Jobs d'été à l'étranger : Annecy échange des postes avec ses villes jumelles (74)

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Haute-Savoie

Chaque année, la ville d’Annecy propose à des jeunes annécien(e)s de partir à l’étranger grâce à des emplois d’été rémunérés dans des villes jumelles. De son côté, ses services municipaux accueillent, dans les mêmes conditions, de jeunes étrangers désireux d’acquérir une expérience professionnelle significative et de progresser en français. Face aux évolutions constatées, de nouvelles pistes sont envisagées.

Dans les années 1990, la ville d’Annecy (53.000 habitants) initie avec Bayreuth en Allemagne un dispositif d’échanges entre jeunes, qui complètent les séjours linguistiques plus classiques qu’elle organise également : il s’agit de proposer à des jeunes majeurs des emplois d’été rémunérés dans les services municipaux. "L’objectif est de permettre à des jeunes issus de familles aux revenus modestes d’acquérir une expérience professionnelle significative et d’améliorer leur niveau de langue," explique Laurent Terrier, responsable jumelage à la ville d’Annecy. Apprentissage intellectuel, première expérience professionnelle, initiation à la mobilité, construction d’une citoyenneté et d’une solidarité internationale, constituent les enjeux éducatifs de la démarche. Depuis, Annecy a déployé le dispositif avec trois autres villes avec lesquelles elle a noué des partenariats depuis de longues années : Cheltenham au Royaume-Uni, Vicenza en Italie, Sainte-Thérèse au Québec.

Annecy sélectionne les candidats pour le compte des villes d’accueil et inversement

Les échanges reposent sur un principe de réciprocité. En 2013, 4 emplois rémunérés étaient proposés en Allemagne, 2 en Angleterre, 4 au Québec, et la ville d’Annecy a reçu le même nombre de jeunes de chaque ville. Autre principe : au sein de chaque ville partenaire, c’est un interlocuteur unique qui pilote le recensement des offres, la communication, le processus de recrutement et l’accueil". Chaque début d’année, les services municipaux des cinq villes partenaires du dispositif s’échangent les offres de postes à pourvoir. Les emplois proposés demandent peu de qualifications : entretien d’espaces verts, animation en centre de loisirs, accueil touristique, manutention Ils sont rémunérés sur la base des Smic nationaux. Le service "Jumelage" de la ville d’Annecy procède à la sélection des candidats annéciens(ennes) pour le compte des villes d’accueil. Il organise un appel à candidatures à destination des jeunes via son site internet, le journal municipal et la presse. L’ancienneté du dispositif assure par ailleurs un bouche-à-oreille efficace. Une trentaine de candidatures sont reçues chaque année, les emplois en Angleterre étant les plus prisés (15 à 18 candidatures pour 2 postes). Les critères sont la motivation du candidat, son niveau de langues et la situation familiale. Le jury est composé d’un élu de la commission jumelage, d’une personne chargée d’évaluer le niveau de langue du jeune et d’un représentant de la direction Relation extérieures, qui transmet les candidatures retenues à la ville d’accueil. Ce représentant a également pour mission de s’assurer du bon accueil des étudiants étrangers à Annecy (lire encadré).

Adapter le dispositif pour maintenir la réciprocité

L’une des difficultés rencontrées au fil du temps est de réussir à maintenir du principe de la réciprocité. L’organisation des échanges est tributaire des calendriers différents entre les villes : ainsi, les vacances scolaires débutent en juin au Québec, et fin juillet en Allemagne. Un déséquilibre apparaît également dans le nombre de postes à échanger et les moyens financiers. Pendant la période estivale, la ville d’Annecy a un fort potentiel de postes saisonniers liés à l’activité touristique. A l’inverse, les emplois d’été au fil des années se sont raréfiés puis éteints à Vicenza, tandis que la ville de Cheltenham a réduit leur nombre de 4 à 2 pour des raisons budgétaires. "Les offres de postes rémunérés diminuent au profit de propositions de stages qui sont simplement indemnisés, constate le responsable jumelage. La ville d’Annecy réfléchit à la manière de s’adapter pour continuer à encourager les échanges internationaux entre collectivités."

Organisation de l’accueil des jeunes
Les villes d’accueil rémunèrent les jeunes sur la base des Smic nationaux et assument les frais d’hébergement. Restent à la charge des jeunes, l’alimentation et les frais de transport, ces derniers pouvant être réduits pour certaines destinations : achat groupé de billets d’avion pour le Québec en partenariat avec une association, acheminement France-Allemagne prévu dans le cadre des Rencontres européennes organisée entre les villes de Bayreuth et d’Annecy. À Annecy, les jeunes sont accueillis dans une résidence pour étudiants et jeunes travailleurs. S’y ajoute la mise à disposition de vélos et une carte d’accès gratuit à la piscine et aux musées de la ville. L’enveloppe budgétaire pour accueillir 10 jeunes à Annecy s’établit à 26 500 euros, salaires et hébergement compris. En fin de séjour, les jeunes répondent à un questionnaire bilingue pour faire un bilan de leur expérience.

Sophie Daguin / L’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

Commune d'Annecy

BP 2305
74011 Annecy Cedex
Nombre d'habitants : 53000

Christophe Chenu

Conseiller municipal délégué aux relations extérieures
christophe.chenu@ville-annecy.fr

Laurent Terrier

Responsable Jumelage à la Direction des relations extérieures
Laurent.Terrier@ville-annecy.fr
Haut de page