Grâce au regroupement pédagogique intercommunal, des villages de l’Aveyron attirent des familles (12)

Dans la vallée de la Sorgue, plusieurs villages font vivre leurs écoles dans le cadre d’un regroupement pédagogique intercommunal (RPI). La commune de Versols-et-Lapeyre a même construit une école neuve en 2014. Un atout contre la désertification rurale.

Au sud de l’Aveyron, dans le parc naturel régional des Grands Causses, la commune de Versols-et-Lapeyre (460 habitants) appartient à la communauté de communes Saint Affricain, Roquefort, Sept Vallons (14 communes, 13.800 habitants). Au centre d’un triangle composé de Montpellier, Mende et Albi, le territoire a connu un fort exode rural. Pour maintenir leurs écoles, les communes de Versols-et-Lapeyre et de Saint-Félix-de-Sorgues ont créé en 1989 un regroupement pédagogique intercommunal (RPI). Rejoints par leur voisine Marnhagues-et-Latour, les villages ont créé un syndicat scolaire en 2005 qui gère le ramassage scolaire, la garderie et la cantine. Aujourd’hui, le RPI comprend l’école maternelle à Versols-et-Lapeyre et l’élémentaire à Saint-Félix-de-Sorgues.

Construction d’une nouvelle école

Les deux petites écoles de Versols-et-Lapeyre ont fêté leur cent ans en 2004… ce qui impliquait une certaine vétusté : elles n’étaient plus aux normes de sécurité et généraient des coûts de chauffage très importants. De plus, "le RPI entraînait des frais de transport liés aux déplacements des enfants matin et soir, mais également tous les midis pour se rendre à la cantine située à la salle des fêtes de Versols-et-Lapeyre" précise son maire, Patrick Guénot. La commune a donc décidé de construire une nouvelle école pour les tout-petits. Désormais les élèves de maternelle et de CP déjeunent sur place, plus exactement à la salle des fêtes située à proximité. À Saint-Félix, les enfants mangent au réfectoire de l’école élémentaire, ce qui a permis de supprimer le transport du midi.
Pour s’adapter à son nouveau public de tout-petits, la nouvelle école de Versols-et-Lapeyre a été dotée d’un dortoir et d’une salle de motricité. Une salle d’accueil de la garderie permet de recevoir les enfants de 7h30 à 18h30.

34 élèves sur deux sites

Désormais, l’école de Versols-et-Lapeyre compte 16 élèves âgés de deux à sept ans (niveau CP), tandis que l’élémentaire de Saint-Félix accueille les 18 "grands" du CE1 au CM2. "Nous sommes montés jusqu’à 56 élèves en 2004-2005, et nous en sommes à 34 aujourd’hui", précise le maire.
Le RPI a permis de maintenir les écoles dans les villages. Or la possibilité de scolariser les enfants au village demeure un facteur d’attractivité, comme le rappelait le maire de Versols-et-Lapeyre dans son discours d’inauguration de l’école le 21 novembre 2014 : "Nous, maires ruraux, savons la nécessité de mettre en œuvre tous les moyens pour faire de l’école le plus bel atout d’un territoire." L’enjeu réside dans la venue de nouveaux habitants. "Nous avons libéré des terrains pour accueillir de nouvelles familles : on se donne les moyens de renouveler la population, de faire face au vieillissement", estime le maire qui se félicite des nouvelles naissances. "Elles nous offrent une visibilité pour 9 ans, à la fois à la maternelle et au primaire !", poursuit-il.
Le RPI a non seulement sauvé les écoles des villages, mais il crée aussi une relation forte entre les communes et leurs habitants. Les élèves et leurs parents se rencontrent au travers des diverses activités tout au long de l’année, du loto à la fête de l’école. "Les enfants vont ensuite tous au collège de Saint-Affrique", souligne le maire. De quoi créer une communauté dans la vallée.

Nouveau bâtiment gratuit pour les habitants

L’équipe municipale a travaillé trois ans sur le projet de la nouvelle école et obtenu 75 % de subventions lors de la construction en 2014. Le solde a été couvert par la vente de l’ancien bâtiment scolaire à Lapeyre et la transformation de l’école de Versols en appartement locatif. "Il y a même un petit gain d’exploitation, ce qui en fait une école gratuite pour les habitants", s’enorgueillit le maire.

Haut de page