Côtes-d'Armor

Coopérative jeunes de Quintin en action : les 16-18 ans proposent leurs services durant l'été (22)

Tourisme, culture, loisirs

Chaque été depuis 2013, la ville de Quintin soutient la création d’une coopérative jeunesse de services. Un projet qui permet à des jeunes de 16 à 18 ans de s’initier à la prise de décision collective et au monde de l'entreprise, tout en fédérant des acteurs locaux. L'expérimentation s’est renouvelée en 2014, en s’élargissant à l’échelon intercommunal.

Le modèle des coopératives jeunesse de services (CJS) en France est expérimenté depuis 2013 par le biais le réseau des coopératives d'activités et d'emplois et la région Bretagne (voir encadré). Le concept est né au Québec où fleurissent depuis 25 ans des CJS. Ces entreprises, montées par des groupes d’une quinzaine de jeunes durant leurs vacances et encadrées par des animateurs, proposent des services sous forme de contrats de prestations auprès de particuliers, d'associations ou de collectivités locales.
La coopérative jeunesse de services de Quintin est une des trois premières expérimentées en France. "Le réseau nous a fourni un concept clef en main : à nous de le faire fonctionner sur notre territoire" explique le conseiller municipal délégué aux affaires sociales, Don Paul Quilichini.

Pilotage à triple dimension : territorial, jeunesse, économique

Première étape : constituer le comité de pilotage. A Quintin, en plus des élus municipaux et communautaires, le partenariat s'est noué autour de trois acteurs clés : le pôle d'appui à l'économie sociale et solidaire du pays de Saint-Brieuc (intitulé Rich'ESS, voir encadré) qui est l'animateur de la démarche ; la MJC, qui a recruté l'animateur "Vie de groupe" ; la coopérative d’activités et d’emploi "Avant Premières", qui a recruté l'animateur "Economique". Etaient également parties prenantes le conseil général des Côtes-d'Armor, la caisse d'allocations familiales, la mission locale et un banquier local. Cette variété de partenaires permet d’offrir une solide préparation aux jeunes : avec la mission locale, ils ont pu travailler sur leurs compétences, avec le banquier, ils ont appris à présenter leur petite entreprise, avec une association locale ils sont découvert le dispositif du service civique...

Mobiliser les jeunes en élargissant leurs profils

Pour mobiliser les jeunes, la MJC a proposé une réunion d'information : 30 jeunes de 16 à 18 ans y ont assisté, et 12 ont finalement participé à la création de la CJS. La motivation fonctionne ensuite beaucoup par le bouche-à-oreille. Lors des étés 2013 et 2014, les jeunes provenaient surtout de filières générales du lycée local. En 2015, la mission locale souhaite mobiliser des profils plus variés, avec des jeunes plus éloignés de l'emploi. L'objectif est aussi d'élargir la provenance géographique à l'échelle de Quintin communauté (10 communes, 10.764 habitants).

Prestations privé et public : à parts égales

En 2014, la CJS a réalisé 56 contrats auprès de 23 clients différents, pour un chiffre d’affaires de plus de 5.800 euros. La moitié des contrats concernait des privés (particuliers et entreprises), l'autre moitié des collectivités locales et associations. Les services rendus aux particuliers et entreprises allaient du ménage, jardinage, petit bricolage au baby-sitting ou aux courses pour des personnes âgées.
L'implication des collectivités locales dans la passation de contrats de prestations a facilité l'activité de la coopérative. Les jeunes ont pu assurer la permanence d’accueil d'un écomusée pour la commune, ainsi que du porte-à-porte sur le tri sélectif, ou encore le balisage de sentiers de randonnée pour la communauté de communes.
A noter : le choix du local de la CJS est important pour assurer sa bonne visibilité. En 2013, la commune de Quintin a mis à disposition de la CJS un commerce-relais en centre-ville, et en 2014, un commerçant a proposé un local vacant.

Un modèle financier qui se cherche encore

Malgré la difficulté à réunir la totalité du budget théoriquement nécessaire (20.000 euros pour salarier deux animateurs, les former et financer l’accompagnement administratif et juridique de la CAE), le projet a vu le jour grâce à l'engagement - pour partie bénévole - des différents acteurs. Initialement prévue pour deux ans, l'expérimentation se prolonge au plan national en 2015 ; l'objectif principal est de trouver un modèle économique viable à long terme. Fondations, mécénat privé, péréquation entre territoires... "A Quintin, nous anticipons en débutant la recherche de financement dès décembre pour l'été suivant."

Rich'ESS
Le pôle d'appui à l'économie sociale et solidaire du pays de Saint-Brieuc ( Rich'ESS) est l'animateur de la démarche CJS en tant que pôle ESS du pays de Saint-Brieuc. Nova Pôle, Bât Penthièvre, 2 rue de la croix lormel, 22190 Plérin Tél : 02 96 52 48 97 02 96 52 48 97.
Essaimage national des CJS
Le réseau national Coopérer pour entreprendre qui fédère 70 coopératives d'activités et d'emplois est chargé de l'essaimage des CJS en France en partenariat avec le Réseau de la coopération du travail au Québec, dépositaire du concept. Pour chacune des coopératives jeunesse de service, le portage juridique et comptable est assurée par la coopérative d'activités et d'emplois locale et l'expérimentation met autour de la table acteurs de l'économie sociale et solidaire et de la jeunesse et de l’éducation populaire.

Claire Lelong pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

You'll need Skype Credit Free via Skype

Contact(s)

Commune de Quintin

Place de la Mairie
22800 Quintin
02 96 74 84 01
Nombre d'habitants : 2834

Don Paul Quilichini

Conseiller municipal délégué aux affaires sociales

Quintin Communauté

2, Rue St-Eutrope, BP 153
22800 Quintin
02.96.79.67.00
accueil@quintin-communaute.fr
Nombre de communes : 10

Contact

Investissement dans les hébergements touristiques

Revitaliser et conforter l’attractivité des centres-villes par la construction ou la rénovation d’hôtels et résidences touristiques.

Haut de page