Localtis

Lancement de la version beta de POP, la plateforme ouverte du patrimoine

Publié le
par
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis
dans

Tourisme, culture, loisirs

Infrastructures numériques, données

France

Le ministère de la Culture a mis en ligne, le 9 juillet, la version beta de la plateforme POP, acronyme de "Plateforme ouverte du patrimoine". Elle est déjà très largement fonctionnelle.

Réalisée avec le concours de beta.gouv.fr, le réseau des incubateurs de startups d'État, POP se fixe pour ambition "de rendre accessibles au plus grand nombre les données du patrimoine culturel français". Cette plateforme renouvelle complètement le dispositif des bases de données du ministère de la Culture, qui remontait aux années 1970 et n'était guère attractif au-delà du cercle des spécialistes.

"Un nouvel outil de partage et d'échange"

POP comporte deux volets, à la vocation et aux utilisateurs bien distincts, mais étroitement complémentaires. D'une part, une plateforme de diffusion des données, accessible au grand public. D'autre part, une plateforme de production, permettant le versement de métadonnées (images, photographies, informations descriptives ou réglementaires...).

Conçue comme "un nouvel outil de partage et d'échange", avec une interface intuitive facile d'utilisation, la plateforme de diffusion regroupe déjà plusieurs bases historiques du ministère de la Culture : bases Palissy et Mérimée (patrimoine mobilier ou monumental protégé au titre des Monuments historiques ou étudié par les services régionaux de l'inventaire), base Joconde (collections des Musées de France), base MNR-Rose Valland (catalogue des œuvres spoliées) et base Mémoire (images photographiques). Il est prévu que d'autres bases de données rejoignent POP dans les prochains mois.

Le ministère assure que "les contenus des bases de POP sont régulièrement alimentés et mis à jour par les services compétents du ministère : illustration, correction, uniformisation". Les internautes sont invités à signaler les erreurs ou les imprécisions qu'ils repèrent.

Des "expositions" thématiques

La plateforme, encore en version beta mais déjà très largement fonctionnelle, offre à l'internaute plusieurs types de recherches : recherche libre (en entrant un mot ou une phrase), accès thématique, par localisation, par période, par technique... En puisant dans les bases, l'accès thématique propose des sortes d'"expositions", sur différents thèmes : photographie (Willy Ronis, atelier Nadar, André Kertész, Sam Levin...), peinture et dessin (les dessins d'Eugène Delacroix, peintures sur bois de Gustave Moreau, affiches d'Alphonse Mucha, portraits de Dora Maar par Picasso...), mode (Karl Lagerfeld, Coco Chanel, Pierre Balmain...), voyages (Asie orientale, Venise, Australie, Japon, Égypte, Dakar...), ou encore les artistes femmes (Rosa Bonheur, Berthe Morisot, Élisabeth Vigée-Lebrun...). L'internaute peut personnaliser à sa guise "l'exposition" en affinant les critères de sélection, mais aussi se constituer sa propre "exposition" thématique.

Petit bémol, la plupart des documents photographiques sont au standard des bases de l'époque, donc assez loin de la haute définition actuelle (voir par exemple les expositions virtuelles du château de Versailles, réalisées avec le concours de Google).

Côté Open Data, le ministère de la Culture indique que "les développements sont en code ouvert et l'essentiel des contenus de POP est désormais accessible en données ouvertes sur les plates-formes data.culture.gouv.fr et data.gouv.fr". Mais en croire les précisions du site sur le téléchargement des données, seules trois bases sont actuellement disponibles en Open Data : Joconde, Palissy MH et Mérimée MH.

Haut de page