faciliter une "transition en douceur" sur les aides aux entreprises et le remboursement des prêts garantis par l’État et pour préparer le grand plan d’investissement.     

Orientation, approvisionnement en produits locaux : les régions veulent accélérer 

En cette rentrée scolaire 2021, les régions souhaitent aussi "monter en puissance" dans leur compétence orientation centrée sur l’information sur les métiers. "Le socle est posé aujourd’hui", estime François Bonneau qui insiste sur la "relation directe au monde économique et sociale" que les régions s’attachent à construire avec les lycées, mais aussi les collèges et à travers la prise en compte également d’un "continuum bac – 3 / bac + 3".

Les régions se déclarent en outre mobilisées sur la lutte contre le décrochage scolaire, avec une vigilance particulière suite aux mois d’enseignement à distance ayant isolé et fragilisé des élèves. Plus globalement, "les régions aux côtés de l’État seront fortement impliquées" dans l’accompagnement de chaque jeune, assure le président délégué de Régions de France. Autour de deux enjeux notamment : "trouver des solutions" pour les lycéens professionnels en difficulté dans la recherche de stages et orienter des jeunes vers les métiers en tension tels que l’hôtellerie et la restauration.    

Autre sujet : l’approvisionnement des cantines en produits locaux et biologiques. 60 à 70% des lycées auraient déjà initié cette transition, mais là encore il s’agit d’"accélérer". "Dans ma région, beaucoup de blé va partir au Brésil pour élever des poulets qui vont se retrouver dans l’assiette de mes lycéens", a témoigné le président de la région Centre-Val de Loire, déplorant de tels "non- sens". Parallèlement, des investissements continuent à être réalisés pour faire sortir de terre des "lycées à énergie positive".      

Au total, selon Carole Delga, les régions devraient consacrer plus de 7 milliards d’euros aux lycées en 2021, soit "une priorité en constante augmentation" dans les budgets. La présidente de Régions de France annonce ainsi que des propositions sur l’éducation et la formation figureront dans le "livret blanc" qui sera présenté d’ici quelques mois aux candidats à l’élection présidentielle.  

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle