Haut-Rhin

Entrée de ville : le Nouveau Bassin de Mulhouse

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Pour l'une de ses entrées de ville, Mulhouse a choisi de créer, dans le cadre d'une ZAC, un nouveau morceau de ville, le "Nouveau Bassin". L'appel à l'initiative privée a eu son revers - un important temps de latence - mais au bout de quinze ans, l'entrée de ville finit de prendre forme.
image mairie conseils

Le site de la Foire : lieu vivant durant l'été, terrain vague le restant de l'année. En 1990, quelques mois après son arrivée à la tête de la municipalité mulhousienne, la restructuration de cette entrée de ville constitua le premier geste urbanistique fort de Jean-Marie Bockel. Le Nouveau Bassin allait être ouvert à l'initiative privée, sous le chapeau d'une ZAC confiée à la naissante Sem municipale d'aménagement, la Serm (Société d'équipement de la région mulhousienne). Quinze ans plus tard, l'espace est transformé en un complexe habitat-loisirs-tertiaire, mais - principal reproche de ses détracteurs locaux - la zone demeure aujourd'hui en chantier. C'est la contrepartie du pari de l'appel aux privés : la crise de l'immobilier a commencé à sévir au moment où le Nouveau Bassin a été lancé, laissant les surfaces en friche dans un premier temps et bouleversant l'économie du projet. De l'équilibre recherché entre immeubles de bureaux et d'habitation, le site a glissé vers une proportion dominante de logements.
Malgré les difficultés rencontrées, la ZAC voit son terme arriver : sur 163.700 m2 de Shon, 65% sont effectivement commercialisés et le taux de remplissage grimpe à 80% si l'on ajoute les projets identifiés à court terme. L'achèvement complet est espéré d'ici trois à cinq ans, une échéance en harmonie avec le terme de la concession à la Serm, fixé à 2008. A cette date, la ZAC laissera un déficit maîtrisé de 5% du montant des travaux, soit 1,6 million d'euros.

Une reconquête d'espace réussie

Avec son regard d'expert extérieur, Antoine Grumbach avoue "ne pas comprendre les réticences locales". L'architecte-urbaniste en retient "une reconquête d'espace réussie dans le respect du piéton", qu'incarne notamment la promenade le long du canal, une coulée verte qui prolonge une zone naturelle. "Les berges ont été astucieusement utilisées de façon à préserver la circulation piétonne." "Tout autant qu'une nouvelle entrée, le Nouveau Bassin marque un agrandissement de la ville, que viendra accentuer le tramway. Il y a quinze ans, la ville commençait au boulevard de l'Europe (environ 500 mètres plus loin, NDLR)", analyse Robert Pellissier, directeur général de la Serm. Au niveau du bâti, ce sont d'ailleurs les tranches les plus proches du centre-ville qui se sont remplies les premières.
Concernant les logements, dans le nord de la ZAC, les promoteurs ont érigé plus de 200 appartements, chiffre qui sera porté à plus de 400 en 2007 avec les nouveaux projets. "Les dents creuses seront ainsi comblées", annonce Thibaut Tiercelet, de la Serm. Si la défaillance des promoteurs privés, tel l'alsacien Ascott qui a été liquidé, n'a pas épargné le Nouveau Bassin, les programmes de logements ont pu, avec le temps, être poursuivis. Ce sont notamment 140 logements, dans le secteur ouest de la ZAC, qui sont construits par la Société de promotion du Crédit immobilier d'Alsace et Espace Habitat (groupe Capri)... avec une qualité architecturale unanimement jugée supérieure.

Un équilibre logements / bureaux

"Sur le marché plutôt difficile de Mulhouse-centre, le Nouveau Bassin offre l'opportunité d'un nouveau quartier construit de toutes pièces, avec une voirie cohérente de bout en bout", apprécie Claude Wypych, directeur général d'Espace Habitat. Long à céder aux sirènes du Nouveau Bassin, le bureau y trouve à présent sa place et rééquilibre la ZAC vers plus de mixité. Face au millier de logements prévus au final sur la zone aménagée, le promoteur lyonnais L'Art de construire livre actuellement la première tranche de 3.500 m2 de son immeuble First Millenium, dont la seconde offrirait 2.000 m2 supplémentaires... si le marché veut bien répondre. Quelque 3.500 autres m2 de locaux sont proposés par le promoteur belfortais Cevirgen, en rez-de-chaussée de son programme de logements.
C'est cependant en entrée de ZAC, et donc en entrée de ville, que demeure la principale friche, à savoir les 20.000 m2 où était pressenti un centre commercial... dont le promoteur s'est - là encore - retiré. Mais la municipalité compte bien maintenir la vocation loisirs-commerce de cette parcelle. Là où l'on peut voir un chantier permanent, Jean-Marie Bockel estime que c'est une "amélioration permanente". Le volontarisme des élus locaux devrait bien finir par compenser les défaillances du secteur privé.

Christian Robischon / Innovapresse Strasbourg pour Localtis

"Un beau quartier en amélioration permanente"

Jean-Marie Bockel est sénateur-maire de Mulhouse. A son arrivée à la tête de la municipalité, c'est lui qui a lancé l'aménagement de cette entrée de ville. Quinze ans après, il porte un regard plutôt positif sur l'opération.

Comment jugez-vous le résultat architectural et urbain du Nouveau Bassin ?

Il est reconnu comme un beau quartier d'habitation et d'affaires. Quand tout sera terminé, la vue d'ensemble sera séduisante. A chaque projet, au stade de l'examen de la demande de construire, nous nous sommes servis des enseignements et critiques sur les précédents pour aller vers une amélioration, par le choix de telle couleur, de tel geste architectural.
On reproche à cette entrée de ville son état de chantier permanent...
Certes, mais je le répète, le résultat final sera de qualité. Et nous ne maîtrisons pas tous les calendriers : il se trouve que le Nouveau Bassin a été lancé juste avant la crise de l'immobilier. Nous nous sommes adaptés à la conjoncture, par l'augmentation de l'offre en habitat. Le point que je regrette davantage, c'est la sous-estimation des besoins de stationnement autres que ceux de l'habitat. Pour les professions libérales, l'accès est difficile.

La ZAC et l'appel à la Serm sont une constante de votre politique d'aménagement. Pourquoi ?

La Serm ne jouit pas d'un monopole sur le marché immobilier. Celui-ci fonctionne à Mulhouse, mais incontestablement de manière insuffisante. C'est alors qu'une Sem peut jouer un rôle d'initiateur, d'impulseur. Si nous n'avions compté que sur le marché, le Nouveau Bassin ne serait pas devenu réalité. Les ZAC permettent aussi de s'inscrire dans une démarche de long terme, évitant de remplir une zone n'importe comment sous le prétexte de le faire vite, au détriment du respect d'un projet urbain.

Promenade dans la ZAC du Nouveau Bassin

En empruntant la sortie d'autoroute Mulhouse-centre, l'automobiliste débouche sur l'ancien site de la Foire, devenue la ZAC du Nouveau Bassin. Le piéton y trouve sa place mais le bilan est plus mitigé concernant le complexe cinématographique...

Le complexe cinématographique Kinépolis, ouvert fin 1999, impose sa puissance à l'oeil de l'automobiliste qui arrive à Mulhouse par l'autoroute. La municipalité, à la différence de bien d'autres, a décidé de l'implanter en entrée de ville. Pari pleinement réussi pour l'exploitant... du moins pour les quatorze salles qui affichent plus d'un million d'entrées par an. La galerie commerciale en contrebas s'est quant à elle dépeuplée... et surtout, le Kinépolis a porté un coup fatal au cinéma de centre-ville. A tel point que la ville et la Serm travaillent à la recréation d'une offre sur le site du défunt Gaumont...
Le piéton y trouve quant à lui toute sa place, avec notamment une longue promenade possible le long du canal. Cette coulée vert prolonge la zone naturelle que l'automobiliste longe sur la bretelle d'autoroute précédant l'entrée de ville. Celle-ci est saluée par une oeuvre d'art, les "Colonnes" de Raynaud. A l'autre bout de la ZAC, une passerelle piétonne de 50 mètres sera aménagée, non loin de la station de tramway.
Sur le flanc Nord, la Maison du bâtiment regroupe plusieurs fédérations professionnelles et précède La Filature, le nouveau vaisseau amiral de la culture à Mulhouse, dessiné par Vasconi et classé Scène nationale. Dans l'espace central, EDF est le premier grand utilisateur "privé"...

Les promoteurs privés du Nouveau Bassin

Habitat

- Eiffage Immobilier : 41 logements livrés, 56 autres au stade du permis de construire déposé
- Espace MS (Mulhouse)
- George V (groupe Nexity)
- SAFC (bailleur) : 35 logements locatifs livrés et 35 autres prévus pour 2007 - 25 logements en accession - réalisation d'un EHPAD (Etablissement d'hébergement pour personnes âgées) de 100 lits, livrée en 2003
- Cevirgen (Belfort) : 130 logements à terme, 30 % livrés
- SPCIA (Crédit immobilier d'Alsace) et Espace Habitat (Capri) : 120 logements, reprise du programme Ascott Résidences
A venir : Opéra Construction

Bureaux
- L'Art de construire : 3.500 m2 livrés au First Millennium au printemps 2005, 2.000 m2 supplémentaires prévus
- Cevirgen : 3.500 m2 en rez-de-chaussée du programme d'habitat

Autres
- Hôtel : Ibis, 70 chambres et restaurant
- Cinéma : Kinépolis, 14 salles, 4.600 fauteuils

Revitaliser les centres villes et centres bourgs

Un dispositif unique pour accompagner les villes moyennes dans leur programme de revitalisation des centres villes, depuis le conseil en amont jusqu'au suivi de projet.

Haut de page