Loire-Atlantique

En Erdre-et-Gesvres, un grand succès pour le Tout-Petit Festival

Tourisme, culture, loisirs

Le Tout-Petit Festival de la communauté de communes d'Erdre-et-Gesvres (Loire-Atlantique) a accueilli 3.000 spectateurs, petits et grands, du 22 au 26 octobre 2008. Cette première édition d'un festival culturel et artistique à destination des enfants de six mois à six ans est le fruit d'une mobilisation conjointe de la communauté, des communes et des professionnels de la petite enfance et de la culture. Elle est l'un des piliers d'une charte communautaire de l'accueil du jeune enfant qui mise sur l'éveil culturel comme facteur d'épanouissement.

La communauté de communes d'Erdre-et-Gesvres (douze communes, 50.000 habitants), située au nord de Nantes, est un territoire à l'origine rural qui devient de plus en plus périurbain, sous l'influence de l'agglomération, et connaît de ce fait une importante expansion démographique. Cette croissance de la population entraîne une certaine tension sur l'offre de structures scolaires et d'équipements, notamment sportifs ou d'accueil de la petite enfance. C'est dans ce contexte qu'a eu lieu une réflexion des élus de la communauté et des communes pour définir à quel niveau devait être menée la politique concernant la petite enfance. Décision a finalement été prise de laisser au niveau communal la responsabilité de la gestion des équipements, des moyens et des personnels liés à la politique de la petite enfance. L'échelon intercommunal s'est engagé pour sa part dans une réflexion plus globale sur les besoins de la petite enfance, qui s'est traduite par un diagnostic et une concertation auprès des professionnels. Cette concertation a fait apparaître certains constats (petits budgets de fonctionnement des structures et resserrement des subventions CAF) et des souhaits : de formation, de spectacles et d'intervenants extérieurs dans les structures. "Face à ces demandes, la communauté aurait pu distribuer comme une banque, ici et là, des heures ponctuelles d'éveil culturel, de formation ou d'animation. Nous avons préféré réfléchir à un projet plus construit", explique Mickaël Bougault, chargé de mission culture à la communauté. Un groupe de travail réunissant trois élus et trois animatrices de relais maternels s'est mis en place pour élaborer une charte de l'accueil du jeune enfant, en lien avec le projet de territoire.

Les trois piliers de la charte communautaire : des formations, des intervenants extérieurs et un temps fort

Cette charte, qui met en avant l'éveil culturel du jeune enfant comme facteur d'épanouissement, se fonde sur trois piliers. Premièrement, la formation. Sont ainsi proposées aux professionnels des formations autour du livre et de la lecture pour les tout-petits : comment créer des ateliers livres ou encore, avec l'intervention d'une conteuse, comment raconter une histoire... "Ces formations ont permis de créer des liens entre les professionnels de la petite enfance et les bibliothécaires qui ne se rencontraient pas forcément spontanément", souligne Mickaël Bougault. Des formations sur l'éveil culturel ont également été mises en place, avec l'intervention d'une psychologue, ainsi que sur le même thème, des débats à destination des parents et des assistantes maternelles. Le deuxième pilier de la charte, concerne les intervenants extérieurs aux structures. Là encore, la communauté de communes n'a pas choisi la facilité : "Nous souhaitons offrir autre chose que la présence d'un artiste, un jour donné, entre 11h et midi, avec l'obligation pour les enfants d'être réceptifs à ce qui se passe dans ce créneau. Nous allons faire en sorte que les enfants puissent 'adopter' un musicien ou un plasticien pendant deux ou trois jours et que ce soient les artistes qui s'adaptent au rythme des enfants. Nous souhaitons aussi faire intervenir un danseur qui puisse travailler avec les enfants sur leur rapport au corps. Enfin, avec l'accompagnement d'un musicien de l'association 'Le Croqu'Notes', seize assistantes maternelles ont répertorié les comptines qu'elles ont l'habitude de chanter. Cela a débouché sur la sélection d'un répertoire d'une vingtaine de chansons, la création d'une chorale "Choeur de comptines" et bientôt l'édition limitée d'un CD. Ainsi, leur savoir peut être valorisé et partagé avec d'autres structures de la petite enfance." Enfin, troisième pilier de la charte : un temps fort qui a pris la forme d'une manifestation culturelle et artistique pour les petits, autrement dit, un festival, pariant sur la création contemporaine.

Un bal des bébés pour clore le festival en beauté !

C'est ainsi qu'a eu lieu, du 22 au 26 octobre 2008, la première édition du Tout-Petit Festival, à destination des enfants de six mois à six ans. En tout, quarante-cinq événements (ateliers lectures, jeux, expositions) dont trente-cinq spectacles : spectacle vivant et interactif, poésie, théâtre, ciné concert... L'objectif de la programmation visait tout autant à faire découvrir des créations contemporaines, y compris de renommée nationale, que de valoriser les atouts locaux : cinéma, ludothèque ou bibliothèque associatives. Le festival s'est clôt en beauté par un bal des bébés, animé par un ensemble musical parisien et une danseuse contemporaine qui, dans la veine d'un thé dansant, ont fait se dandiner pendant deux heures les tout-petits et les plus grands. L'invitation a attiré plus de trois cents personnes qui n'ont pas toutes pu trouver une place sur la piste du bal. Sur toute la durée du festival, 3.000 spectateurs ont assisté aux spectacles ou animations, parmi lesquels 2.000 personnes se sont acquittées d'une entré payante au prix unique de trois euros.
En dehors d'une communication classique par presse interposée, un programme du festival avait été envoyé aux 800 assistantes maternelles du secteur. Par ailleurs, un système de billetterie dématérialisée, à partir d'une plate-forme web, a permis, en amont du festival, de démultiplier les points de vente. Ainsi, dans toutes les communes de la communauté, les agents d'accueil pouvaient éditer des billets pour les spectacles. "Les agents d'accueil relayant l'information auprès de leurs collègues, ce système a permis de mobiliser les personnels municipaux et d'alimenter une dynamique territoriale", raconte Mickaël Bougault.
Le budget de l'opération s'est élevé à 55.000 euros, financés à 60% par la communauté, à 10% par les recettes de billetterie et à 30% par des subventions publiques (conseil général, CAF) et privées (Electricité réseau de France et Scop Moulin Roty, fabricant de "doudous"). "Cette manifestation s'est appuyée sur une complémentarité entre communauté et communes. Elle a permis de fédérer de nombreuses énergies : élus, professionnels de la petite enfance, agents d'accueil..., analyse Mickaël Bougault. La réussite de ce festival va certainement contribuer au rayonnement du territoire qui se trouve un peu à l'ombre de la métropole nantaise et va permettre de mieux l'identifier : des spectateurs sont venus de Nantes et du sud de la métropole. Compte tenu des retours très positifs que nous engrangeons, il y a de forte chances pour qu'ait lieu une deuxième édition du Tout-Petit Festival."

Maryline Trassard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté de communes d'Erdre et Gesvres

1, rue Marie Curie - Parc d'activités de la Grande Haie
44119 Grandchamp-des-Fontaines
02 28 02 22 40
Nombre d'habitants : 57000
Nombre de communes : 12
Nom de la commune la plus peuplée : Treillières (8045 hab.)

Mickaël Bougault

mickael.bougault@cceg.fr

Investissement dans les hébergements touristiques

Revitaliser et conforter l’attractivité des centres-villes par la construction ou la rénovation d’hôtels et résidences touristiques.

Haut de page