Hérault

A Combaillaux, des lombrics épurent les eaux usées

Environnement

Energie

Le petit bourg de Combaillaux, près de Montpellier, a choisi une voie originale pour épurer les eaux usées : il expérimente depuis six ans le lombrifiltre, un procédé inédit en France, qui utilise des vers de terre. L’homologation ne devrait plus tarder…

A la fin des années 1990, la commune de Combaillaux comptait mille habitants et disposait d’un réseau d’assainissement autonome, avec une petite station d’épuration qui arrivait en fin de vie. Différentes solutions de remplacement furent étudiées avec le conseil général de l’Hérault. La plus classique consistait à créer une station d’épuration sur lit bactérien. Mais ce type d’installation produit des déchets polluants, les fameuses boues d’épuration, dont personne ne sait quoi faire. Daniel Floutard, le maire de Combaillaux, a souhaité tester un système utilisé au Chili, dans une commune près de Valparaíso, où les eaux usées sont épurées sur un substrat peuplé de vers de terre. Le système semblait bien fonctionner mais aucune étude scientifique n’avait été menée.

La lombristation, pilote industriel


Grâce au soutien financier du conseil général, de l’agence de l’eau et de l’Union européenne, la commune de Combaillaux s’est lancée dans la recherche-développement. Une première expérimentation fut mise en place avec des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Tout se passa très bien, les eaux domestiques étaient épurées par les vers de terre (lombriciens) aussi efficacement que par le lit bactérien. En 2005, une station d’épuration mixte – dimensionnée pour 2.200 équivalent-habitants – est construite, pour un coût d’un million d’euros financé à 54% par le conseil général, 32% par l’Europe, et le reste par la commune. Le lombrifiltre ne traite, pour l’instant, qu’un quart des eaux, le reste est encore orienté vers un lit bactérien. "Nous finalisons le dossier demandé par l’Union européenne, et je pense que notre procédé ne tardera plus à être validé. Nous l’étendrons alors à toute la station. C’est un très bon procédé pour les petites unités, entre 4 et 8.000 équivalent-habitants". Les limites du système tiennent à ses besoins en surface : il faut un mètre carré pour traiter les eaux usées de 4 à 5 habitants. Les agglomérations importantes recherchent des dispositifs plus concentrés. Par ailleurs, le lombrifiltre n’est pas conçu pour traiter les rejets industriels, car les produits chimiques fortement concentrés pourraient tuer les vers. Il reste que dans de nombreux cas, cette solution écologique pourrait être mise en œuvre avec profit.

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils
 

Contact(s)

Mairie de Combaillaux

Vieux village- L-D Truc de la Reine
34980 Combaillaux
04 67 84 22 68

Daniel Floutard

Maire
maire@combaillaux.fr

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page