Agglopolys stimule la rénovation énergétique de l’habitat (41)

Publié le
par
Victor Rainaldi
dans

Habitat

Loir-et-Cher

Expérimentée depuis quatre ans, la plateforme Rénov’Énergie propose une solution de rénovation performante, effectuée par une équipe d'artisans. Le nombre des professionnels labellisé RGE a été multiplié par six en quatre ans et 4.500 propriétaires ont été conseillés dans leur démarche de rénovation thermique. Les élus communautaires ont donc décidé de pérenniser Rénov’Énergie. 

"Située à mi-chemin entre les métropoles d’Orléans et de Tours, Agglopolys souhaite développer son attractivité pour attirer les ménages et les entreprises", explique la vice-présidente chargée de l’habitat et de l’aménagement de l’espace, Françoise Bailly. Un objectif qui exige notamment que le territoire dispose de logements confortables en nombre suffisant y compris pour ses habitants actuels. En dehors de Blois, le parc de logements est principalement constitué de maisons individuelles qui comptent pour 33% du total des habitations de l’agglomération. Beaucoup de logements, notamment individuels, sont anciens et nécessitent une rénovation énergétique, même si le territoire ne compte pas plus d’habitations insalubres et de copropriétés fragiles que la moyenne nationale. 

Rénover l’existant pour limiter l’étalement urbain

La problématique de la rénovation globale des logements est d’autant plus importante qu’Agglopolys souhaite limiter au strict minimum l’étalement urbain. Les opérations de reconstruction, de réhabilitation et de rénovation thermique sont donc privilégiées. Suite à un projet d’expérimentation lancé par la région Centre-Val de Loire en 2014, Agglopolys a créé la plateforme Rénov’Énergie. La cheffe du service Habitat de l’agglomération, Élodie Lhomme explique : "Depuis l’été 2019 nous rencontrons tous les partenaires afin créer du lien, collecter l'information à mettre à disposition des ménages sur les aides financières notamment, faciliter le parcours des candidats à la rénovation thermique de leur logement. Parallèlement nous informons et accompagnons les artisans afin qu'ils se tiennent prêts à répondre à la demande et bientôt nous rencontrerons les agences immobilières et les notaires. Nous avons par exemple noué un partenariat avec la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) et constaté que seulement 14 professionnels détenaient le label RGE (reconnu garant de l’environnement) en 2014 ce qui posait problème pour effectuer des rénovations thermiques efficaces." 

Formations prises en charges proposées aux artisans

Rénov’Énergie propose donc des formations dédiées à la rénovation performante aux artisans. Elles sont pour l’instant cantonnées aux maisons individuelles et se déroulent dans le cadre du programme Dispositif opérationnel de rénovation énergétique des maisons individuelles (Doremi). Encore faut-il convaincre les artisans de les suivre… "Pour des raisons de temps et de coûts, ils ont du mal à se former. Nous avons donc répondu à un appel à projet et obtenu des financements de la Région et de l'Ademe, pour assurer la prise en charge de ces formations", indique la cheffe du service Habitat.  Parallèlement aux formations, Rénov’Énergie travaille à la constitution de groupements pluridisciplinaires d’artisans capables de répondre avec efficacité aux demandes spécifiques des projets de rénovation thermique. Ils sont, en outre, mieux en mesure d’inspirer confiance aux clients qui étaient de plus en plus souvent sollicités par les offres séduisantes de grands groupes évoluant à l’échelle nationale. 

Coordonner et dynamiser les partenaires

Rénov’Énergie fournit un accompagnement sur différents plans. La plateforme coordonne l’action de ses partenaires - l'ADIL 41 EIE, la chambre de métiers et de l'artisanat de Loir-et-Cher et la maison de l'emploi du Blaisois, le CAUE, la Capeb, la FFB, Envirobat... Des séances d’information sont organisées et la CMA 41 organise des formations Feebat nécessaires à l’obtention de la mention RGE pour les artisans. La cheffe du service Habitat souligne l’importance de "maintenir la dynamique de la formation en rappelant aux artisans les objectifs et les besoins de rénovation énergétique sur le territoire."

Accompagner les particuliers

L’accompagnement concerne aussi les particuliers. À mi-2019, environ 4.500 propriétaires avaient bénéficié des conseils de la plateforme Rénov’Énergie. Le chargé de mission Habitat privé, Denis Blondel, qui la gère au quotidien, explique l’accompagnement des particuliers : "Je me déplace avec un conseiller de l'espace Info Énergie chez les propriétaires pour définir plus précisément leur projet de travaux. À partir de là nous pouvons identifier une équipe d’artisans adaptée au projet. Si une problématique plus technique apparaît, Rénov’Énergie sollicite l’intervention de la CMA, du CAUE." L’aide porte également sur la demande de devis, le montage du dossier financier (subventions diverses, prêt à taux zéro…) et du dossier Anah. 

La formation des artisans améliore la qualité des travaux

La mise en place des formations RGE a permis de passer de 14 à 104 artisans formés et labellisés en quatre an. Trois groupements d’artisans étaient constitués à l’été 2019 et l’objectif de la vice-présidente en charge de l’habitat est d’arriver à six dans les prochaines années. Des tests d'infiltrométrie, ou d’étanchéité, réalisés sur les maisons rénovées ont démontré l’efficacité des travaux effectués par les équipes d'artisans. "Nous avons pris la décision de pérenniser la plateforme en répondant au nouvel appel à manifestation d’intérêt de la région (AMI), ajoute la vice-présidente. Le dispositif Rénov’Énergie est lié aux autres programmes que nous avons lancés pour éradiquer l’habitat indigne, réduire la vacance et améliorer le confort des habitants, mais aussi préserver leur reste à vivre en leur permettant de dépenser moins pour se chauffer."

Budget de Rénov’Énergie

Rénov’Énergie disposait jusqu’en 2019 d’un budget de 100.000 euros de subventions. Son budget de fonctionnement correspond à l’emploi d’un agent de catégorie A, animateur de la plateforme. La région Centre et l’Ademe finançaient 50% du poste de l’agent et Agglopolys l’autre moitié. 
Jusqu’en 2019, l’agglomération versait 1.180 euros de subvention à un particulier modeste pour son projet de rénovation thermique. À partir de 2020 cette subvention sera portée à 10% du montant total des travaux, et plafonnée à 5.000 euros pour les rénovations les plus performantes. 
Si la candidature d’Agglopolys à l’AMI de la région Centre est retenue, le financement du poste de l’agent de catégorie A sera assuré à 50% par le fonds européen de développement régional (Feder), le reste par Agglopolys. 

Communauté d'agglomération de Blois

Nombre d'habitants :

105000

Nombre de communes :

43
1 rue Honoré-de-Balzac
41000 Blois

Denis Blondel

Animateur de la plateforme renov'energie
Haut de page