Gironde

Blanquefort (33) étrenne sa nouvelle gestion du sport

A l'issue d'une démarche participative d'élaboration qui aura duré deux ans, Blanquefort, en Gironde, a présenté son projet sportif le 15 mai, dans le cadre d'assises du sport. La ville expérimente déjà quatre outils de gestion peaufinés en lien étroit avec les interlocuteurs locaux du sport.

L'équipe municipale de Blanquefort (14.734 habitants) nouvellement en place en 2001 s'est attelée à l'élaboration d'un projet sportif. Phase d'observation tout d'abord, durant les deux premières années du mandat : les élus, et en particulier l'adjointe au sport, ont appris à mieux connaître les différents acteurs en ce domaine. Puis les élus se sont lancés dans la mise au point du projet, avec une méthodologie qui fait la part belle à la participation et à la concertation.
La démarche s'est organisée en cinq temps :
- la réalisation d'un diagnostic interne : état des lieux ;
- la prise en compte des facteurs d'évolution : cette étape a été menée avec les acteurs du sport (association omnisport ESB, associations sportives, enseignants d'EPS, associations socio-culturelles, enseignants du primaire, représentants du conseil général...) ;
- la définition d'orientations politiques et stratégiques par les élus municipaux ;
- la construction d'outils de gestion en partenariat avec les acteurs du sport ;
- en mai dernier, opération de communication auprès des différents intervenants et mise en oeuvre de principes opérationnels avec l'organisation d'assises du sport.
Cette démarche va se poursuivre avec la création d'une commission extra-municipale des sports.

Un processus partagé

L'originalité de la démarche tient à son caractère très participatif. En effet, les acteurs directs et indirects du sport ont été associés tout au long de la construction du projet.
Lors du diagnostic, ils ont été interrogés sur les facteurs d'évolution et leurs besoins. Cette réflexion s'est construite autour de trois thèmes, les équipements sportifs, la politique éducative sportive, le partenariat ville/associations sportives. Même méthode pour la construction des outils à partir des orientations politiques arrêtées par les élus. Cette étape, qui a nécessité six réunions, a débouché sur la finalisation d'outils partagés entre la municipalité et les différents partenaires : un plan pluriannuel d'investissement négocié, une convention d'utilisation des équipements sportifs, la mise en oeuvre d'un dispositif de pilotage des actions éducatives sportives, une politique de contractualisation avec les clubs sportifs.
La démarche participative se poursuivra dans la mise en oeuvre du projet sportif, grâce à la commission extra-municipale des sports, dont la création a été annoncée par le maire, Vincent Feltesse, lors des assises du sport du 15 mai. Y siègeront les acteurs sportifs, mais également les représentants des quatre conseils de quartiers récemment créés.

Du concret et de l'opérationnel

A Blanquefort, le mode de gestion de l'action sportive est d'ores et déjà opérationnel, avec :
- l'adoption d'un plan pluriannuel d'investissement (PPI) sur les équipements sportifs : il porte sur les opérations engagées jusqu'à la fin du mandat et celles programmées pour le mandat suivant ;
- la signature d'une charte d'utilisation des équipements sportifs : la ville a fixé parmi ses priorités politiques l'accessibilité aux équipements et aux activités. Face à la saturation des équipements, la charte a pour objectif de fixer des règles favorisant l'accessibilité aux équipements et d'en optimiser l'utilisation ;
- l'instauration d'un dispositif de pilotage des actions éducatives sportives, pour mieux appréhender la multiplicité des actions organisées dans le domaine sportif, et afin de permettre à tous les acteurs d'en avoir une meilleure lisibilité. Il porte sur les actions organisées par les clubs, hors championnats et calendrier officiel, et les actions extra-compétitives organisées sur les temps périscolaire et extra-scolaire ;
- le développement d'une politique de contractualisation avec les clubs sportifs : la ville entend renforcer son soutien aux clubs et mieux prendre en compte la spécificité de chacun d'entre eux. Le choix a été en conséquence de distinguer les subventions de fonctionnement des contrats d'objectifs.


Patrick Bayeux pour Localtis


 

"Notre réflexion a fait émerger un niveau qu'il faudra prendre en compte : le niveau intercommunal"


 

Lydie Gauthier est maire-adjoint chargée des sports de Blanquefort.

Pourquoi vous êtes-vous lancés dans l'élaboration d'un projet sportif ?

Lorsque nous avons été élus en 2001, nous connaissions peu les différents acteurs associatifs sur Blanquefort. Dans le domaine sportif, nous avions conscience que les Blanquefortais bénéficiaient d'une situation plutôt favorable, toutefois l'intervention de la ville n'était à nos yeux pas très explicite. C'est pour cette raison que nous avons souhaité construire avec tous les acteurs un projet sportif partagé afin de clarifier la politique sportive, de lui donner du sens et de l'articuler avec l'ensemble de notre programme politique en cohérence avec les domaines de l'éducation, de la jeunesse, de la politique sociale.

Que retenez-vous de ces assises du sport ?

Les assises ne sont que le point d'orgue de toute une démarche entamée il y a plusieurs mois. Démarche qui doit se poursuivre. Mais au-delà de la définition d'une politique sportive et de la construction d'outils partagés avec le mouvement sportif, je retiens tout l'intérêt qu'il y a eu à travailler en concertation avec les acteurs du sport. Les différentes réunions organisées lors du diagnostic ou lors de la phase de l'élaboration d'outils ont permis aux élus et aux dirigeants de se rencontrer et de partager le projet. Nous pensons que c'est ainsi que doit vivre la citoyenneté sur Blanquefort. Par ailleurs cette réflexion a fait émerger un niveau qu'il faudra prendre en compte dans les années à venir : le niveau intercommunal. Par exemple pour le projet de piscine, voire pour des équipements spécialisés.

Quelle suite allez-vous donner à cette démarche ?

Le maire a annoncé la création d'une commission extra-municipale des sports. Nous allons en proposer la constitution au conseil municipal de juin. Ceci montre notre volonté de voir rapidement se poursuivre cette démarche dans une phase opérationnelle. Tous les acteurs du sport, y compris les associations de quartier, pourront s'exprimer dans le cadre de cette commission. Elle aura un rôle particulièrement important à jouer et constituera un lieu de débat, de réflexion, d'analyse et de suivi sur les projets en cours. Elle doit être à l'écoute des usagers et de l'évolution des besoins. Dans un premier temps, la commission interviendra sur la politique éducative sportive. En effet, tous les projets sportifs lui seront présentés afin de mieux coordonner les initiatives des différents acteurs. Nous souhaitons rapidement qu'elle réfléchisse également à l'accessibilité aux pratiques en terme de tarification.

 

Les trois orientations de la politique sportive blanquefortaise


 

Pour décliner leur politique sportive, les élus ont retenu trois notions fortes : accessibilité, épanouissement, citoyenneté.

Accessibilité

- aux équipements sportifs : favoriser l'accessibilité aux équipements sportifs et aux loisirs sportifs,
- aux actions sportives : favoriser l'accessibilité aux actions organisées par les différents acteurs du sport dans la commune,
- à l'information : permettre à chacun de connaître l'offre sportive.

Epanouissement
- des Blanquefortais : offrir à chacun la possibilité de trouver une activité adaptée à ses besoins,
- des formes de pratiques sportives : soutenir le développement des pratiques sportives sous leurs différentes formes, compétition, loisirs, éducation...
- des acteurs : mieux articuler l'intervention des différents acteurs du sport.

Citoyenneté
- des associations sportives : soutenir la vie associative,
- des jeunes : permettre à chaque jeune un apprentissage des pratiques sportives,
- des animations et manifestations sportives : développer des actions et des manifestations inter-âges et interculturelles.


 
 

Le soutien aux clubs, partenariat et contractualisation

 

Outre des équipements mis à leur disposition par la commune, les clubs sportifs de Blanquefort bénéficient en grande majorité d'une subvention municipale. Ce soutien financier s'articulera désormais autour de deux axes.

La ville de Blanquefort souhaite poursuivre sa démarche de subventionnement des clubs, en dissociant leurs projets sportifs et leur fonctionnement. Dans ce cadre, il a été décidé de distinguer les subventions de fonctionnement (contrat de partenariat) de la procédure de contractualisation (contrat d'objectif).
Les contrats de partenariat permettent d'attribuer les subventions de manière équitable. A ce titre, des catégories de critères ont été établies avec les clubs sportifs, et reflètent leur fonctionnement (nombre de licenciés, d'équipes, de jeunes, prix de la licence, niveau d'évolution, nombre d'heures d'encadrement...). La subvention est répartie entre les clubs à partir de ces critères.
Les contrats d'objectifs sont établis dans le cadre d'une négociation entre la municipalité et les clubs, sur la base de projets déterminés d'un commun accord. Ils ne peuvent pas porter sur le fonctionnement. Au titre des contrats d'objectifs, peuvent faire l'objet d'un soutien les animations sportives (en dehors de celles menées par les clubs auprès de leurs adhérents), les manifestations sportives exceptionnelles, des projets sportifs particuliers, etc.


 

Un contexte favorable à la pratique sportive


 

Equipements et moyens consacrés au sport à Blanquefort, en quelques chiffres.


Le budget consacré au sport 
- 6,6 % du budget de fonctionnement de la ville, qui s'élève à 17,7 millions d'euros. Soit 1.174.269 euros pour le sport.
- 79,69 euros par habitant en fonctionnement, sur la base de 14.734 habitants. Pour info, le budget global (investissement + fonctionnement ) est en moyenne de 81,41 euros par habitant en France.
Un taux d'équipement supérieur à la moyenne nationale
Blanquefort dispose d'un nombre d'équipements sportifs traditionnels (terrains de grands jeux, gymnases et équipements spécialisés) supérieur à ce qu'on observe en France dans des villes de taille équivalente.
Un nombre d'agents supérieur à la moyenne
Le nombre d'emplois en équivalent temps plein du personnel travaillant au service des sports est de 1,15 pour 1.000 habitants en France. A Blanquefort, le nombre d'agents affectés au service des sports est de 31, dont un mis à disposition des associations sportives, pour, on l'a dit, 14.734 habitants.
Une vie associative importante
Blanquefort compte 36 associations sportives. Si l'on appliquait les ratios traditionnels, il y en aurait 27. Idem pour les licenciés : au nombre de 4.677 à Blanquefort, ils seraient 4.200 selon les ratios classiques.
Un soutien municipal important aux associations
Le montant des subventions au sport est de 245.433 euros, soit 16,65 par habitant et 52,47 par licencié. Le montant moyen des subventions par habitant est de 13,75 euros en France. et de 48,92 par licencié.

Contact(s)

Mairie de Blanquefort

33290 Blanquefort

Pascal Lausin

Directeur des sports
pascal.lausin@ville-blanquefort.fr
Haut de page