Le pays du Gard Rhodanien dresse la carte de l'emploi et des compétences sur son territoire

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Gard

En 2008, le pays du Gard Rhodanien se lance dans une démarche de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Ciblée sur un secteur industriel et un territoire précis, elle a permis d'identifier des besoins particuliers des entreprises et a abouti à la création, sur le territoire, d'un diplôme spécialisé : la licence professionnelle de maintenance en milieu contraint.

Regroupant sept intercommunalités, soixante communes et 103.000 habitants, le pays du Gard Rhodanien dispose, en matière économique, d'un atout non négligeable sur son territoire : le pôle de compétitivité interrégional Trimatec. Le pôle recouvre cinq départements (Ardèche, Drôme, Gard, Hérault et Vaucluse), répartis sur trois régions (Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur). Pour sa part, le pays du Gard Rhodanien accueille des implantations de grands groupes opérant notamment dans des domaines phares comme le nucléaire (Areva, CEA), qui regroupe à lui seul 3.800 emplois et s'appuie sur un important tissu de PME-PMI : près de 30% des emplois du territoire sont industriels et ils représentent presque 6.000 postes en 2007.
En 2008, le pays du Gard Rhodanien a mené une importante opération de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) sur le territoire du pôle de compétitivité. Animée par l'agence de développement du pays, elle a fait l'objet d'un large partenariat. "L'Etat (DRTEFP), l'Union des industries métallurgiques et les partenaires du pôle ont participé à la démarche. Son objectif était de cerner les besoins des entreprises susceptibles de mettre en oeuvre des technologies transférables, issues du pôle de compétitivité", explique Samuel Serre, secrétaire général de Gard Rhodanien Développement. Une étude menée auprès des entreprises et des acteurs économique a révélé une attente importante dans le secteur du démantèlement industriel et de l'intervention en milieu confiné.

Une première promotion de quinze élèves est en cours de formation

"Une fois ce secteur identifié, les entreprises ont également fait part de leurs besoins en personnel qualifié. C'est pourquoi nous avons lancé en 2008 une étude d'opportunité sur la création d'une licence professionnelle de maintenance en milieu contraint." Le coût de l'étude, menée en concertation avec l'Education nationale, représente 50.000 euros et a fait l'objet d'une prise en charge par quatre partenaires : le conseil général du Gard et le conseil régional Languedoc-Roussillon (15.000 euros chacun), l'Etat (10.000 euros dans le cadre du contrat de pays) et le pays du Gard Rhodanien (10.000 euros). Les conclusions de l'étude ont confirmé l'intérêt de ce projet et une décision de l'Education nationale a débouché sur la création de la licence à la rentrée 2008. Une première promotion de quinze élèves est actuellement en cours de formation au lycée professionnel de Bagnols-sur-Cèze, la ville centre du pays. L'intérêt de cette formation est double : "Elle permet de répondre aux besoins des entreprises en personnel qualifié car le niveau bac+2, largement présent chez les industriels, se révèle insuffisant dans certaines situations. Par ailleurs, cette nouvelle offre locale de formation évite aux élèves intéressés par cette filière d'avoir à se déplacer à Montpellier, Toulouse, Lyon ou Paris pour suivre un cursus similaire."

Pascal Clouet / PCA pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Gard Rhodanien Développement

Maison de l'Entreprise
30200 Bagnols-sur-Cèze

Samuel Serre

secrétaire général de Gard Rhodanien Développement
Haut de page