Rhône

Dans l'Ouest rhodanien, le vélo électrique entre en gares (69)

La communauté de communes de l’Ouest rhodanien a mis en place deux stations de vélos électriques en libre-service aux abords des deux gares fréquentées pour les trajets quotidiens vers Lyon. Une réponse parmi d’autres aux besoins de mobilité entre campagne et métropole.

Située dans l’aire d’influence de la métropole lyonnaise, la communauté de communes de l’Ouest rhodanien (36 communes, 50.162 habitants), a été créée en 2014 à la suite de la fusion des trois EPCI d’Amplepuis-Thizy, de la Hautes Vallées d’Azergues et du Pays de Tarare. Le projet qu’elle a mis en place en 2014 est issue des réflexions sur le transport alternatif lancées en 2010 par le Pays Beaujolais vert dans le cadre d’un plan climat territorial.
A l’époque, les élus de deux de ces communautés de communes font le même constat : de nombreux habitants du territoire, qui travaillent à Lyon, parcourent chaque jour moins de dix kilomètres avec leur véhicule pour rejoindre une gare dont ils engorgent les parkings saturés. Ils commencent ensemble à rechercher des alternatives à la voiture pour ce trajet domicile-gare’.

Une journée d’essai pour motiver les élus peu convaincus

"La solution du ramassage en navette a été éliminée à cause d’un habitat trop dispersé et du souhait des usagers de disposer d’un transport individuel, explique le vice-président de la communauté de communes de l’Ouest rhodanien en charge du développement durable, Jean-Pierre Goudard. Finalement, nous avons opté pour des vélos à assistance électrique, qui tiennent compte du relief pentu aux alentours. Avec l’espoir d'encourager à terme l’acquisition d’un vélo de ce type."
Avant de faire voter la délibération, une journée d’essai a été organisée à l’intention des maires et des élus communautaires, en particulier ceux qui ne font pas de vélo. "Ils ont été convaincus par ce vélo utilitaire et oublié les efforts que nécessitent le vélo sportif", commente le vice-président de la communauté.

Dispositif de location par carte sans contact

Une consultation commune est lancée en 2013 par les deux communautés de communes. Après passation d’un marché, 25 vélos sont installés devant les gares : 10 à Lamure et 15 à Amplepuis.
Les vélos sont accueillis dans des abris, équipés de bornes de recharge.
L’investissement de 200.000 euros a bénéficié d’un financement de l’État, via le pôle d’excellence rurale (33%), du département du Rhône (20%), de la région Rhône-Alpes (20%), la communauté de communes prenant à sa charge par autofinancement les 27% restants.

Souplesse tarifaire et location longue durée

Les vélos sont proposés selon plusieurs formules tarifaires : en longue durée ou par abonnement mensuel (20 euros), mais aussi à la journée (10 euros) ou demi-journée (7 euros). Les locations de courte durée intéressent entre autres les touristes attirés par le lac des Sapins tout proche, équipé lui aussi d’une station de vélos électriques. Dans le cadre de la location longue durée, - davantage ciblée pour les usagers du train vers Lyon -, l’abonné peut disposer d’un vélo durant un mois, en le gardant chez lui le soir.
La carte sans contact est délivrée dans les bureaux de la communauté de communes pour la longue durée, et dans les offices de tourisme pour la journée ou la demi-journée, contre une caution de 500 euros. Elle sert à la fois à ouvrir la porte de l’abri et à libérer le vélo de la borne.

Améliorer le système par carte

"Au départ, convient l’élu, nous souhaitions un système en libre-service comme cela se fait en ville, mais cela représentait un surcoût de 30.000 euros. Notre système a deux inconvénients. D’abord, les cartes de location ne peuvent pas être achetées directement en gare, mais dans les points de distribution, encore loin des gares. Nous espérons y remédier dès l’été 2015, en proposant une solution plus adaptée. Par ailleurs, le vélo ne peut pas être rechargé à domicile. Ce qui peut limiter les possibilités de trajets pour la location longue durée. Une réflexion est en cours pour fournir un chargeur des vélos loués en longue durée, mais le risque est d’immobiliser le vélo chez l’usager…"

Campagne de relance deux ans après le lancement

18 mois après sa mise en place, 10% du parc est utilisé par des usagers fidélisés. "C’est peu, convient l’élu, mais je suis persuadé qu’à la campagne ces transports doux alternatifs sont une solution d’avenir pour combler le manque de lignes de car transversales et répondre au trafic pendulaire entre campagne et métropole." Une relance va être faite aux beaux jours, en 2015, avec des journées d’essai gratuites, des flyers et affiches en gare et un nouveau type de forfait, à la semaine.

Après les vélos, les bornes de recharge pour véhicules électriques
Poursuivant sa politique volontariste, la communauté de communes met à disposition dès le printemps 2015 des places de parking équipées de bornes de recharge pour véhicules électriques. Trois sites sont équipés :
- la gare d’Amplepuis (6 emplacements) ;
- la gare de Lamure-sur-Azergues (2 emplacements) ;
- le lac des Sapins (2 emplacements côté plage).
Les bornes de recharge sont accessibles librement et gratuitement à tous les types de véhicules électriques.

Michel Léon, Titres & Chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien

3 rue de la Venne
69170 Tarare
04 74 05 06 60
contact@c-or.fr
Nombre d'habitants : 50162
Nombre de communes : 34
Nom de la commune la plus peuplée : Tarare (10541 hab.)

Jean-Pierre Goudard

Vice président délégué au développement durable et fonds européens
jean-pierre.goudard@c-or.fr

Julie Payen

Responsable communication
julie.payen@c-or.fr
Haut de page