Avec Velociti, Tour(s)plus confirme son engagement en faveur du vélo dans l'agglomération

Publié le
dans

Indre-et-Loire

Etre autonome, gagner du temps, de l'argent, entretenir sa forme, respecter l'environnement... Après les infrastructures, la communication, avec de nouveaux services comme Velociti, Tour(s)plus multiplie les raisons de faire du vélo dans l'agglomération.

Avec quatorze communes rassemblant une population de 268.000 habitants, l'agglomération de Tours, Tour(s)plus, existe depuis 2000. Dès le départ au sein de la commission infrastructures, le groupe de pilotage vélo a développé un schéma d'aménagement de voies cyclables. Autour de sept axes, toutes les communes de l'agglomération seront reliées entre elles, ainsi que les lycées, les universités et les grands équipements sportifs et culturels. Les corridors fluviaux seront aménagés. Tous les ans, un budget est voté pour poursuivre ce développement. Le Congrès des villes cyclables organisé à Tours en 2004 a été l'occasion d'une réflexion au-delà des infrastructures pour développer des services autour du vélo.

 

Velociti, un service de location de vélos

En fonctionnement depuis septembre 2006, Velociti est donc un service de location de vélos initié par l'agglomération Tour(s)plus qui a fait le choix de la longue durée (minimum trois mois) pour ne pas être en concurrence avec les loueurs locaux. Ceux-ci proposent des locations courtes en particulier pour suivre le circuit touristique "Loire à vélo" dont l'itinéraire traverse toute l'agglomération d'est en ouest. L'autorité organisatrice de transport en commun de l'agglomération, le Sitcat, gère à présent le service de location. La réservation et le paiement de la location s'effectue auprès de son délégataire, "Fil Bleu". Ensuite, il suffit de se présenter chez l'un des deux loueurs de vélos ayant un contrat avec Fil Bleu qui assurent la délivrance des véhicules et leur maintenance technique. Pour les locations de longue durée, une révision gratuite est incluse tous les six mois. La forte présence d'étudiants - ils sont 27.000 à Tours -, en a fait la première cible de Velociti. L'agglomération a choisi un modèle très identifiable pour constituer le parc de vélos et gère toute la communication.
Pour les étudiants abonnés de Fil Bleu, trois mois de location coûtent six euros et neuf euros pour les non-abonnés. Pour toute autre personne abonnée à Fil Bleu, trois mois de location coûtent vingt et un euros et vingt-sept pour les non-abonnés. Le service n'a pas pour objectif d'être rentable. Une année complète d'exploitation est nécessaire à l'affichage du coût du service. Le prévisionnel est par contre très inférieur aux services de locations de courte durée mis en place dans d'autres collectivités.
Selon Dona Sauvage, présidente du groupe de pilotage vélo, les premiers résultats depuis l'ouverture du service sont excellents. Les usagers sont ravis, le parc a récemment été doublé en investissant dans un deuxième lot de quatre cents vélos. Mi-avril 2007, plus de quatre cent quatre-vingt-dix vélos étaient loués. Les statistiques révèlent que les utilisateurs sont à 58% des femmes, avec une moyenne d'âge de vingt-quatre ans,le plus âgé a soixante-huit ans.

 

Des journées de marquage

Depuis 2005, un nouveau service est proposé pour lutter contre le vol : le marquage des vélos. Il s'agit d'attribuer un numéro unique et de le graver sur le cadre du vélo et permettre ainsi aux services de police de savoir à qui rendre le vélo retrouvé. Le numéro, le nom et les coordonnées du propriétaire du vélo sont transmis à un fichier central de la Fédération des usagers de bicyclette ( www.fubicy.org). L'agglomération a implanté ce nouveau service sur Tours par le biais d'une commande publique qui a permis à l'entreprise retenue d'acquérir la machine ad hoc. Aujourd'hui, chacun a la possibilité sur Tours de faire marquer son vélo à titre privé. Tour(s)plus continue néanmoins d'organiser des journées de marquage dans les collèges pour sensibiliser les élèves et les enseignants à tous les intérêts d'utiliser le vélo pour se déplacer, tout en réduisant les risques de perte ou vol. Dans le cadre de la manifestation nationale "Tous à vélo", des bons de marquage gratuits ont été remis aux cyclistes.

Le groupe de pilotage souhaite également étendre ces services aux entreprises qui mettent en place des plans de déplacement d'entreprise (PDE). En effet, comme les terrains, les places de stationnement de voitures sont chères et les entreprises peuvent avoir intérêt à favoriser les modes de transports alternatifs de leur personnel plutôt que d'aménager des places de parking. De plus, l'impact favorable sur la santé de l'utilisation du vélo n'est plus à démontrer et est également recherché par les employeurs. Un PDE est en cours d'élaboration pour le personnel de la mairie de Tours. 

 

La complémentarité des modes de transport

Dans une agglomération, le vélo sera d'autant plus efficace qu'il s'inscrit dans des chaînes de déplacements, en complémentarité avec les autres modes de transport, collectifs notamment. Pour cela, une politique en faveur du vélo doit remplir certaines conditions. Tout d'abord la mise en place d'une infrastructure sous forme d'un réseau maillé, hiérarchisé, continu et sûr. Ensuite, la possibilité de garer son vélo à tout endroit de la ville, tant sur les lieux publics que dans les lieux privés. Enfin, le développement d'une communication incitative, de façon globale et/ou ajustée sur des populations ciblées. Les messages à faire passer : "Le vélo c'est bien, ce n'est pas dangereux, c'est bon pour la santé, cela ne nuit pas à l'environnement, c'est économique..." On voit ainsi de plus en plus de monde sur les pistes cyclables. Tous les médias existants sont mis à contribution : le site web de Tour(s)plus, les bulletins municipaux de l'agglomération, l'affichage, les congrès, les manifestations comme la journée "Ville sans voiture" le troisième week-end de septembre, ou "Tous à vélo" début juin. Enfin l'existence de services facilitant l'usage du vélo à différents moments des chaînes de déplacement.
Avec les années, on constate à Tours que malgré la difficulté de décrocher les gens de leur voiture, et en dépit des côtes sévères au nord et au sud de l'agglomération, il y a un mimétisme certain. De plus en plus de monde se déplace en vélo et donne l'envie d'en faire, simplement pour le plaisir !

 

Nathalie Froissart, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté d'agglomération Tour(s)plus

Nombre d'habitants :

296500

Nombre de communes :

22

60, avenue Marcel Dassault,CS 30651
37206 Tours Cedex 3
communication@agglo-tours.fr

Ameline Millet

Chargée d'opérations infrastructures
Haut de page