À Laon, un chef d’orchestre pour Action cœur de ville (02)

Publié le
par
Victor Rainaldi
dans

Aménagement et foncier

Aisne

La définition et la mise en œuvre d’un programme d’Action cœur de ville exigent de coordonner les interventions d’une multitude d’acteurs publics et privés. Pour mettre en musique ces missions, Laon a recruté un directeur de projet Cœur de ville.

La définition et la mise en œuvre d’un programme d’Action cœur de ville exigent de coordonner les interventions d’une multitude d’acteurs publics et privés. Pour mettre en musique ces missions, Laon a recruté un directeur de projet Cœur de ville.

Comme de nombreuses villes moyennes Laon (26.300 habitants) connaît une dévitalisation de son centre-ville. De ses trois centres-villes faut-il dire : le quartier médiéval (44% de vacances commerciales) où l’on trouve également le plus grand nombre de logements vides inadaptés aux seniors et aux familles ; la ville basse ; et le secteur de la gare. Dans ces deux derniers quartiers les problèmes sont moins aigus. Si, sur l’ensemble de la ville, la vacance des logements est de 10%, elle est surtout concentrée dans le quartier médiéval. Maire depuis le 15 octobre 2017, Éric Delhaye a aussitôt exprimé la "volonté de mettre en place des outils opérationnels pour engager la revitalisation des centres ville." Dans la foulée du dépôt d’un dossier fonds d’intervention pour la sauvegarde de l’artisanat (Fisac), les édiles ont embrayé sur le plan Action cœur de ville.

Cœur de ville exige une ingénierie de projet

La mise en œuvre de ce programme exige de coordonner des actions, des outils, des moyens et des acteurs nombreux et très divers. "Cela suppose d’avoir une ingénierie de projet, poursuit le maire, et une vision transversale qui n’appartiennent pas à la culture traditionnelle des villes moyennes. L’organisation des services y est cloisonnée et fonctionne selon un cadre administratif et réglementaire rigide, peu adaptée à une action cœur de ville." D’où la création d’un poste de directeur de projet et le recrutement de Clément Mangot. "Pour mettre en œuvre le programme de revitalisation je dois intervenir dans plusieurs domaines, précise-t-il. Le commerce, les services, les équipements, la mobilité, l’urbanisme, l’architecture (une partie de la ville est en secteur sauvegardé). Ces problématiques sont centrales dans un programme de revitalisation."

Multitude d’acteurs à coordonner

Un directeur de projet Action cœur de ville doit donc savoir travailler en mode projet. Les compétences et les savoir-faire nécessaires pour ce poste requièrent de la polyvalence. "Il faut comprendre les dynamiques urbaines et d’aménagement du territoire, avoir une sensibilité à l’architecture et une capacité à poser des diagnostics pour définir les enjeux de la revitalisation et mettre en place le programme d’actions", spécifie le maire. Ce travail suppose un dialogue permanent et la coordination d’une multitude de parties prenantes et de partenaires : les services de l’État, l’Anah, la Banque des Territoires qui finance notamment les nombreuses études que suit de près le directeur de projet, Action logement, les bailleurs sociaux, les chambres consulaires, la communauté d’agglomération compétente en matière de mobilité, d’habitat et de tourisme… Sans oublier les élus et les services de la ville impliqués dans la revitalisation.

Faire preuve "d’intelligence relationnelle"

Placé au cœur d’un tel réseau d’acteurs, "le directeur de projet doit faire preuve, selon les mots du maire, d’intelligence relationnelle et de souplesse pour assurer l’avancement des projets". Il prépare et organise le comité de pilotage, organe présidé par le maire qui assure la gouvernance du programme d’actions. Il supervise l’étude globale censée fournir un diagnostic complet de la ville, celles sur la mobilité ou la signalétique et chapeaute les comités techniques.

Objectif : redonner confiance

Ce poste, nouveau dans les communes moyennes, est encore en construction. "En même temps que le directeur de projet, nous avons aussi recruté un chargé de mission Habitat et affaires foncières, précise le maire. Ils sont amenés à travailler ensemble mais leurs périmètres d’intervention peuvent se chevaucher et c’est au fur et à mesure que nous précisons celui de chacun."
Ainsi, "le directeur de projet est un porte-parole du programme et de toutes les actions qui en découlent. Il doit contribuer à redonner confiance aux habitants, aux commerçants et aux investisseurs afin qu’ils développent des activités dans le cœur de ville et reviennent y habiter."

Profil professionnel

Avant de prendre le poste de directeur de projet Cœur de ville à Laon, Clément Mangot a exercé les fonctions de chef de projet centre-bourg à Guise (5.000 habitants), une autre ville du département de l’Aisne. "J’y faisais à moindre échelle ce que je fais à Laon", constate-t-il. Architecte de formation, il est recruté comme agent contractuel de catégorie A. Son poste est financé à 50% par l’Anah et le reste par la ville. Le contrat est d’une durée de trois ans mais aux yeux du maire c’est un travail de "plus long terme".
 

Commune de Laon

Nombre d'habitants :

27000
Hôtel de Ville - Place du Général-Leclerc
02000 Laon
contact@ville-laon.fr

Clément Mangot

Directeur de projet Cœur de ville

Catherine Harinthe

Assistante
Haut de page