Tarn-et-Garonne

Lucile Vilboux

Boulanger et coiffeur : boutiques à l'essai dans deux villages du Tarn-et-Garonne (82)

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Afin de relancer le commerce de son territoire, la communauté de communes Quercy Rouergue et Gorges de l’Aveyron (CCQRGA) dans le Tarn-et-Garonne a tenté l’expérience des boutiques à l’essai. Soutenue par le réseau national de ce dispositif, elle a aussi largement mobilisé le partenariat local. Un boulanger et un coiffeur sont aujourd’hui installés.

Des diagnostics réalisés récemment dans le cadre de la politique d’accueil qu’elle mène depuis 2009 ont révélé à la communauté de communes Quercy Rouergue et Gorges de l’Aveyron (CCQRGA, 7.756 habitants) une vacance croissante des commerces dans les centres-bourgs. Il devenait temps d’agir. "En 2016, nous avons appris l’existence des boutiques à l’essai, grâce à la communauté de communes Terres des confluences, proche de nous, qui en a créées deux", témoigne le chargé de mission Offre d’accueil de la CCQRGA, François-Xavier Bonvoisin. Il décide d’en proposer la visite à une dizaine d’élus de son territoire.

Partenariat national et local

Séduits, ces derniers font adhérer la CCQRGA, début 2017, au réseau national Ma Boutique à l’essai.  "Le réseau apporte des outils méthodologiques, juridiques et de communication très utiles", poursuit le chargé de mission. Ce dernier mobilise dans le même temps les partenaires locaux concernés par le commerce au sein d’un comité de pilotage, qui fera ensuite office de comité de sélection des commerçants candidats : chambres consulaires, espace rural emploi-formation, plateforme d’initiatives locales, élus locaux pour la sélection... "Tous ces partenaires ont enrichi la démarche et relayé l’information au sein de leurs propres réseaux."

Trois communes répondent aux critères

Des critères sont définis pour choisir les locaux sélectionnables. Ils doivent être situés dans une commune disposant déjà d’un tissu de commerces existant, ne pas nécessiter de lourds travaux, et être situés à proximité d’un axe routier fréquenté. Trois communes sont sélectionnées et démarchées par le chargé de mission. Avec quelques élus locaux, il repère plusieurs vitrines potentielles, puis contacte les associations de commerçants pour obtenir des informations sur les propriétaires. Dans le même temps, la CCQRGA met en place une aide attractive pour les aider à financer les travaux d’aménagement, qui peut aller jusqu’à 50% des coûts de travaux de gros œuvre et second œuvre, plafonnée à 5.000 euros. Au fil des contacts avec les propriétaires, le choix se porte sur deux d’entre eux qui disposent d’un magasin à Saint-Antonin-Noble-Val (1.912 hab.) et Laguépie (649 hab.). Ils doivent s’engager à ne pas vendre le local avant cinq ans, et peuvent participer à la recherche des candidats.

Prestations préférentielles pour démarrer

Comme il faut aussi rendre l’initiative attrayante pour les porteurs de projet, le chargé de mission mobilise entre février et avril 2017 des partenaires disposés à les aider (prêts et tarifs préférentiels) une fois installés : banque, assurance, comptable, graphiste, imprimeur... "En contrepartie, nous nous faisons largement l’écho de ces partenariats dans les documents de communication destinés à trouver les futurs commerçants." Tous les moyens et partenaires possibles sont alors mobilisés pour soutenir la recherche de candidats : presse, radios locales et nationales, sites, réseaux... Les locaux proposés sont également identifiables par de grands autocollants apposés sur les vitrines, l’objectif étant aussi d’interpeller visuellement les passants et les habitants.

Du temps pour trouver le bon candidat

Suite au lancement d’un appel à candidatures, les candidats doivent remplir un dossier d’une dizaine de pages présentant leur projet (prévisionnel, clientèle cible…) et des informations sur leur situation professionnelle, personnelle et familiale. Une quinzaine de candidatures arrivent durant l’été 2017. A Saint-Antonin elles ne sont pas assez approfondies pour donner satisfaction, au contraire de Laguépie où un boulanger de l’Aveyron y voit l’opportunité de créer un second point de vente. Il ouvre en juillet 2017 au moment où la dernière boulangerie de village fermait.

Patience récompensée

Le dossier d’un coiffeur-barbier, qui disposait déjà du matériel, est ensuite sélectionné début 2018 pour Saint-Antonin. Son salon ouvre en mars 2018. "Nous avons préféré être patients pour trouver le bon candidat", témoigne le chargé de mission. Les deux commerçants ont signé un bail précaire de six mois, renouvelable une fois. "En une année, on peut déjà bien mesurer la rentabilité du commerce. Ensuite, s’ils le souhaitent, ils pourront rester dans les locaux." Une seconde opération de ce type est prévue au second semestre 2018 avec d’autres communes.

Contact(s)

Communauté de communes Quercy Rouergue et Gorges de l'Aveyron (QRGA)

Maison des services au public, BP30
82140 Saint-Antonin-Noble-Val
05 63 30 67 01
Nombre d'habitants : 7756

Christian Maffre

Vice-président en charge du développement économique et maire de Caylus
maire@caylus.com

François-Xavier Bonvoisin

Chargé de mission offre d'accueil
qrga.offreaccueil@orange.fr
Haut de page