Territoires d’industrie, un dispositif pour accélérer le développement industriel

Territoires d’industrie, les premières pierres d’un ambitieux dispositif de réindustrialisation

Le programme Territoires d’industrie s’inscrit dans une dynamique nationale de développement des territoires industriels. Retour sur la genèse de ce dispositif inédit de financement et d’accompagnement de projets, lancé fin 2018, dont la Banque des Territoires est l’un des principaux opérateurs.

Territoires d’industrie : un nouvel instrument de la politique industrielle française

En 2017, le gouvernement s’est engagé en faveur d’un accompagnement renforcé de l’État pour répondre aux besoins spécifiques des collectivités locales. La même année, le Conseil national de l’industrie était réactivé, dans l’objectif de structurer la stratégie industrielle française autour de 18 filières labellisées. La création de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), était en outre annoncée. Elle a été lancée début 2020 suite à la fusion du CGET, d’Epareca et de l’Agence du numérique, pour faciliter la concrétisation des projets de territoires. C’est dans ce contexte qu’est né Territoires d’Industrie. En concertation avec les conseils régionaux et les intercommunalités, le programme a été lancé officiellement le 22 novembre 2018 par le Premier Ministre Édouard Philippe à l’occasion du Conseil national de l’industrie.

Concentration et priorisation des moyens financiers pour la période 2019-2022

L’État s’est engagé au début du programme, à flécher 1.36 milliard d’euros en priorité aux projets des Territoires d’industrie, sous forme d’aide à l’ingénierie, de financements en fonctionnement ou d’investissement. Cette enveloppe provient en partie du programme d’investissements d’avenir (PIA), des fonds des opérateurs nationaux partenaires - dont la Banque des Territoires - et du plan d’investissement dans les compétences (PIC). Pour répondre à la crise sanitaire et économique du printemps 2020, le gouvernement entend inscrire les Territoires d’industrie dans le cadre des stratégies annoncées de relocalisation et du grand plan de relance et chaque opérateur s’est engagé à dégager plus de moyens pour accompagner l’industrie dans les territoires.

Le dispositif a été conçu sur la base des propositions d’une mission pluridisciplinaire de cadrage, confiée à une équipe d’experts, de chefs d’entreprises et d’élus locaux et nationaux.

Au contact des écosystèmes industriels, ils ont identifié une centaine de territoires français prioritaires, à forte empreinte industrielle. Les Régions, en lien avec les acteurs industriels et élus locaux, se sont ensuite chargés d’adapter et d’affiner cette carte des Territoires d’industrie, en fonction de leurs enjeux propres.

 

Une démarche collaborative et « ascendante »

Le programme Territoires d’industrie est novateur, dans le sens où il part des projets de territoires et des compétences de terrain. Portée et animée localement par un binôme constitué d’un élu et d’un acteur industriel, la démarche est gérée de manière décentralisée, et pilotée par des experts aux niveaux intercommunal, régional et national.

Le programme repose sur une mobilisation coordonnée de tous les acteurs des dynamiques industrielles. A l’échelle de chaque territoire éligible, les engagements et le plan d’action de toutes les parties prenantes impliquées dans la démarche – collectivités, industriels, Etat – sont formalisés dans un contrat Territoires d’industrie.

 

Une offre de services intégrée

Des outils concrets peuvent être mobilisés par les Territoires d’industrie lauréats, en fonction de leurs besoins spécifiques. Chaque mesure s’inscrit dans l’une des 4 grandes thématiques du programme : recruter, attirer, innover ou simplifier.

Parmi elles, la possibilité d’expérimenter le « volontariat territorial en entreprise » - ou d’obtenir une aide pour financer des études d’ingénierie dans le cadre d’un projet industriel, par exemple.

Les porteurs de projet bénéficient en outre d’un accompagnement renforcé, sur le plan financier et humain, assuré notamment par les opérateurs mobilisés (Banque des Territoires, Bpifrance, ADEME, Pôle emploi et Business France).