Localtis

Un appel à projets pour 100 premières "maisons sport-santé"

Publié le
par
Jean Damien Lesay pour Localtis
dans

Tourisme, culture, loisirs

Santé, médico-social, vieillissement

Un appel à projets pour 100 "maisons sport-santé" conjoint aux ministères de la Santé et des Sports a été lancé, a annoncé la ministre des Sports le 4 septembre. Ces maisons ont pour objectif d'accompagner et de soutenir les personnes qui souhaitent maintenir ou améliorer leur santé - les femmes qui ont eu un cancer du sein sont les premières patientes attendues - par une pratique d’activité physique et sportive, sécurisée et délivrée par des professionnels formés. Ces maisons pourront se situer dans des hôpitaux ou au sein d'une association, et parmi les intervenants envisagés, les collectivités locales sont les bienvenues.

C'était l'un des axes forts du programme de Laura Flessel, ministre des Sports de mai 2017 à septembre 2018, Roxana Maracineanu l'a repris à son compte : des "maisons sport-santé" vont voir le jour. Un appel à projets, conjoint aux ministères de la Santé et des Sports à été lancé en ce sens début août et la ministre est revenue sur ce dossier lors d'un point presse le 4 septembre (sur les autres points abordés lors de ce point presse, voir aussi notre article du 5 septembre et, sur les plans natation, celui du 6 septembre).

Intégrées à la Stratégie nationale sport-santé présentée le 25 mars dernier, ces "maisons sport-santé", "au travers d’un programme sport-santé personnalisé, [visent] à accompagner et à soutenir les personnes souhaitant maintenir ou améliorer leur santé par une pratique d’activité physique et sportive, sécurisée et délivrée par des professionnels formés".

L'appel à projets porte sur la mise en place des cents premières "maisons sport-santé", soit une par département. Le cahier des charges note, parmi les intervenants possibles, les "collectivités locales au titre de leurs compétences respectives, par exemple dans le domaine de la santé, du social, du sport et de la politique de la ville pour les territoires concernés". "Dans ce cas, précise le texte, une inscription ou une articulation de la maison sport-santé avec le contrat local de santé, et le contrat de ville, sera favorisée."

Mise en réseau et labellisation

"Ce que l'on souhaite créer, a précisé Roxana Maracineanu, c'est un réseau d'acteurs parmi ceux qui s'intéressent à un public particulier, les personnes, soit en rémission, soit éprouvant des difficultés physiques pour aller seules vers la pratique sportive. Ces réseaux comprennent les personnes qui, à l'hôpital, vont détecter les patients qui ont le plus besoin d'activités physiques et vont les orienter vers les associations sportives. Ces dernières, de leur côté, doivent se structurer, parfois avec la municipalité, car il faut des locaux pour les accueillir."

Les "maisons sport-santé" ne seront donc pas "cinq cents maisons sorties de terre comme Laura Flessel les avait imaginées". Une solution "impossible pour des raisons budgétaires", selon Roxana Maracineanu. Elles pourront se situer dans les hôpitaux ou au sein d'une association. "On va déjà regarder ce qui existe dans les territoires. Il n'y a pas besoin de créer un nouveau dispositif là où il existe déjà un réseau en place", a commenté la ministre. Le rôle de l'Etat sera dès lors de "leur faciliter la vie sur leur territoire en les labellisant, en leur donnant de la crédibilité".

La grande nouveauté sera de permettre le remboursement de la pratique du sport pour la santé, ce que n'avait pas explicitement prévu le décret du 30 décembre 2016 portant sur la loi Sport sur ordonnance. Le remboursement devrait s'effectuer en faveur de la structure organisatrice des soins et non en faveur du patient. Cette possibilité de remboursement, à travers le parcours de santé, sera intégrée dans la loi, sans doute par le biais du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Les premières patientes visées seront les femmes de retour d'un cancer du sein. Cinq affections de longue durée sont visées à plus long terme.

D'un point de vue financier toujours, le ministère des Sports va soutenir la formation d'éducateurs spécialisés au sein des fédérations sportives. Actuellement, vingt-deux diplômes fédéraux dédiés au sport-santé existent pour encadrer ces activités spécifiques.

Les résultats de l'appel à projets sur les "maisons sport-santé" seront connus en décembre 2019.

Haut de page