Dans la vallée de Kaysersberg, on se baigne dans une piscine sans chlore

Publié le
dans

Environnement

Energie

Haut-Rhin

Après le chauffage au bois et au solaire, puis l'installation photovoltaïque sur la toiture pour la fourniture d'une partie de l'électricité, la piscine de l'espace nautique de la communauté de communes de la Vallée de Kaysersberg (Haut-Rhin) est devenue, en mars 2008, la première piscine sans chlore d'Alsace et l'une des rares piscines de collectivité sans chlore en France. Le chlore est remplacé par un produit non-toxique, non-allergène et sans odeur.

Au printemps 2008, l'espace nautique Arc-en-ciel de la communauté de communes de la Vallée de Kaysersberg (dix communes, 17.500 habitants) a remplacé le chlore utilisé pour traiter l'eau des bassins par un produit de substitution : le polymère d'hexaméthylène biguanide ou, plus simplement, PHMB. Constitué d'une molécule déjà largement utilisée pour l'assainissement de l'eau, il offre plusieurs avantages. Non-toxique et non-allergène, ce nouveau traitement n'a pas d'odeur et offre un meilleur confort aux usagers et au personnel tout en respectant davantage leur santé. "Notre démarche est avant tout écologique et sanitaire. Nous avions conscience de tous les désagréments causés par le chlore, y compris sur l'oxydation des installations, souligne Gérald Rioual, responsable d'exploitation de l'espace nautique. Au bout d'un an, nous ne regrettons pas notre décision." Des économies de chauffage ont en effet pu être réalisées au niveau de la sur-ventilation, devenue inutile en raison de la disparition de dégagements de chloramines. La communauté de communes étudie également la possibilité de stocker une partie de l'eau rejetée par les bassins de l'espace nautique pour l'utiliser à l'arrosage du parc et permettre ainsi des économies d'eau potable.

 

Le PHMB est provisoirement homologué en France jusqu'en janvier 2010

Avant d'opter pour le PHMB, un audit a permis d'analyser la qualité des installations et de l'eau. "Chaque piscine a son propre cahier des charges. Il faut compter environ trois mois pour trouver les bons dosages, mais cette opération nécessite peu changement sur le plan des installations. Nous avons profité d'une fermeture semestrielle pour effectuer le transfert. Aujourd'hui, l'eau de notre bassin est aussi transparente qu'auparavant." Pourtant, le chlore a encore de beaux jours devant lui. Moins précis dans les manipulations de dosage, son efficacité sur un type de bactéries très communes mais non-pathogènes (les bactéries aérobies revivifiable), le rend néanmoins plus fiable aux yeux du ministère de la Santé, qui procède à des contrôles très stricts. C'est pourquoi le PHMB est provisoirement homologué en France jusqu'en janvier 2010. Les contraintes réglementaires mises de côté, les désavantages de ce produit de substitution sont mineurs : "Les filtres nécessitent un lavage tous les cinq jours, contre une fois par semaine avec le chlore. En contrepartie, nous constatons un surcoût de 30 à 40% sur l'achat du produit qui, malheureusement, n'est homologué que pour une seule société en France pour les piscines publiques." Ces quelques contraintes n'ont pourtant pas découragé la quinzaine de piscines qui utilisent désormais le PHMB en France.

 

Florence Florin  / PCA pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté d'agglomération de la Vallée de Kaysersberg

Nombre d'habitants :

18000

Nombre de communes :

10
31 rue du Geisbourg
68240 Kaysersberg

Gérald Rioual

Responsable d'exploitation de l'espace nautique Arc-en-ciel
Haut de page